« CAPITALES HISTORIQUES CORÉENNES » (PART.1)

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en quatre parties sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

***

Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée

Élisabeth Chabanol[1]

Partie 1 : Introduction

Conséquence de l’histoire de la péninsule coréenne au cours du xxe siècle, Kyŏngju, site de la capitale du royaume de Silla, que l’on peut dater des alentours de l’ère chrétienne à 935 d’une part et, d’autre part Kaesŏng, site de la capitale du royaume de Koryŏ de 918 à 1392[2], sont depuis 60 ans situées de chaque côté de la Zone démilitarisée, qui sépare les deux Corées. Ces deux agglomérations coréennes de taille moyenne, aujourd’hui toutes deux classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, sont les capitales historiques de deux pays rivaux, aux systèmes politiques très différents, que nous souhaitons mettre en regard.

Or, à part à des fins idéologiques, la perspective comparée entre les deux Corées est très rarement mise en œuvre dans la littérature scientifique. Pourquoi, alors, nous lancer dans cette entreprise ? Envisageant notre travail d’archéologue et d’historienne de l’art dans la perspective critique des sciences humaines et sociales, nous souhaitons d’abord tester sur le plan méthodologique les vertus de la comparaison et des regards croisés[3] dans l’analyse de ces deux villes sur lesquelles nous travaillons depuis plus de 20 ans (dans le cas de Kyŏngju) et plus de 10 ans (dans celui de Kaesŏng).

Les villes actuelles sont deux agglomérations provinciales de taille moyenne qui présentent de nos jours à peu près le même nombre d’habitants : 258 218 pour Kyŏngju[4] et un peu moins de 200 000 pour Kaesŏng[5], nombre qui a vraisemblablement chuté depuis la restructuration territoriale effectuée pour l’aménagement du complexe industriel de Kaesŏng (Kaesŏng kongdan/Kaesŏng Industrial Complexe = KIC)[6]. Les deux villes sont situées dans des bassins côtiers non loin de la mer et de port, Kaesŏng dans le système des plaines du centre ouest de la péninsule, dont fait également partie la région de Séoul ; Kyŏngju dans celui de la plaine de Pusan, qui est la deuxième ville et le premier port de Corée du Sud, au sud-est. Sur le plan régional, toutes deux font donc partie de grandes régions urbaines, portuaires et industrielles – évidemment dont l’échelle renvoie à l’architecture urbaine de chacune des deux Corées (voir le chapitre 1 dans ce livre).

Dans ces deux capitales historiques, des structures muséographiques ont été mises en place, dès la période coloniale et même avant, directement liées à l’étude du site de ces capitales et à leur mise en valeur. En 1995, puis 2000[7], Kyŏngju fut classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour la richesse exceptionnelle de ses vestiges datant du royaume de Silla (ier-xe siècle), notamment les tumuli, le monastère Pulguk, la grotte Sŏkkuram. Quant à Kaesŏng, le site fut classé en 2013 pour la richesse des vestiges de l’époque du Koryŏ, notamment la tombe du roi Kongmin ou la porte Namdae (grande porte du Sud), au terme d’actions dont des travaux de recherche que nous y avons effectués depuis 2010 ne sont pas étrangers. Il est intéressant pour nous de constater d’ailleurs que, dans ce second un cas, nous avons démarré nos recherches de jeune chercheur en 2003 parce que la ville était un site exceptionnel reconnu et, désormais expérimentée, nous avons contribué par nos travaux à formaliser l’exceptionnalité du patrimoine qui s’y trouvait.

Tant pour Kyŏngju que pour Kaesŏng, l’objet de nos recherches est le patrimoine culturel matériel de ces deux cités, qui constitue un « précipité » des strates discontinues de leur passé. Ces strates sont le fruit, et de l’action du temps qui passe sur les biens matériels, et des choix politiques en matière de planification urbaine faits par l’homme, ce que résume Laurent Olivier par l’expression la « masse hétérogène de notre présent »[8] qui en désigne le résultat actuel. Le « texte de ce passé » est écrit par l’État moderne ou sous son contrôle (comme cela en était aussi la pratique autrefois) afin d’en paraître son unique créditeur et de l’utiliser pour l’idéologie présente[9].

Ce chapitre est donc la toute première étape d’un travail de synthèse des recherches que nous avons effectuées dans les archives des deux Corées et sur le terrain des sites de ces deux anciennes capitales. Dans une perspective comparative, il s’efforce de donner un aperçu et d’expliquer les choix effectués en matière de politique patrimoniale à Kyŏngju et à Kaesŏng dès le début de la mise en pratique d’une politique systématique par les institutions coloniales japonaises dans les années 1900, et ce jusqu’à la période contemporaine.

Partie 2 : LIEN


[1] École française d’Extrême-Orient (EFEO).

[2] Kaesŏng restera la capitale de la Corée pour une courte période, de 1392 à 1394, puis de 1398 à 1405, à l’époque du royaume de Chosŏn.

[3] Olivier Rémaud, Jean-Frédéric Schaub et Isabelle Thireau (dir.), Faire des sciences sociales, vol. 3, Comparer, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012.

[4] Nombre d’habitants au mois d’août 2017 indiqués par la mairie de Kyŏngju :

http://www.gyeongju.go.kr/open_content/ko/page.do?mnu_uid=292&parm_mnu_uid=1592&srchBgpUid=590 (consulté le 18 septembre 2017).

[5] Les statistiques concernant les villes de république populaire démocratique de Corée existent mais sont peu fiables. Il faut croiser plusieurs sources pour obtenir des chiffres approximatifs. Voir sur ces questions le mémoire d’habilitation à diriger des recherches de V. Gelézeau, chapitre 3 : « Positions II – Étudier la Corée du Nord, du savoir au « faire-savoir » ». Valérie Gelézeau, Corée, Corées. Pour une géographie située de la division, rapport de synthèse pour le dossier d’HDR, 2012, p. 67-99.

[6] Sur ces restructurations, voir É. Chabanol, paragraphe « Reorganizing Kaesŏng » dans Elisabeth Chabanol, « Heritage management in the Kaesŏng Special Economic Zone », in Valérie Gelézeau, Koen De Ceuster et Alain Delissen (dir.), op. cit., 2013, p. 51-55. Nous pouvons avancer le nombre de 150 000 habitants.

[7] Les sites de Kyŏngju ont été classés sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en deux temps : en 1995, Sŏkkuram et le monastère Pulguk ont été inscrits sous l’appellation en français de « Grotte de Seokguram et temple Bulguksa », puis en 2000, l’ensemble des sites historiques de la ville (tombes, pagodes, etc.) sous l’appellation « Zones historiques de Gyeongju ».

[8] Laurent Olivier, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, éditions du Seuil, 2008.

[9] Guillaume, Marc, La politique du patrimoine, Paris, éditions Galilée, 1980.

