Le comité d’éthique et de risques

Un comité d’éthique et de risques pour quoi faire ?

 

Le contexte géopolitique avec la Corée du Nord a une incidence sur les échanges scientifiques qui sont de facto soumis à des restrictions internationales. Néanmoins, le Comité des sanctions de l’ONU vis-à-vis de la Corée du Nord a mis en œuvre des exemptions. Ces exemptions, établies en coordination avec les directions du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), concernent, entre autres, les sciences humaines et sociales. En conséquence, les recherches du projet City-NKOR — échanges scientifiques avec les institutions nord-coréennes, relevés architecturaux et fouilles archéologiques effectués par la Mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (EFEO/NAPCH, Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger, MEAE) — s’inscrivent au titre de ces exceptions à l’ONU.

 

Ce contexte géopolitique particulier implique aussi pour le projet des risques spécifiques. Par exemple, les moments de tension entre la Corée du Nord et la communauté internationale peuvent entraîner l’arrêt des missions. L’absence de liens diplomatiques entre la France et la Corée du Nord et la faiblesse des échanges bilatéraux entre ces deux pays sont également à prendre en compte.

 

De surcroît, tous les membres du projet, qui sont des chercheurs spécialistes de la Corée et ont une connaissance directe du terrain, de la langue et du contexte coréens, travaillent aussi en Corée du Sud. Ces recherches fractionnées entre la Corée du Sud et la Corée du Nord induisent parfois des situations délicates. Pour exemple, certaines archives et données recueillies en Corée du Nord ne peuvent être partagées librement en Corée du Sud sans l’accord préalable des autorités locales et les chercheurs sud-coréens sont restreints dans l’usage de données nord-coréennes. L’origine française de ce projet offre ainsi une liberté plus grande de collecter, consulter et posséder des données venant de la Corée du Nord, et donc de travailler avec ce pays à partir de matériaux primaires.

 

Comme dans la plupart des projets de sciences humaines et sociales, un comité d’éthique a été créé : de la question de l’anonymisation et de l’assentiment de l’usage des sources jusqu’au protocole de recherche, le comité est présent pour s’assurer que les principes éthiques et déontologiques de la recherche sont respectés. Le comité d’éthique débat aussi du contexte lié à la situation géopolitique et aux risques spécifiques qu’impliquent ce projet. Cet environnement apporte au projet et à ses membres une sécurité supplémentaire qui est un atout dans sa poursuite.

 

Le comité d’éthique et de risques CITY-NKOR proposé au MEAE a été institué depuis le début du projet en 2018 et se réunit au moins une fois par an. Il est constitué de six membres dont les trois responsables des pôles CITY-NKOR ainsi que trois membres externes au projet, dont deux non-spécialistes de l’Asie, afin de bénéficier d’une expertise supplémentaire, transversale et comparative.

 

Les membres du comité d’éthique et de risques

 

Les responsables des pôles du projet ANR CITY-NKOR :

Les membres externes :

  • Antoine Bondaz (Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste de sciences politiques, expert des sanctions et de la politique internationale à l’égard de la Corée du Nord),
  • Pauline Guinard (ENS, UMR LAVUE, géographe spécialiste des villes, des émotions et des terrains contraints),
  • Johann Michel (philosophe et politiste, professeur à l’Université de Poitiers, chercheur statutaire à l’EHESS (CEMS-CNRS), spécialiste de politiques de la mémoire et de réparation)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search