ÉvÉnement city-NKOR

ATELIER

APPROCHES TRANS-DISCIPLINAIRES DE LA VILLE ET DE L’ARCHITECTURE: REGARDS CROISES FRANCO-COREENS

Le 10 octobre 2017

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75 016 Paris

Cet atelier se déroule dans le cadre du projet CREAK (Pour une approche alternative et engagée des villes nord-coréennes), un projet collaboratif (EHESS-EFEO-ENS) financé par la COMUE PSL (Paris Sciences & Lettres).

Prédécesseur du projet City-NKOR, le projet exploratoire CREAK a été impulsé par la nécessité d’ouvrir un terrain nouveau et difficile pour les études coréennes portées dans PSL par l’EHESS et l’EFEO, ce projet s’appuie sur une coopération avec des géographes de l’ENS pour renverser les approches habituelles de la Corée en Asie : il part d’une perspective scientifique pluraliste engagée, située aussi depuis la Corée du Nord pour analyser un objet négligé par la recherche urbaine française et occidentale : la ville asiatique post-socialiste.

La méthodologie, transdisciplinaire, combine l’approche par les aires culturelles avec les études transversales et comparatives sur la ville des géographes de l’ENS, dont aucune ne travaille déjà sur l’Asie ; cette articulation inédite apporte à des équipes engagées sur le terrain coréen (Centre Corée de l’EHESS et l’EFEO) le potentiel d’innovation d’un regard neuf inspiré par d’autres expériences géographiques.

La mise en œuvre s’appuie sur la coopération avec un partenaire nord-coréen identifié, l’Université d’architecture de Pyongyang pour le partage des points de vue et des savoirs sur la ville. Le projet, dont la faisabilité s’appuie sur des actions en cours et l’activation de réseaux d’architectes chinois, se concrétisera par deux séminaires (à Paris, en Chine ou à Pyongyang).

L’atelier « Approches trans-disciplinaires de la ville et de l’architecture » a mis en regard les contributions des membres du projet et d’architectes nord-coréens de l’Université d’Architecture de Pyongyang, comme en témoigne la liste des intervenants :

PANEL 1 :

 Modératrice : Pascale NÉDÉLEC (ENS)

– Valérie GELÉZEAU (EHESS): Paysages urbains et sociétés dans les grandes métropoles d’Asie: des grands ensembles coréens aux espaces publics cambodgiens

– Françoise GED (Cité de l’architecture et du patrimoine): Patrimoine, villes et paysages culturels

– Élisabeth CHABANOL (EFEO): Archéologie urbaine de la péninsule coréenne

PANEL2 :

Modératrice : Pauline GUINARD (ENS)

– Song-il JONG (Université d’architecture de Pyongyang): La fonction et la structure de la ville dans l’ère de l’économie intelligente

– Jong-hun KIM (Université d’architecture de Pyongyang) : L’application du BIM dans la gestion du cycle de vie des bâtiments

– Song-hak RYU (Université d’architecture de Pyongyang) : L’intégration à la conception architecturale des spécificités acoustiques des halls de concert en éventail

ÉVÉNEMENT CITY-nkor

Événement City-NKOR

DOING FIELDWORK IN NORTH KOREA

Korean Studies Roundtable

Valérie Gelézeau (EHESS), Élisabeth Chabanol (EFEO) and Koen De Ceuster (Leiden University) in conversation with Christopher Green (Leiden University/International Crisis Group)

28 November 2018

Valérie Gelézeau (EHESS), Élisabeth Chabanol (EFEO) and Koen De Ceuster (Leiden University) have longstanding and ongoing individual research projects in North Korea, in the field of urban studies, art and art history, archaeology and heritage. They are also collaborating in a joint research project City, Architecture and Urbanism in North Korea, funded by the French National Research Agency ANR (CITY-NKOR, ANR-17-CE27-0012). From the start, fieldwork has been a core component of their research engagement with North Korea. In this roundtable, they will address the relevance and restrictions, the opportunities, challenges and difficulties they encountered in doing fieldwork research in the tightly controlled and supervised environment that North Korea is.