« Capitales historiques coréennes » (part.2)

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en quatre parties sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

***

Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée

Élisabeth Chabanol[1]

Partie 2 : L’époque japonaise : mise en place des cadres institutionnels modernes

Les premiers travaux d’archéologie et de muséographie sont à vrai dire antérieurs à la période coloniale. En 1748, Chŏng Chihae, père du gouverneur de la ville de Chinju dans le sud-ouest de la Corée, entreprit l’excavation de six tombeaux dans l’espoir de retrouver les sépultures de ses ancêtres de l’époque du royaume de Koryŏ[2]. On peut aussi retrouver des traces de l’histoire des musées en Corée dans des rapports rédigés après les visites officielles au Japon, comme pour la première visite officielle en 1876. S’en suivra l’ouverture du musée de la Maison impériale (Chesil pangmulgwan) au public par l’empereur Sunjong en 1909[3].

Mais, réellement, il faut attendre l’occupation de la péninsule coréenne par les Japonais pour que soit mis en place une réelle politique en matière de gestion du patrimoine[4] culturel matériel et qu’en 1910, un Comité de recherche archéologique soit créé. L’administration coloniale avait lancé un projet d’étude à long terme sur l’histoire de la colonie et s’intéressait tout particulièrement à l’histoire ancienne dans un but de servir leur politique coloniale. En conséquence, même si les archéologues japonais dirigeaient leurs études objectivement, la culture de la Corée ancienne était considérée comme mineure et son rôle de pont culturel entre la Chine et le Japon négligé[5].

A Kyŏngju : des fouilles de grande envergure et la découverte des vestiges du Silla

Mais ironiquement, ce sont les Japonais qui, louant la culture du Silla, ont permis aux Coréens de se souvenir de l’importance historique de Kyŏngju. A cette époque, l’ancienne capitale était réduite à l’état d’une petite bourgade de campagne. Le gouvernement impérial entreprit les fouilles de plusieurs tumuli et la restauration de sites importants. Les résultats de ces travaux furent publiés, et Kyŏngju, en tant que capitale du royaume de Silla, fut révélée aussi bien en Corée qu’à l’étranger[6].

Plusieurs campagnes de fouilles furent ainsi menées. De 1913 à 1917, les fouilles permirent de découvrir la tombe de couple de Pomun-ri[7] ; puis en 1920, au moment de l’aménagement de la voie ferrée reliant Kyŏngju à Ulsan, permirent l’excavation des tombes en fosses de Ipsil-ri. En 1921, la découverte accidentelle de la première couronne en or du Silla dans la tombe ensuite baptisée Kŭmgwang-ch’ong (ce qui signifie littéralement « tumulus de la couronne d’or ») amplifia l’intérêt général pour le site et les touristes commencèrent même à affluer dans cette bourgade tranquille.

Lorsque le Gouvernement général du Chosŏn décide d’emporter le mobilier de Kŭmgwan-ch’ong à Kyŏngsŏng (Séoul) afin de l’étudier et l’analyser, des habitants de Kyŏngju lui présentent une pétition afin de conserver le mobilier de la sépulture à Kyŏngju et de le montrer dans une salle d’exposition qui appartient à la Société de conservation des vestiges historiques de Kyŏngju (Kyŏngju kojŏk pojon hoe) depuis 1913. Développant ses activités en lien avec la politique coloniale, cette Société de conservation des vestiges historiques parvient à aménager des sites historiques de la région de Kyŏngju et à conserver les objets et les documents découverts dans cette région[8]. Dès décembre 1923, un des kaeksa (auberge installée dans chaque région pour les envoyés étrangers ou les fonctionnaires) de Kyŏngju fut en effet utilisé par la Société pour exposer des objets et des documents découverts à Kyŏngju et dans ses environs. En 1926, cette salle deviendra l’annexe de Kyŏngju du musée du Gouvernement colonial japonais.

Les découvertes archéologiques se poursuivent dans les années 1920. En 1924, ce fut la découverte du tumulus dit « de la cloche d’or » (Kŭmnyŏng-ch’ong), et de Singni-ch’ong (« tumulus des chaussures décorées ») en 1926. Grâce aux nombreuses fouilles d’archéologues japonais expérimentés tels que Umehara Sueji et Arimitsu Kyōichi dans les années 1930, les découvertes s’accumulent. Entre 1931 et 1936 fut mise au jour Sŏbong-ch’ong (« tumulus du Phénix de bon augure »), ainsi que plusieurs tombes à coffrage en bois et entassement de pierres, et des tombes à salle en pierre. Parallèlement, la restauration du très important monastère Pulguk, ainsi que celle de la grotte Sŏkkuram, constituant des sites majeurs de la culture bouddhique, fut lancée.

Figure 9.1.

Porte Namdae à Kaesŏng avant le démontage de la muraille intérieure, Souvenir de Séoul (Corée) 1903, (coll. de l’auteur)

Figure 9.2.

Kaesŏng pangmulgwan = Musée de Kaesŏng entre 1931 et 1945 (coll. de l’auteur)

Figure 9.3.

Monastère Pulguk à Kyŏngju. Construit sous le règne du roi Pŏp’ǔng de l’époque du Silla (coll. de l’auteur)

Figure 9.4.

Annexe de Kyŏngju du musée du gouvernement général du Chosŏn (Chosŏn Ch’ongdokpu pangmulgwan Kyŏngju pun’gwan) (coll. de l’auteur)

Cependant, au nom du développement, l’agglomération fut aussi très abîmée par les occupants notamment l’installation du réseau de transport, problème qui persiste encore de nos jours : ainsi, une route fut tracée au travers de Sŏak-dong et coupe toujours un site de tombeaux, dont la sépulture la plus célèbre est celle dite du roi Muyŏl ; de même, une voie de chemin de fer, ainsi qu’une route furent construites au travers du site du château royal de Wŏlsŏng.

A Kaesŏng : une archéologie du Koryŏ dominée par les Coréens

Dès 1912, la Société de préservation du patrimoine de Kaesŏng (Kaesŏng posǔng hoe) est fondée dans les bureaux du ku (arrondissement urbain) de Kaesŏng. La Société s’occupait de la protection et de la réparation des bâtiments des sites historiques célèbres de Kaesŏng et de sa proximité, ainsi que de la conservation et de la collecte des objets.

Alors qu’en 1931 Kaesŏng change de statut administratif et passe au rang de pu (ville), alors qu’elle n’était jusque là qu’un arrondissement urbain (ku) dans un comté (kun[9]), le musée municipal de Kaesŏng[10] (Kaesŏng purip pangmulgwan) est fondé [11]. La création de ce musée est liée aux efforts et aux activités de la Société de préservation du patrimoine de Kaesŏng mais aussi à la volonté de célébrer le nouveau statut de Kaesŏng et son patrimoine. Les bâtiments du musée sont construits grâce aux donations de nombreux volontaires de la ville. Y sont exposés 224 pièces et documents empruntés au musée du Gouvernement général du Chosǒn, 44 pièces que le musée possédait déjà, ainsi que des objets donnés par la compagnie des produits Mitsu[12]. La majeure partie des objets et documents exposés au musée municipal de Kaesŏng sont de l’époque du Koryǒ : à cette époque déjà, au travers de ce musée, les habitants de Kaesŏng célébraient le fait que leur ville avait été une capitale.

Mais, alors que la fondation de la Société de préservation du patrimoine de Kaesŏng et du musée municipal de Kaesŏng ont eu lieu pendant l’époque de l’occupation japonaise, il faut souligner que les postes clés (présidents de la société et directeurs du musée) furent tous tenus par des Coréens : ainsi, le président de la Société de préservation de Kaesŏng était Yi Kibang, quant au directeur du musée, Yi Yǒngsun, il avait été formé à l’université impériale de Kyǒngsǒng (Séoul), en Corée – et nn pas au Japon. Comme Kaesŏng était une région où les traditions coréennes étaient restées très fortes, il a semble-t-il été impossible aux Japonais de prendre les postes à responsabilité.

En 1933, Ko Yusǒp (1905-1944), de son nom de plume Uhyǒn, est nommé au poste de directeur du musée municipal de Kaesŏng et se consacre à la protection et l’étude des sites culturels, tout en collaborant longtemps au journal Kaesŏng sibo (journal de Kaesŏng), avec des articles dans lesquels il présente ses recherches sur les vestiges historiques de la région. Pionnier des études en histoire de l’art de la Corée, grâce à sa connaissance des sources combinée à sa familiarité avec la ville, le travail de Ko Yusŏp, publié en 1946, n’a pas encore été surpassé.

Il convient donc de souligner la situation bien particulière de Kaesŏng : en pleine occupation japonaise, la gestion du site de Kaesŏng est entre les mains des Coréens, alors qu’ailleurs dans le pays colonisé, tout le personnel des musées du Gouvernement général du Chosǒn est japonais. Il a fallu cependant la ténacité de Ko Yusŏp pour que cette situation perdure[13]. Bien plus, soulignons que les gens en charge des musées sud-coréens après l’indépendance de la Corée auront tous commencé leur carrière et donc été formés à l’archéologie et la muséographie par Uhyǒn au musée municipal de Kaesŏng ! C’est le cas par exemple de Hwang Suyǒng, sorti de l’université impériale de Tokyo, de Chin Hongsǒp, qui avait étudié à l’université Meiji, et enfin de Ch’oe Sunu, éduqué au lycée général de Songdo à Kaesŏng (Songdo kodŭng hakkyo).

Cette situation est à mettre en parallèle avec un autre point qui est à souligner : si les archéologues japonais[14] ont fait de nombreux relevés photographiques des sites historiques de Kaesŏng et conduit quelques fouilles comme à Manwǒltae, site du palais royal principal du Koryǒ, ils ne s’y ont pas intéressés comme sans le cas de Kyǒngju, dont l’histoire leur était proche, ni mené de fouilles de grande envergure.

Partie 3 : LIEN


[1] École française d’Extrême-Orient (EFEO).

[2] Kim Wŏnyong 1986.

[3] Pour plus de détails sur la mise en place des cadres institutionnels modernes, voir par exemple : Ch’oe Sŏgyŏng 2001, Mok Suhyŏn 2001.

[4] Sur la notion de patrimoine en Corée, voir notamment Alain Delissen, « L’esprit des lieux : patrimoines croisés en Corée et en France à la fin du 20e siècle (entre Lieux de mémoire et Na-ŭi munhwa yusan tapsagi) », Cahiers d’études coréennes, 2010 p. 142-152.

[5] Chabanol, Élisabeth, La mort en Corée à l’époque des Trois Royaumes. Les tombes de Silla, thèse de doctorat, 1998 ; Yoshii, Hideo, « Ilbon kogohaksa-esǒ pon Chosǒn kojǒk chosa saǒp-kwa Chosǒn ch’ongdokpu pangmulgwan. Kyot’o cheguk taehak kogohak yǒn’gusil-gwa-ŭi kwan’gye-rŭl chungsim-ŭro », in Han’guk pangmulgwan kaegwan 100 chunyǒn kinyǒm semina. Sidae-wa hamkke han pangmulgwan, pangmulgwan’in, Seoul, Musée national, 2009, p. 47-84.

[6]. Chabanol, op. cit., 1998.

[7] Le ri ou li est une subdivision administrative rurale. NdE.

[8] La Société de conservation des vestiges historiques de Kyŏngju (Kyŏngju kojŏk pojon hoe) a été fondée en 1913 sur la base de la Société du Silla de Kyŏngju (Kyŏngju Silla hoe) créée dès 1910 par des personnalités influentes de l’ancienne capitale. En 1922, le Gouvernement général du Chosŏn reconnaît juridiquement la Société de conservation des vestiges historiques de Kyŏngju qui sera dénommée « Chaedan pŏpin Kyŏngju kojŏk pojon hoe ». Cette fondation recevra alors le rôle de transformer Kyŏngju en site touristique, en menant des activités de protection et d’aménagement du patrimoine culturel de la ville, de publication d’ouvrages et de gestion d’auberges pour accueillir les touristes.

[9] Il est difficile de donner des équivalences avec les réalités administratives européennes et françaises. Mais le kun (que nous traduisons par « comté » pour respecter des usages stables), correspond en gros à une commune rurale. Voir sur ce point les mises au point générales dans Corée. Espace et société, Séoul, Kyohaksa, 2005.

[10] Cf. les archives du musée du Koryǒ à Kaesŏng et les journaux de l’époque.

[11] Nous avons pu nous retrouver le site du musée municipal de Kaesŏng sur le mont Chanam grâce aux indications du professeur Chin Hong-sǒp qui fut le dernier directeur sud-coréen du musée de 1946 à 1949, juste avant la guerre de Corée. L’existence de ce bâtiment a disparu de la mémoire collective des habitants de Kaesŏng, qui aurait été détruit dans les années 1980.

[12] Mitsui bussan 三井物産 : Compagnie des produits Mitsui.

[13] Le 12 mars 1939, lors d’une réunion, Ko Yusŏp parvint à décliner la demande du Comité cantonal de Kaesŏng, qui souhaitait que le musée devînt une annexe du musée du Gouvernement général du Chosŏn. Il a avancé que les collections avaient une signification purement locale et que le musée était organisé différemment des succursales de Kyŏngju, Puyo et Kongju. Voir Ch’oe Sǒgyǒng, Han’guk kŭndae-ŭi pangnamhoe, pangmulgwan (Musées de la Corée du Sud contemporaine), Séoul, Sǒgyǒng munhwasa, 2001.