For more about fieldwork in North Korea:

V. Gelézeau, “Le terrain en Corée du Nord ou la retombée en enfance des sciences sociales », Carnets du Centre Corée, octobre 2015, en ligne : https://korea.hypotheses.org/8385.

V. Gelézeau et B. Joinau, Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales. Paris, L’Atelier des cahiers, 2020.

ÉVÉNEMENT CITY-NKOR

Journée d’études :

Nouvelles géographies coréennes en perspective

20 mars 2019, EHESS / Paris

Rompant avec les approches dominantes des relations
internationales conçues de manière prescriptive, le
projet promeut une approche engagée de la Corée
du Nord par un objet spécifique : la ville. Avec une
population urbaine estimée à environ 60%, la Corée
du Nord présente des indices de développement
contradictoires (une économie industrielle, des taux
de natalité faibles et un taux d’alphabétisation élevé,
sur fond de crise alimentaire diffuse) que CITY-NKOR
aborde en interrogeant la ville et ses processus de
construction (architecture et urbanisme), qui ont
formé – et forment toujours – une des matrices de la
modernisation et de la construction de l’État socialiste
nord-coréen.
Le projet s’appuie sur une équipe de 9 chercheurs
ayant tous une expérience directe de la Corée du
Nord, acquise pour certains par plusieurs missions
de travail et de collaboration dans divers domaines.
Le projet implique des contacts avec des partenaires
nord coréens déjà identifiés pour partager savoirs et
expériences de la ville : archéologues urbains travaillant
avec l’EFEO en Corée du Nord, au Cambodge ou en
France depuis 2008, architectes et urbanistes formés
à Paris dans les années 2000.

ÉvÉnement City-NKOR

CITY-NKOR

JOURNÉE DE LANCEMENT

9 AVRIL 2018

Compte rendu

PARTICIPANTS : VALERIE GELÉZEAU, ÉLISABETH CHABANOL, KOEN DE CEUSTER, YANNICK BRUNETON, ÉVELYNE CHÉREL-RIQUIER, ALAIN DELISSEN, PAULINE GUINARD, BENJAMIN JOINAU, MARIE-ORANGE RIVÉ-LASAN.

V. Gelézeau : Présentation du projet CITY-NKOR
L’image commune que nous avons de la Corée du Nord est fabriquée par les médias qui s’appliquent à montrer une Corée du Nord menaçante et nucléarisée. Les discours géopolitiques la cantonne à une altérité distante ; une image construite par l’orientalisme. Finalement, la Corée du Nord a tellement été diabolisée qu’il est difficile de s’imaginer l’existence de personnes normales dans le pays. Enfin, la majorité des travaux sur la Corée du nord porte sur la question des droits de l’homme ou du nucléaire et ont pour objectif la « résolution du problème « . Le projet CITY-NKOR, rassemblant une équipe de neuf personnes avec huit projets individuels, adopte une posture tout à fait différente et se donne un autre objectif.
Une approche située et engagée sur les villes nord coréennes

  • Tous les chercheurs et les membres associés au projet sont en capacité de travailler sur des matériaux originaux en coréen.
  • Ce projet est la suite logique d’entreprises plus anciennes :
    Coopération avec l’EFEO depuis 15 ans : fouilles archéologiques, formation des archéologues nord-coréens. Cet ANR est la suite d’une ANR portant sur les interfaces Nord/Sud coréennes permettant de mieux comprendre la période de rapprochement des deux Corées. Cela a donné lieu à la publication du livre « De-Bordering Korea. Tangible and Intangible Legacies of the Sunshine Policy »4.
    Situer son point de vue : les modes de pensée des chercheurs ont été au départ formés et informés depuis la Corée du Sud. Il faut en être conscient.
    Une approche engagée : on avance dans l’espoir d’en apprendre sur nos propres villes par la coopération. Cette coopération est appréhendée comme un partage de savoirs.

Marie Orange Rivé-Lasan aimerait travailler sur les élites nord-coréennes. Cependant, faire un terrain pour rencontrer les élites nord-coréennes semble difficile. Sa porte d’entrée pour les étudier serait l’analyse du rôle des élites nord-coréennes dans la construction de Pyongyang. Elle s’intéresse notamment à la mise en scène des lieux de mémoire dans la ville. Puisque les lieux de mémoires sont montrés, ne sont pas cachés (il n’y a pas d’information confidentielle) cela lui semble déjà plus faisable.