[14] Pour l’arrière plan colonial, voir Arnaud Nanta, « L’archéologie coloniale en Corée japonaise : institutions, terrains et enjeux, 1905-1937 », Les nouvelles de l’archéologie, n° 126, 2011, p. 33-37.

« Capitales historiques coréennes » (part.3)

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en quatre parties sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

***

Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée

Élisabeth Chabanol[1]

Partie 3 : Après 1950

Kyŏngju et Park Jung-hee (Park Chŏnghŭi) : une archéologie nationale, voire nationaliste

Dans les années 1960, quelques fouilles effectuées par le musée national avaient mis au jour des tombes à coffrage en bois et entassement de pierres. Mais c’est dans les années 1970, que le gouvernement sud-coréen décida à son tour de développer Kyŏngju, ce qui changea considérablement son apparence. La transformation de la commune en centre touristique et son nouveau rôle de nœud routier, qui a accompagné son développement industriel, ont provoqué une urbanisation croissante. Bien que cela dérive finalement de la désignation de Kyŏngju comme cité historique, une telle urbanisation a inévitablement causé des frictions avec la préservation du patrimoine culturel matériel. Le gouvernement de Park Jung-hee a tout de même fait de Kyŏngju un parc national et décidé d’en limiter l’expansion. Le complexe touristique de Pomun prévu a alors été construit à l’est du centre de la ville, où sont concentrées un grand nombre de tombes, les grands tumuli les plus célèbres, afin d’harmoniser la ville moderne avec la ville historique[2]. Toutes les habitations situées entre ces grands tumuli du centre ville furent détruites et le parc des tumuli créé dans le but de devenir une attraction touristique. C’est à cette occasion que, de 1973 à 1976, de nouvelles sépultures furent fouillées : Ch’ŏnma-ch’ong (Hwangnam-dong 155[3]) et Hwangnamdae-ch’ong (Hwangnam-dong 98). L’étang Anapji, dans le palais d’été du Grand Silla, fut dragué, trois bâtiments reconstruits et, à partir de 1976, le site du monastère bouddhique Hwangnyong fouillé également. Le nombre d’objets découverts dans Kyŏngju et ses environs grandissant, l’annexe de Kyŏngju du musée du Gouvernement colonial japonais (qui était devenu après l’Indépendance (1945) l’annexe de Kyŏngju du musée national), s’agrandit et de nouveaux bâtiments furent construits en 1975. Le musée obtient alors son autonomie en devenant « musée national de Kyŏngju ». Notons que ces développements de l’archéologie eurent leurs laissé-pour-compte (les tombes à salle en pierre situées sur les collines autour du centre-ville n’ont pas du tout intéressé les autorités d’alors) et ses revers (devant des joyaux patrimoniaux comme le monastère Pulguk, les abords de Sŏak-dong et du parc des tumuli, on recouvrait le sol de ciment).

Mais il n’est pas excessif de dire qu’en République de Corée dans les années 1970, l’étude du Silla a inspiré la recherche archéologique sud-coréenne. Les découvertes faites à Kyŏngju sont toutes spectaculaires, d’où l’intérêt médiatique certain que tous ces développements eurent à l’époque. Puis, à partir des années 1980-1985, le rythme des fouilles consacrées aux sites d’époque du Silla ou du Grand Silla se ralentit au point que l’on observe même une baisse du nombre des sites investigués si nous ne considérons que la ville de Kyŏngju.[4]

Notons que le but des études archéologiques en République de Corée, dont les développements à Kyŏngju sont représentatifs, est d’élucider les origines et le développement de la culture nationale et non d’esquisser un processus culturel. Comme le rappelait l’archéologue Han Yŏngu en 1992 :

« Bien que l’orientation nationaliste de l’histoire a été la plus intense pendant la période coloniale japonaise lorsque la Corée avait perdu sa souveraineté, elle continue à être le type d’approche historique la plus fréquente en Corée, de la Libération à maintenant[5]. »

En 1990, un autre archéologue, Kim Wŏnyong, affirme même :

« L’inclinaison nationaliste de nombreux chercheurs de la péninsule, prenant à partie les chercheurs nord-coréens parce qu’ils affirment qu’il n’y a aucune influence étrangère dans la péninsule, et quelques sud-coréens pour leurs points de vue subjectifs. Leur but commun, qui est une question de fierté nationale, est de ‘débarrasser’ l’histoire nationale, à l’aide de l’archéologie, de toutes les interprétations coloniales des Japonais[6]. »

Kaesŏng, Kim Il Sung et Kim Jong Il

Du fait des événements qui eurent lieu pendant la guerre de Corée et les négociations qui suivirent pour la signature de l’armistice, la ville de Kaesŏng, que ce soit pour les Nord-Coréens et les Sud-Coréens, présente une signification politique très forte. Elle est le symbole de la partition de la péninsule, autant physique que symbolique.

En effet, dès le 15 juillet 1950, 20 jours après le déclanchement de la guerre, Kim Il Sung se rend à Kaesŏng sur le site la porte Namdae, afin de marquer la prise de la ville aux Sud-Coréens. Puis, dans les années suivant la signature de l’armistice, le 27 juillet 1953 à P’anmunjŏm, il se rend sur de nombreux sites historiques du territoire nouvellement conquis : le 9 décembre 1954, le 11 décembre 1954, du 24 au 26 août 1957.

Pour les Nord-Coréens, l’histoire de la cité est directement reliée au royaume de Koryŏ. Elle leur rappelle le passé glorieux d’une péninsule unifiée, comme leur enseigne le système éducatif. C’est l’un des maillons de la longue chaîne de l’histoire coréenne telle qu’elle est décrite dans la rhétorique officielle. Dans les années 1970, plusieurs découvertes archéologiques effectuées par l’Institut d’archéologie de l’Académie des Sciences ont été interprétées comme constituant les preuves de ces liens existant entre le royaume de Koguryŏ, qui serait à l’origine de la Corée actuelle, et celui du Koryŏ. Les historiens et archéologues nord-coréens considèrent le site du palais royal Manwŏltae, le tombeau du roi T’aejo (Wang Kŏn, r. 918-943), fondateur du Koryŏ, le tombeau du roi Kongmin (r. 1351-1374) et le monastère Ryŏngt’ong comme étant les preuves matérielles du fait que le royaume de Koryŏ était le premier État à avoir unifié la péninsule.

Quant aux décisions liées à la protection du patrimoine tangible de la ville, elles sont prises au plus haut niveau. Kim Jong Il se rend officiellement pour la première fois sur le site le 22 août 1968. Il a été informé des déficiences de sa gestion et du mauvais état de conservation des biens culturels et doit juger la situation. Il rappelle aux administrateurs de la ville, que selon les mots du Grand Leader (Kim Il Sung), la lutte contre le confucianisme féodal n’est en rien liée à la préservation des sites et des objets ; que le pays doit transmettre aux générations futures ce qui a été conservé par ses ancêtres. Il retourne à la porte Nord de la forteresse du mont Taehǔng le 6 juillet 1974.

Quelques années plus tard, le 5 mai 1992, c’est au tour de Kim Il Sung de se rendre à Kaesŏng. Tout au long de sa visite, il donne des instructions générales sur la préservation du patrimoine tangible. C’est alors qu’il déclare que la sépulture de Wang Kǒn doit être reconstruite afin de rendre hommage au roi fondateur du Koryǒ, le « premier État unifié de la Corée ». Le tombeau sera rapidement fouillé, puis reconstruit totalement dès 1993. Après la mort de Kim Il Sung en 1994, c’est son fils qui, le 31 mars 1996, viendra constater le résultat des travaux de reconstruction du tombeau. L’administration de la RPDC concentre son attention sur les sites symboliques qui illustrent et renforcent son discours politique. Ce que Kim Jong Il rappelait déjà le 24 mai 1961 dans un discours prononcé devant les étudiants de l’université Kim Il Sung :

« Quant aux recherches concernant l’Antiquité et le Moyen Âge aussi, il faut encourager les fouilles archéologiques de [ces sites] comme leurs résultats permettent de combler les lacunes des textes, […] nous pouvons ainsi venir à bout des positions distordues des historiens de gouvernement impérialistes au sujet de l’histoire de notre pays, et préparer des bases fermes pour décrire correctement notre histoire selon notre propre point de vue. »[7]

Partie 4 :


[1] École française d’Extrême-Orient (EFEO).

[2] Sur la mise en valeur du patrimoine et le développement touristique de Kyŏngju, voir Chabanol 1998, et pour les textes plus récents, en français Cho Hyo Dan 2013 et en anglais Oppenheim 2008,.

[3] Le dong ou tong est une subdivision adminsttrative urbaine en-dessous de l’arrondissement (ku ou gu), le numéro indique la localisation exacte l’adresse. NdE.

[4] Mentionnons à l’occasion du 70e anniversaire de la Libération de la péninsule (2015), la reprise, par le musée national de Kyŏngju, des fouilles archéologiques de grands tumuli précédemment découverts pendant l’époque coloniale japonaise (dont Kŭmgwan-ch’ong) dans le but d’étudier « correctement » ces sites : « The Korean archaeological community has long considered the 1921 excavation to have been poorly conducted by the Japanese and that there might have been things they missed. », Korea Joongang Daily du 29 juin 2015 reprenant le commentaire des musées nationaux sud-coréens.

[5] Han Young-woo (Han Yŏngu), « The Establishment and Development of National History », Seoul Journal of Korean History, n° 5, 1992, p. 61-104.

[6] Kim Wŏnyong (Kim Won-yong), « Several Issues in Korean Cultural Research », in Han’guk sa-ŭi segyehwa (= Korean Studies. Its Cross Cultural Perspective) 1, Sŏngnam, Han’guk chŏngsin munhwa yŏn’guwŏn, 1990, p. 21-22.

[7] Cité par Elisabeth Chabanol, « Histoire des fouilles archéologiques, des musées de Kaesŏng et de leurs collections de l’époque japonaise à nos jours », in Proceedings of the AKSE Conference, Dourdan, 16-20 avril 2007 p. 338-341.

« Capitales historiques Coréennes » (part.4)

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en quatre parties sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

***

Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée

Élisabeth Chabanol[1]

Partie 4 (fin et interview) : Les deux capitales coréennes et l’UNESCO

L’UNESCO et Kyŏngju

A Kyŏngju, un des enjeux majeurs suite à l’inscription des sites du monastère Pulguk et de Sŏkkuram sur la liste du patrimoine mondial en 1995 est un conflit de développement.

En effet, bien que deux sites importants de Kyŏngju aient été sélectionnés parmi les sites culturels anciens les plus importants du monde par l’UNESCO, rien ne semble pouvoir arrêter les habitants de la ville dans leur course à la « modernisation » qu’ils considèrent indispensable à la survie de leur ville. Certes, il existe des zones protégées à Kyŏngju, telle la zone entre les sites du monastère Hwangnyŏng et d’Anapji, qui est une zone de rizière. Ces zones sont toutes situées au sud de la rivière qui traverse le nord de la ville. Mais au nord de cette rivière, il n’y a pas de préservation systématique des sites découverts. De plus, les limites de hauteur autorisées, lors de la construction de nouveaux bâtiments, étaient en 1997 d’environ 7 m dans le centre-ville et d’environ 10 m dans une zone annulaire située immédiatement autour du centre-ville ; au-delà, il n’y a plus aucune restriction.

La gare TGV, qui jusqu’en 1997, a menacé de s’installer en plein centre historique a tout de même été déplacée dans la vallée de Hwach’ŏ-ri au sud-ouest du mont Pyŏkto (ministère des Travaux publics et des Communications). C’est en partie grâce à l’acharnement de l’Association des études archéologiques coréennes que le ministère de la Culture a remporté cette demi-victoire[2]. En effet, la majorité des archéologues ne voyait pas la nécessité d’une gare TGV à Kyŏngju à l’opposé des habitants de la ville qui désirent favoriser le développement d’un tourisme de masse à n’importe quel prix, comprenant de méga-projets de développement : construction d’un hippodrome sur une nécropole (pas construit), gigantesque village folklorique international (construit), etc.

Aujourd’hui, l’ouverture de nouveaux chantiers de fouilles est indissociable à la question du développement. Dans les années 1970, le gouvernement tout en privilégiant le développement, favorisait les grands chantiers de fouilles dans l’espoir de découvertes prestigieuses afin d’exacerber le sentiment nationaliste.

Le deuxième enjeu est un enjeu de nature plus symbolique ou idéologique et renvoie même à une forme de concurrence de légitimité historique entre les deux Corées sur la question du « premier » royaume coréen.

Ainsi, la description historique de Kyŏngju telle qu’elle figure dans le dossier de l’UNESCO précise :

« Le site et les alentours de la ville actuelle de Kyŏngju accueillent des peuplements humains depuis la Préhistoire. Le clan de Silla a commencé à régner sur la région sud-est de la péninsule en 57 avant notre ère. Ils firent de Kyŏngju leur capitale. S’ensuivit une longue période de luttes internes entre les royaumes rivaux. Mais avec l’aide de la dynastie chinoise Tang, le royaume de Silla parvint à vaincre ses adversaires au viie siècle, et prit le contrôle de la quasi-totalité de la péninsule ; son autorité demeura incontestée jusqu’au début du xe siècle[3]. »

L’UNESCO et Kaesŏng

De leur côté, les autorités de RPDC ont aussi toujours été conscientes du potentiel touristique du site. Dès 2000, la RPDC a présenté le dossier de Kaesŏng pour l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais, en raison des imperfections (voir encadré), il fallut plus de dix ans pour que cette inscription soit enfin acceptée en 2013.