Évelyne Chérel-Riquier travaille sur les espaces religieux chrétiens nord-coréens. Jusqu’à maintenant, ses recherches ont surtout porté sur la Corée du Sud et la façon dont les Églises se réinventent. Elle s’intéresse non seulement à la construction de ces églises mais aussi à la manière dont l’État nord-coréen leur donne une place. Pourquoi ces églises sont construites de cette façon ? Comment s’est développée la place de la religion en Corée du Nord ? Le sentiment commun est que L’Église nord-coréenne se serait construite avec la collaboration de l’Église catholique sud-coréenne. Il y a une influence que l’on aperçoit en analysant la structure religieuse des deux Corées.

Yannick Bruneton travaille sur les sites historiques importants de Corée du Nord. Ce qui l’intéresse le plus est la fabrique du savoir. Comment produire des ouvrages ? Comment sont utilisées les ressources produites ? Quelles sources sont utilisées ? Son objectif premier de terrain est de rencontrer les auteurs de ces ouvrages. Il essaie d’avoir un maximum de questions très concrètes et précises. Il propose de participer à un ouvrage collectif nord-coréen pour voir comment se formalisent les relations et les productions académiques entre les universités.


Élisabeth Chabanol travaille depuis 15 ans en RPD de Corée sur le site de Kaesong, (histoire de l’art de la ville, fouilles archéologiques de la forteresse). Elle effectue ses recherches sur les lieux symboliques de Kaesong. Pour l’an prochain, elle souhaite travailler à l’extérieur des enceintes. Dans le cadre de recherches externe aux enceintes, elle a déjà les contacts (poursuite des recherches sur le terrain avec le NAPCH) et la bibliographie. Son objectif est donc d’élargir son périmètre de recherche à Kaesong. Néanmoins, l’extérieur de la zone intra-muros à Kaesong, zone militaire, implique d’intervenir dans des zones difficiles d’accès.


Valérie Gelézeau s’intéresse à l’habitat collectif et son rôle dans la construction de la société nord-coréenne. Sa première demande est d’aller visiter les appartements de fonction occupés par des professeurs. Deuxièmement, elle aimerait obtenir les données officielles du recensement général en cours. Elle s’intéresse ensuite aux grands projets d’appartement à Pyongyang avec l’organisation des micro-districts sur lesquels il y a déjà une littérature. Troisièmement, elle veut montrer à l’Université d’architecture de Pyongyang en quoi il est intéressant de s’interroger sur l’habitat et l’architecture en sciences sociales. C’est pourquoi elle souhaiterait organiser un séminaire à Pyongyang.


Koen de Ceuster s’interroge sur la notion d’artiste en Corée du Nord. Pour son terrain, il part durant quatre semaines, à la mi-mai, en Corée du Nord où il va suivre trois peintres qu’il connaît depuis plusieurs années. Il va travailler en même temps avec les instituteurs et post-doctorants de l’université des Beaux-Arts. En septembre 2018, il retournera en Corée du Nord pour deux semaines voire une artiste qu’il connaît depuis 2005. Son objectif est de trouver une articulation entre la production artistique et la politique de mémoire. Il n’y a pas d’histoire nord-coréenne sans la production d’un récit biographique de la famille Kim. Ce qui l’intéresse est de voir comment cette biographie monopolise le paysage public, l’histoire publique. Il veut par ce canal comprendre ce qu’est un grand monument.


Benjamin Joinau travaille sur la représentation du cinéma en Corée du nord et surtout sur la question de l’espace public et de ses représentations. Il s’intéresse aux questions de distance et de visibilité à Pyongyang. Il a déjà publié des articles sur ce sujet qu’il intitule « régime de visibilité » mais il voudrait creuser sur : Que voit-on dans la ville ? Que peut-on voir ou ne pas voir en fonction de qui on est ? Puis en retournant le point de vue, qui peut me voir ? Quelles sont les pratiques autorisées dans les espaces publics ? Comment les lieux liés à la mémoire sont pratiqués selon les catégories, les groupes (habitants de Pyongyang, touristes, touristes-chercheurs). Pour son terrain, il propose d’accompagner un groupe de touristes et/ou ses collègues dans certaines missions afin de bénéficier d’une dynamique de groupe dans l’analyse des espaces. Il propose aussi d’approcher les collèges de l’université d’architecture de Pyongyang et de leurs proposer un séminaire ou un cours sur la culture urbaine en vue d’ouvrir un dialogue sur ses thématiques de recherche.

ÉvÉnement city-NKOR

Table ronde : Quelle(s) politique(s) envers la Corée du Nord ?

Le 15 mars 2019 de 15h à 17h

Lieu : Maison de l’Asie

Animée par Marie-Orange Rivé-Lasan (Université Paris-Diderot).

Participants : Antoine Bondaz (Fondation pour la Recherche Stratégique), Mathieu Duchâtel (Institut Montaigne), Céline Jurgensen (CEA), Benoît Berthelier (UPD), Valérie Gelézeau (EHESS).

Benoit Berthelier : la science en Corée du Nord en dehors du nucléaire?

            La présentation s’est centrée sur l’histoire des sciences depuis 1945 et la question de l’interprétation des sanctions de l’ONU envers la Corée du Nord. L’histoire des sciences implique une considération économique et idéologique. En Corée du Nord, il y a une écriture de l’histoire des sciences fondée sur des traces matérielles représentant un mode de production « à la socialiste ». Les autorités nord-coréennes cherchent à vulgariser l’histoire des sciences pour démocratiser leur connaissance et construire une histoire industrielle de la Corée qui dépasse l’humiliation de la colonisation japonaise.

En parallèle, la planification économique est rattachée à une recherche d’automatisation suite à des politiques scientifiques. L’automatisation dans les usines démontre que l’impact des sciences ne se limite pas à un impact économique mais affecte la culture et la vie quotidienne.

La science en Corée du Nord concerne aussi le développement des supports numériques (logiciels, digitalisation des informations) qui sont de plus en plus accessibles par l’intranet du pays. B. Berthelier constate une évolution des pratiques et une augmentation des supports destinés au loisir comme des systèmes de vidéo à la demande ou une offre variée de jeux vidéo. Il a remarqué un changement de pratiques culturelles : Les “salles de lectures” (dokseosil) ferment petit à petit, pour être remplacées par des salles de jeux vidéo. Avec cette consommation culturelle, c’est une ambition économique qui se manifeste, avec des entreprises aux mentalités plus entrepreneuriales ayant soif d’échanges internationaux, mais aussi une volonté éducative de la part des autorités avec la possibilité de cours en ligne permettant une éducation à moindre coup et/ou offrant des reconversions de carrière. Ainsi, les cours en ligne sont une manière d’abolir la distance pour ceux qui ne pouvaient pas suivre les cours à Pyeongyang et qui peuvent, maintenant, bénéficier d’une formation.

Pour conclure, B. Berthelier remet en perspective les sanctions de l’ONU et expose que ce qui pose problème au développement des sciences en général en Corée du Nord, c’est les pouvoirs publics des pays extérieurs et la peur des sanctions internationales qui rendent difficile une coopération scientifique (surtout dans le domaine des sciences humaines et sociales).

Antoine Bondaz : les relations intercoréennes

            A. Bondaz commence par expliquer l’évolution de sa position sur les relations intercoréennes : il est passé d’un optimisme prudent sur les négociations internationales avec la Corée du Nord à un pessimisme prudent. Le constat est que les essais balistiques ont cessé depuis fin 2017 suite, entre autre, à une offensive diplomatique facilité par le Président Moon Jae-In. Plusieurs grands événements ont laissé penser qu’un changement s’effectuait dans les relations intercoréennes marquées par les jeux olympiques et les deux sommets intercoréens. La méthode de négociation est passée dans un mode « top-down » où les plus hauts niveaux hiérarchiques se parlent directement et il ne s’agit plus d’une succession d’intermédiaires.