Dans le dossier finalement accepté de l’inscription des sites de Kaesŏng sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (dossier du 24 juin 2013), les douze sites inscrits qui symbolisent Koryǒ sont présentés de la manière suivante :

« Les monuments et sites historiques de Kaesŏng sélectionnés pour une nomination au patrimoine mondial ont une signification universelle de valeur exceptionnelle en tant que patrimoine représentatif complet de l’héritage culturel du Koryŏ (918-1392), qui fut le premier état unifié de l’histoire de la Corée, d’où vient le nom-même de ‘Corée’ et qui était bien connu dans le monde médiéval pour son haut niveau de développement culturel[4]. »

Les choix de la Corée du Nord pour cette inscription ont été sélectifs. Les sites qui ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO sont tous liés au royaume de Koryŏ. C’est ainsi que par exemple Mokch’ongjŏn, la résidence du the futur roi T’aejo (Yi Sŏnggye) (1335-1408), fondateur du royaume de Chosŏn (1392-1910), n’a pas été inscrit, ni les huit cents maisons traditionnelles de la fin du Chosŏn.

Il est intéressant de noter, que, dans un sens, l’institution internationale elle-même alimente cette rivalité. En effet, le Comité du patrimoine mondial, à la suite d’une évaluation sur le site, en septembre 2007, avait décidé en janvier 2008 de différer l’inscription de Kaesŏng en demandant de corriger le dossier afin que celui-ci mette l’accent sur les raisons pour lesquelles les sites sélectionnés sont représentatifs et important pour la période du Koryŏ. Sur ce point, nous pouvons nous référer à une interview de Michael Herzfeld (Harvard University) : « Une chose qui me frappe vraiment sur ce phénomène, c’est qu’avec l’arrivée de l’UNESCO dans le tableau, […] on n’obtient pas une internationalisation, on obtient le renforcement des projets nationaux, comme par exemple la khmerisation d’Angkor, et la marginalisation des autres présences ethniques. L’UNESCO renforce les discours nationaux[5]. »

Pour conclure – concurrence des capitales historiques et renforcement des discours nationaux

De fait, l’UNESCO a été un outil, pour les deux Corées, de renforcement des positions nationalistes qui, à la suite de la division du pays, ont œuvré au rétablissement d’une trajectoire nationale « distordue » par la colonisation, l’historiographie coloniale et, dans le champ de l’archéologie, les fouilles et les projets de l’époque. Avec l’inscription des deux capitales historiques de Kaesŏng et de Kyŏngju au patrimoine mondial de l’UNESCO, les deux discours concurrents des histoires nationales parallèles de la Corée sont également visibles sur la scène archéologique internationale. La position nord-coréenne (établie en 1956 par le Centre de recherche historique de l’Académie des sciences sociales stipule, sur la base de l’archéologie notamment, que le premier état unifié de la péninsule est le royaume de Koryŏ, ancré au Nord de la péninsule et dont la capitale est Kaesŏng. Au contraire, l’historiographie sud-coréenne a développé, sur cette question une « théorie de l’unification par Silla » (t’ongil sillaron) qui argue de l’unification première par le royaume de Silla, dont la capitale est Kyŏngju, qui est cependant contrebalancée par une seconde la « théorie des pays du Nord et du Sud (nambuk kukron).

La réécriture du passé se poursuit pour les histoires parallèles de la Corée.

Encadré : Rencontre avec Elisabeth Chabanol

Interview réalisée par Valérie Gelézeau en juillet 2016 à Séoul

VG – En lisant la fin de ton texte sur la concurrence des discours nationaux, je me pose quand même la question des datations, en Corée du Sud comme en Corée du Nord. Tu évoques le problème de « datations précises et fiables », mais les datations politiques et dynastiques de l’histoire dite « officielle » sont-elles pertinentes pour traiter de tes sujets ? Tes travaux sur les murailles de Kaesŏng peuvent-ils faire évoluer la manière dont on envisage la datation des périodes en Corée du Nord ? Le rôle de l’histoire officielle y est-il aussi important ?

EC – Concernant la datation du Koryŏ et du Silla, du fait des textes de l’histoire officielle justement, les cadres historiques sont les mêmes. La divergence joue pour le Koguryŏ, plus ancien, mais pas pour le Koryŏ, ni le Silla : les archéologues des deux Corées peuvent se parler sur ces sujets, même s’ils ne partagent pas les mêmes conclusions, et c’est d’ailleurs une des raisons du choix de Kaesŏng : il n’y a pas de problème dans la datation de l’histoire officielle. En revanche, il y a une année de différence dans le début du Chosŏn, ce que je suppose lié à la façon de compter et surtout à la façon d’interpréter les dates de règne, qui n’est apparemment pas la même au Nord et au Sud. Mais, ce n’est pas une question idéologique, c’est juste une manière de faire, comme par exemple le fait que les Nord-Coréens suivent l’usage occidental pour donner l’âge des personnes (sans ajouter l’année de la conception comme en Corée du Sud).

Pour ce qui concerne la datation qui nous vient des fouilles archéologiques menées sur la forteresse de Kaesŏng, il n’est pour le moment pas possible de proposer des datations cohérentes différentes des textes. Nous disposons de quelques datations radiocarbone de la porte Namdae pour la construction des fondations de la porte actuelle – et là il y aura peut-être quelques différentes, mais nous n’avons pas encore tous les résultats. Par exemple, une datation effectuée en 2015 a donné une date de construction des fondations de la porte actuelle un peu plus ancienne que la date officielle de 1391. Cependant, les fouilles ont déjà démontré que la porte que l’on connaît aujourd’hui n’avait pas simplement été érigée de 1391 à 1393 comme l’indiquent simplement les textes historiques, mais avait subi plusieurs campagnes de reconstruction. Notons que la construction de la forteresse de Kaesŏng a commencé dès la fin du viie e siècle av. J.-C., nous n’avons cependant pas accès aux périodes aussi anciennes du site – on ne peut pas atteindre ces niveaux aussi bas du fait de la nappe phréatique.

VG – Tu as organisé avec tes partenaires nord-coréens une exposition des résultats de vos travaux sur Kaesŏng au nouveau Parc folklorique de Pyongyang en septembre 2014. Quel a été le retentissement de cet événement en Corée du Nord ? et en Corée du Sud s’il y en a eu ?