Puis, le sommet de Singapour qui s’est tenu le 4 et 6 décembre 2018 a alors été un moment marquant qui à permis de voir les limites des engagements de chaque participants et d’établir plusieurs objectifs :

– Arrêt des sanctions économiques envers la Corée du Nord

– La signature d’un traité de paix

– Le rapatriement des corps des soldats américains conservés par la Corée du Nord.

Or, seul le dernier point a été suivi d’actions réelles avec plus de 200 corps de soldats américains qui ont été rapatriés depuis le traité.

Sur les autres points, les sanctions économiques sont maintenues et rien n’a évolué concernant le gèle du programme nucléaire et sur le démantèlement (partiel) des installations militaires nord-coréennes qui se feraient contre une levée totale des sanctions économiques. Pour A. Bondaz, on en est à un moment où il n’y a pas d’accord et ou J. Bolton et S. Biegun revoient leur politique. En parallèle, Choe Son Hui, qui travaille à la stratégie politique nord-coréenne, se positionne en critiquant directement l’administration américaine mais pas Trump, laissant là une porte ouverte aux échanges mais seulement au rang politique le plus élevé.

Les Sud coréens quant à eux paraissent être pris au dépourvu. Il n’y a pas de reprise prévue à très court terme des négociations.

A. Bondaz évoque la question du traité de paix, dont, dit-il, on sous-estime les chamboulements géopolitiques que sa signature pourrait engendrer.

Il renvient sur le rôle des européens qu’il décrit comme limité. Il mentionne, cependant, le rôle des suédois et des finlandais qui ont été des agents facilitateurs permettant la reprise des dialogues début 2019. Quant à l’Union européenne elle n’a pas fait grand chose concernant la Corée du Nord. A. Bondaz se demande quel rôle pourrait être celui de l’UE s’il n’y a plus de relation diplomatique entre les États-Unis et la Corée du Nord. Il se demande également si l’UE pourrait jouer un rôle alors que la Corée du Nord demande un accroissement de l’aide humanitaire, mais cela lui semble compliqué.

Mathieu Duchâtel : La position chinoise vis-à-vis des sanctions envers la Corée du Nord

M. Duchâtel aborde l’aspect des sanctions, principalement du point de vue de la Chine. Il lui semble qu’il apparaît toujours tentant de commenter l’actualité et de parler en terme de scénario lorsque l’on se penche sur la question des sanctions.

Selon lui, ce qui intéresse tout le monde est de savoir si les nord-coréens ont pris la décision de dénucléariser ou non. Sur ce point, les américains sont les plus sceptiques.

C’est la réponse à cette question qui détermine nos politiques à l’égard de la Corée du Nord.

Le sommet d’Hanoï qui s’est tenu le 27 et 28 février 2019 a permis de clarifier la position de la Corée du Nord par rapport à ce qu’elle est prête à céder pour une baisse des sanctions économiques. Grâce à ce sommet, on a la certitude que les autorités nord-coréennes cherchent à ce que les sanctions des Nations Unies soient réévaluées. En particulier les interdictions sur les déplacements des nord-coréens et sur les restrictions liées aux armements.

Actuellement, le régime de sanction devient proche d’un embargo total sur la Corée du Nord. L’embargo impacte, entre autre, le transport commercial de minerais, de charbon ainsi que les aides humanitaires à la fois sur les voies maritimes et aériennes. Les  sanctions portent de plus en plus préjudice à l’économie nord-coréenne et même si il n’y a pas de chiffre fiable, la récession est estimée par les experts à 4% en 2018. Or, c’est les nord-coréens « lambda » qui commencent à souffrir de ce régime de sanction et non les élites.

Face à ce processus de négociation, la Chine a pris un rôle important avec un changement de position de Xi Jinping qui a affirmé un ralliement à l’embargo. Paradoxalement, la Chine, sur le long terme, est l’état qui défend le plus que l’acceptation d’une démilitarisation de la Corée du Nord passe par une aide à son développement économique.

Les éléments qui manquent à une bonne évaluation des possibilités de négociation avec la Corée du Nord sont, côté nord-coréen, une liste exhaustive des activités de prolifération du nucléaire et, côté américain, à savoir si le gouvernement de Trump serait prêt à un deal partiel ou ponctuel.

Valérie Gelézeau : qu’est ce que la frontière intercoréenne?

V. Gelézeau questionne la nature de la frontière intercoréenne : s’agit-il d’une frontière fossilisée de la guerre froide, immobile et toujours la même ? Il s’agirait plutôt d’une frontière en perpétuelle construction modelée par un régime qui n’est ni la guerre ni la paix.

Lors du traité d’armistice de 1953 suite à la guerre de Corée, le tracé décidé de la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord a été le 38ème parallèle. Mais, dans les faits, la vraie frontière est restée la ligne de front, là où se sont arrêtées les armées et il s’agit d’un tracé beaucoup moins net. 

Valérie Gelézeau souligne que les deux Corées ne sont pas dans un régime de paix et qu’aucun traité de paix n’a été signé. On est ni dans un régime de paix, ni dans un régime de guerre. Ce qui changerait vraiment les rapports politiques avec la Corée du Nord serait d’arriver à un traité de paix. Or la politique actuelle envers la Corée du Nord passe d’un régime de sanctions ciblées à des sanctions globales beaucoup plus préjudiciables.

Que faire en tant que scientifique dans ce contexte?

Les Sciences Humaines et Sociales (SHS) ne sont pas (encore) directement impactées par l’embargo et il est théoriquement possible de travailler avec des chercheurs en SHS nord-coréens. La preuve en est avec le projet « CityNkor : ville architecture en Corée du Nord » qui a pour but d’approcher la Corée du Nord au travers de la ville analysée par différentes disciplines SHS. Ce projet se fait en collaboration avec des collègues nord-coréens. Pour V. Gelézeau, les SHS sont aussi un moyen d’apporter des clés de compréhension sur des questions économiques qui pourraient changer les choses et permettre une diffusion, un contact et une ouverture intellectuelle entre la Corée du Nord et l’extérieur.

Céline Jurgensen : Retour sur les aspects stratégiques du nucléaire en Corée du Nord pour comprendre la position française.

Le programme nucléaire balistique de la Corée du Nord et la question de la prolifération date du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires signé en 1968. Un traité dont le respect dépend de l’Agence Internationale de l’Énergie qui, sous l’égide de l’ONU, contribue à une politique de non prolifération. Or, la question de la non-prolifération du nucléaire est avant tout une question politique et non technique. Pour C. Jurgensen, il y a un changement de nature de cette crise du nucléaire nord-coréen : avant c’était un enjeu de prolifération mais maintenant, il y a un enjeu de capacité de dissuasion. En effet, la Corée du Nord n’est pas reconnue comme un Etat nucléarisé mais, en même temps, elle possède l’atomique. L’une des première étapes pour des négociations réalistes est de mettre en œuvre un moyen pour que la Corée du Nord soit reconnue comme une puissance nucléaire. Depuis 2012, la Corée du Nord a accéléré son développement de la nucléarisation avec (6 essais nucléaires). Une accélération qui intervient à un moment de vide politique aux États-Unis (entre deux élections). On a ainsi eu Hwasong 14 en 2016 et Hwasong 15 en 2017 où pour la première fois la Corée du Nord se montre capable d’atteindre les États-Unis. Il y a une volonté politique de découplage entre les alliés asiatiques et les États-Unis. Les négociations se sont alors faites sur deux niveaux, à la fois celui de l’analyse technique (à évaluer les capacités réelles du nucléaire nord-coréen) et politique. Quel est alors l’objectif commun de ces négociations de 2018/2019? Quelles sont les mesures que la Corée du Nord est prête à prendre? Comment définissent-ils un démantèlement du nucléaire? Quels missiles sont concernés?

Pour la suite des négociations, il y a un certain nombre d’éléments qui viennent à manquer dont une feuille de route statuant :

– la démilitarisation et ce qu’elle implique n’a jamais été clairement définit

– qui effectue les préparations techniques nécessaires à un démantèlement du nucléaire

– qui vérifie la mise en œuvre du démantèlement

Pour conclure, C. Jurgensen voit une obligation de maintenir les sanctions envers la Corée du Nord car c’est ce qui met la pression et incite à négocier.