EC – En Corée du Nord, l’exposition de 2014 a eu un grand retentissement car c’était la première fois qu’une institution nord-coréenne faisait une exposition de ce type, sur des résultats de recherche archéologique conjointe avec une institution étrangère[6]. C’était un projet conjoint, l’exposition a vraiment été faite ensemble, chaque panneau a été discuté par les deux parties, les textes ont été rédigés ensemble également, en trois langues (français, anglais et nord-coréen). Il y a eu un certain retentissement médiatique aussi : des articles dans Le Monde, dans le Rodong Sinmun, le Pyongyang Times, en Chine, au Japon… Évidemment en Corée du Nord, l’exposition a eu un fort pouvoir éducatif : sans compter les archéologues et historien nord-coréens, des lycées et écoles de Kaesŏng sont même venus à Pyongyang pour voir l’exposition. L’exposition a ensuite eu lieu à Kaesŏng, au musée du Koryŏ, à partir de septembre 2015.

En Corée du Sud aussi, l’exposition a attiré l’attention. Ainsi, le jour de l’inauguration, le 14 septembre 2014, qui avait lieu à 16 heures à Pyongyang, le sujet est passé dès 21 heures aux nouvelles de KBS, une grande chaîne nationale. Cela dit, nous devons attendre les publications pour diffuser les résultats définitifs[7].

VG – Quels sont, à ton avis, les règles clés pour pouvoir aborder l’étude des villes et des capitales de la Corée du Nord ? Tu peux évoquer des éléments méthodologiques, théoriques, pratiques, ou tout autre point qui te semble important.

EC – C’est une question difficile. Je ne me suis pas rendue en Corée du Nord avec l’intention de monter un projet, il s’est construit de lui-même, de mon expérience de la Corée – de la Corée du Sud depuis plus de 20 ans – et de ma curiosité scientifique vis-à-vis du son patrimoine historique de la Corée du Nord. Au fur et à mesure de mes recherches personnelles et de ma rencontre avec les experts des Biens culturels en Corée du Nord, parce que nous avions un intérêt et un but communs, la connaissance du patrimoine archéologique de la Corée et l’amour de ce patrimoine, de cela est  né le projet – 2003, nous devons nous souvenir que c’était une époque où le dialogue était possible, pendant la période dite de la politique du « rayon de soleil » (Sunshine Policy anglais[8]).

Cependant, ce qui a ensuite vraiment déclenché cette coopération scientifique, c’est la construction du complexe industriel de Kaesŏng (KIC : Kaesŏng Industrial Complex) au début des années 2000 et la restructuration de la région de Kaesŏng : devant l’urgence du danger que constituait la construction de cette zone industrielle pour le patrimoine de la cité historique il a fallu agir et le projet s’est concrétisé. Il ne faut pas oublier non plus que le gouvernement nord-coréen souhaitait faire inscrire le site sur la liste du patrimoine mondial et que l’étude du site était une priorité.

Cependant, le projet de Kaesŏng est très différent de mon expérience antérieure en Corée du Sud. Je m’y suis formée, étudiant dans un premier temps l’architecture funéraire de l’époque des Trois Royaumes, puis plus particulièrement le royaume de Silla. J’ai mis en place mon projet de recherche seule, puis soutenue par ma directrice de thèse, Mme Flora Blanchon. En Corée du Sud, je suis arrivée totalement novice, j’ai acquis l’expérience du terrain grâce à l’expertise de mes nombreux collègues archéologues et historiens de l’art sud-coréens, en particulier au cours des deux années passées au musée national de Kyŏngju. J’orientais alors mon projet de recherche selon mes aspirations. C’est très différent de ce que j’ai fait avec mes collègues nord-coréens puisqu’il s’agit d’un partenariat que je dois diriger autour d’un projet commun. Pour répondre à ta question de façon générale, un principe théorique ? Ne jamais déroger aux principes éthiques que l’on s’est donné, même dans le cas d’une situation de compromis nécessaire.

VG – Peux-tu revenir sur ta trajectoire justement ? Et dans cette trajectoire, le rapport à la Corée du Nord ? Quand es-tu allée pour la première fois en Corée du Nord ?

EC – C’était en janvier 2003. À la suite, un peu par hasard, d’une discussion dans un cadre semi-professionnel où j’avais eu l’occasion de parler du patrimoine de la péninsule coréenne et de partager avec mes voisins de table mon expérience et mes connaissances de la Mandchourie[9] et de la Mongolie[10], ainsi que mon désir de mieux connaître l’archéologie et les sites nord-coréens, et mon inquiétude pour le patrimoine de Kaesŏng. Il se trouvait par hasard que l’un des deux interlocuteurs était un expert anglais impliqué dans le développement touristique de Kaesŏng et avec qui je suis partie lors de l’une de ses missions exploratoires. C’est à l’occasion de ce voyage que j’ai rencontré pour la première fois au Nord les spécialistes des Biens culturels et du patrimoine. Puis, j’y suis retournée dans un cadre similaire à l’été 2003.

Et à partir de 2004, ayant établi le contact avec les experts des Biens culturels, je m’y rendue seule pour travailler dans un premier temps dans les archives, étudier les sites avec eux, pour monter le projet.

J’ai proposé à l’époque la fouille archéologique de la porte Namdae (grande porte du Sud) de Kaesŏng afin de mieux connaître cette zone et ses alentours, particulièrement importante pour la ville, historiquement et économiquement. Par la suite, c’est la partie nord-coréenne qui m’a demandé d’étendre les recherches (ce qui m’a heureusement surprise) et de mettre sur pied un projet pour l’étude de l’ensemble de la forteresse de Kaesŏng dans le cadre de la préparation du dossier de demande d’inscription du site sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

VG – La notion de « capitale » (tosŏng) est-elle la même au Nord et au Sud ?

EC – Dans les conversations courantes, sur le terrain, j’entends rarement le mot sudo au Nord. On parle de Kaesŏng-sŏng (littéralement : « forteresse de Kaesŏng »), idée qui est associée à capitale. Le mot « Kaesŏng » intrinsèquement contient cette notion de capitale d’une péninsule coréenne unifiée. En revanche, dans les écrits imprimés de vulgarisation citant le Koryŏ, les premières phrases indiqueront de façon rituelle et obligatoire que Kaesŏng est le sudo du premier pays unifié de la péninsule. Tosŏng est un mot plus choisi, considéré comme ancien et utilisé par les historiens, tout comme kyŏngsŏng qui est réservé au monde académique.

VG – Dans tes travaux sur Kyŏngju d’une part, sur Kaesŏng d’autre part, est-ce que cette notion de capitale a été importante pour toi ? Et du point de vue des Coréens (au Sud, et au Nord) ? Sinon, quelles étaient les notions importantes que tu as pu repérer dans l’analyse et la recherches (les fouilles) sur ces deux villes, par exemple dans la littérature scientifique vernaculaire ? (Ou tout simplement de ton point de vue à toi).