Publications City-NKOR:

Théo Clément, 2020, Between Economic Reform and Support of an “Independent National Economy”:  Special Economic Zones in North Korea, North Korea Review, Seoul, pp.25-54.

Dans le dernier numéro de la revue spécialisée North Korean Review, Théo Clément, postdoctorant à l’EHESS au sein du projet City-NKOR, signe un article portant sur les politiques de développement économique nord-coréennes et tout particulièrement la gestion des Zones Économiques Spéciales (ZES).

Apparues dans le pays en 1991, essentiellement du fait d’une influence chinoise dans le contexte d’une économie nord-coréenne au bord du collapse, les ZES nord-coréennes n’ont pas su attirer les investissements directs à l’étranger. Parmi les raisons les plus régulièrement citées pour expliquer cet échec figurent notamment la rigidité du climat d’affaires nord-coréen, l’opacité généralisée des mécanismes de décisions institutionnels ainsi que le manque de sécurité juridique auxquels font face les potentiels investisseurs.

En revenant sur le détail du développement historique des Zones Économiques Spéciales Nord-coréennes et du corpus législatif qui les accompagne, l’auteur met en lumière le fait que si les ZES de RPDC ont pu être inspirées des réformes chinoises, leur développement semble plutôt s’intégrer dans le soutien aux politiques économiques nord-coréennes traditionnelles (National Independent Economy dans les textes nord-coréens) orientées vers l’indépendance et le Juche. L’auteur appuie cette thèse sur des entretiens de recherche réalisés à la frontière sino-nord-coréenne ainsi qu’en Chine.

L’article conclut sur le fait que si les ZES constituent bel et bien des signes de réforme économique (au sens d’une altération des outils mobilisé pour la production de richesse), elles n’induisent pas forcément l’amorce d’un changement systémique, puisque Pyongyang semble vouloir les intégrer au sein du système économique existant en RPDC.

Publications city-NKOR:

Valérie Gelézeau, 2020, The unresolved Korean border, the polarized meta-nation, and the North Korean problem, North Korea Review, Seoul, p.111-120.

Dans ce commentaire publié dans la North Korean Review, Valérie Gelézeau développe le concept de « méta-nation » coréenne, poursuivant un réflexion déjà abordé dans de précédentes publications, dont l’ouvrage Debordering Korea et l’article collectif « Interfaces et reconfigurations de la question Nord/Sud en Corée » tous deux dirigés par l’auteur.

Prenant le contre-pied de l’idée dominante d’une frontière inter-coréenne comme un vestige gelé de la guerre froide, Valérie Gelézeau montre que la ligne de division entre le Nord et le Sud constitue une entité « mouvante », dont la détermination n’a pas été planifiée mais accidentelle (elle est constituée de l’arrêt de la ligne de front d’une guerre non terminée) et que son tracé évolue en fonction des rapports de force Nord-Sud ainsi que des dynamiques politiques internes à la Corée du Sud. La frontière intercoréenne n’est ici non pas comprise comme une entité linéaire mais comme un « phénomène social total » complexe qui divise non seulement le territoire coréen, mais aussi la diaspora coréenne et les communautés de défecteurs, et dont la porosité varie en fonction des contextes : la période de la « politique du rayon de soleil » (sunshine policy) entre 1998 et 2008, et les expériences de coopération économique Nord-Sud (Kaesong, Monts Kumgang) ont pu par exemple largement influencer l’économie et la géographie des zones frontalières.

L’article explique également l’impact politique que peut avoir cette « frontière non-résolue » dans les imaginaires collectifs, agissant comme une forme de barrière mentale empêchant d’accéder à la compréhension de la Corée dans sa totalité (l’auteur parle de schizophrénie des études coréennes) et qui facilite les processus de construction de la Corée du Nord comme une « menace », un proliférateur ou un pays fondamentalement mauvais, autrement dit sa diabolisation – notamment médiatique.

L’auteur conclut en expliquant que c’est « la nature même de la frontière inter-coréenne, en tant que non-frontière et méta-frontière qui structure le contexte géopolitique d’une situation qui n’est ni la guerre ni la paix, ou, alternativement, à la fois la paix et la guerre » – et qui renvoie à un paradigme global depuis le début des années 2000

PUBLICATIONS CITY-NKOR:

La revue sud-coréenne North Korean Review (NKR), seule revue académique entièrement dédiée à la Corée du Nord, a publié son dernier numéro au mois d’avril 2020. Cette publication nécessite d’être soulignée dans les colonnes de ce blog puisque deux membres du projet City-NKOR y signent des contributions.

Fondée en 2005 au sein de l’Université de Détroit Mercy, la NKR est actuellement éditée par l’Institut des Études Nord-coréennes de l’Université de Yonsei à Séoul (연세대학교북한연구원). Publication de sciences sociales, la revue accueille essentiellement des articles portant sur les problématiques politiques ayant traits à la Corée du Nord mais demeure ouverte à toutes les disciplines des sciences sociales, comme en témoigne le sommaire du dernier numéro de la revue :

Spring 2020

Articles

Diplomacy Among Comrades: North Korea’s Relations with the Eastern European « Fraternal Countries, » 1960-1964, in the Context of the Sino-Soviet Split

Natalia Matveeva​

Between Economic Reform and Support of an « Independent National Economy »: Special Economic Zones in North Korea

Théo Clément​

Understanding the « Socialist Tourism » of North Korea Under Kim Jong Un: An Analysis of North Korean Discourse

Dean J. Ouellette​

Trump’s « Madman » Game in North Korea and the Pakistan Model

Jalel Ben Haj Rehaiem​

Commentary Essays

Trump and Kim Jung Un: Climbing the Diplomatic Ladder

Leif-Eric Easley

The Unresolved Korean Border, the Polarized Meta-Nation  and the North Korean Problem

Valérie Gelézeau

How Economic Sanctions Discourage the Prospect of Reunification of the Korean Peninsula (and What Might Help)

Surachanee Sriyai

Valérie Gelézeau et Théo Clément, respectivement directrice et chercheur postdoctorant au sein du du projet City-NKOR y signent tout deux une contribution qui font l’objet d’une discussion détaillée ici et ici.

City-NKOR

Ce carnet de recherche est dédié à l’accompagnement du projet ANR CITY-NKOR: « Ville, Architecture et Urbanisme en Corée du Nord » (2018-2021). Combinant études aréales et sciences sociales, CITY-NKOR implique trois institutions européennes pionnières sur la Corée du Nord (l’UMR8173-Chine, Corée, Japon, l’EFEO et l’Université de Leyde). Rompant avec les approches dominantes des relations internationales conçues de manière prescriptive, le projet promeut une approche engagée de la Corée du Nord par un objet spécifique : la ville. Avec une population urbaine estimée à environ 60%, la Corée du Nord présente des indices de développement contradictoires (une économie industrielle, des taux de natalité faibles et un taux d’alphabétisation élevé, sur fond de crise alimentaire diffuse) que CITY-NKOR aborde en interrogeant la ville et ses processus de construction (architecture et urbanisme), qui ont formé – et forment toujours – une des matrices de la modernisation et de la construction de l’État socialiste nord-coréen.

https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE27-0012

L’objectif du carnet de recherche est triple:

1/ Présenter le projet de recherche et notamment ses ambitions scientifiques, son équipe et projets de recherche ainsi que ses méthodologies. Si le carnet a essentiellement pour objet de mettre en avant un projet de recherche collectif, les travaux individuels des chercheurs qui le composent feront aussi l’objet de présentations.

2/ Promouvoir l’actualité du projet City-NKOR, et particulièrement les publications collectives ou individuelles des membres du projets (en français, anglais et coréen), les séminaires de recherche et événements publics organisés dans le cadre du projet. City-NKOR est basé à Paris et à Séoul, des événements étant aussi organisés à Leyde et à Pyongyang.

3/ Disséminer les résultats de recherche des membres du projet City-NKOR auprès du grand public, des décideurs, milieux d’affaires et de la communauté académique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search