EC – Oui, bien sûr pour moi c’était une question importante. Une des raisons pour lesquelles je souhaitais me rendre à Kaesŏng, c’est que je connaissais Kyŏngju, la capitale du Silla, dignifiée par le Sud, mais absolument pas Kaesŏng dont on n’avait alors aucune connaissance au Sud. Et aujourd’hui, c’est Séoul qui m’intéresse ! Au début de mes recherches en Corée du Sud, j’ai un peu travaillé sur Kongju, une des capitales du royaume de Paekche.

Ce qui m’intéresse dans l’étude des capitales, ce sont les vestiges du pouvoir. Sur Kyŏngju la question était de savoir comment le pouvoir central a intégré les zones régionales pour atteindre un début d’unification. Aujourd’hui, je m’intéresse à la période de transition lors du transfert du pouvoir entre Kaesŏng et Séoul : tout ce qui se passe justement autour de la porte Namdae de la muraille intérieure à la fin du xive siècle. Mais on oublie souvent que la capitale a été de nouveau transférée à Kaesŏng ! En ce sens, mes recherches sur le terrain sont liées à ceux de Yannick Bruneton dans les textes. La « monocapitalité » du Chosŏn est une construction dans les discours du Sud. J’essaie de comprendre l’utilisation des structures (palais, forteresse, etc.) entre deux capitales, Kaesŏng et Séoul, aujourd’hui séparées par la DMZ, mais entre lesquelles il y avait des passages permanents à l’époque pré-moderne.

VG – Dans ce travail avec les archéologues des deux pays, peux-tu parler un peu de la formation reçue par les archéologues de part et d’autre ?

EC – C’est une question délicate. En tout cas, dans la structure, les biens culturels et le patrimoine nord- et sud-coréens ne sont pas gérés de la même façon : au Nord, les biens culturels sont directement gérés par le cabinet du Premier ministre, ayant pris leur indépendance du ministère de la Culture il y a quelques années. Au Sud, ils dépendent du ministère de la Culture. Au Nord comme au Sud, les deux grands musées nationaux ont en leur sein des conservateurs et des équipes d’archéologues qui peuvent mener des campagnes de fouilles – ce qui est différent de la France. Enfin, de manière un peu semblable, les deux grandes universités, l’université Kim Il Sung et l’université nationale de Séoul ont des départements d’archéologie. Les véritables départements d’archéologie dans les autres universités restent également rares de part et d’autre. Bien sûr, de nos jours les archéologues sud-coréens peuvent confronter leur savoir avec celui des experts étrangers, ce qui n’est pas le cas des archéologues nord-coréens. C’est pour cela que depuis 2008, j’essaye de mettre en place annuellement des ateliers de formation pour nos collègues nord-coréens en France ou au Cambodge, où ils peuvent être intégrés dans les équipes archéologiques de mes collègues de l’EFEO.

VG – Quels sont, s’ils existent, les corpus fondamentaux en archéologie nord-coréenne ? Par exemple existe-t-il une revue de référence d’archéologie nord-coréenne ? Dans quel journal scientifique interne publient les archéologues nord-coréens ?

EC – Oui, il existe une revue d’archéologie quadri-annuelle Chŏson kogo yŏn’gu, ainsi qu’une revue plus axée sur le patrimoine matériel et immatériel et un peu plus théorique, qui précise les directions gouvernementales en matière d’étude et de gestion du patrimoine Minjok munhwa yusan, que l’on peut par ailleurs consulter en Corée du Sud au Pukhan charyo sent’ŏ (Centre de documentation sur la Corée du Nord), situé à Séoul au sein de la bibliothèque nationale. Quant à moi, j’achète les numéros récents sur place avec mes partenaires.

VG – Vas-tu rester concentrée dans l’étude de Kaesŏng ? Quelles sont les villes et les sujets qui te semblent les plus intéressants de développer dans le futur ?

Le quadriennal de la MAK en cours arrive à son terme et mes partenaires du NAPCH me demande d’établir un nouveau projet sur lequel je suis en train de réfléchir. Même s’ils me donnent carte blanche, je souhaite approfondir ma connaissance du site de Kaesŏng dont les vestiges matériels restent peu étudiés. Bien sûr, j’aimerais développer mes recherches sur Séoul, et mettre en valeur, et surtout à jour, mes travaux sur les capitales du Paekche, notamment Kongju. N’est-ce pas ambitieux ?


[1] École française d’Extrême-Orient (EFEO).

[2] L’auteur était accueilli à l’époque (1997-1998) au musée national de Kyŏngju pour ses recherches, observant de près ces conflits (construction du KTX, édification d’un parc touristique, d’un centre de déchets nucléaires, d’un hippodrome sur le site funéraire de Songok-tong-Mulch’ŏn-ri) entre la municipalité et les responsables de la gestion des biens culturels. Sur toutes ces questions et le conflit autour du TGV à Kyŏngju, voir aussi Robert Oppenheim, Kyǒngju Things : Assembling Place, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2008.

[3] Robert Oppenheim, op. cit., 2008.

[4] « The Historic Monuments and Sites in Kaesŏng selected for nomination to the World Heritage have an outstanding value of universal significance as a representative and comprehensive cultural heritage of Koryŏ (918~1392), which was the first unified state in the history of Korea and was well-known across the world in those days in the name of “Korea” for its high level of cultural development. »

[5] Denis Byrne, « Archaeological heritage and cultural intimacy. An interview with Michael Herzfeld », Journal of Social Archaeology, vol. 11, n° 2, 2011, p. 144-157.

[6] La Mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesŏng (MAK) a été créée en 2011 sous l’égide de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du ministère français des Affaires étrangères à l’issue de la coopération d’E. Chabanol avec le National Authority for Protection of Cultural Heritage de RPDC depuis 2003. La MAK vise à préciser l’histoire du développement urbain de la capitale du royaume du Koryŏ. Les recherches conjointes sont centrées dans un premier temps sur l’étude de la forteresse de Kaesŏng. Le projet s’articule autour de deux volets d’investigations complémentaires et de natures distinctes : l’inventaire descriptif des murailles et la fouille de certains éléments de la muraille (porte Namdae).

[7] Ces résultats ont été publiés en 2017. Voir Mission archéologique France-RPD de Corée, ÉFEO-NAPCH, La forteresse de Kaesŏng. Catalogue de l’exposition sur les recherches archéologiques conjointes de la forteresse de Kaesŏng, Paris, L’Atelier des cahiers, 2017.

[8] Voir d’ailleurs là-dessus l’article d’Elisabeth Chabanol dans Debordering Korea (Elsiabeth Chabanol, op. cit., 2013). NdE.

[9] Mission de terrain avec des archéologues chinois et japonais en Mandchourie, 2000.

[10] Missions de terrain avec des archéologues sud-coréens en Mongolie, 2002, 2003 et 2004.

Atelier « Architecture et villes durables » : Compte-rendu

Projet CITY-NKOR :Ville, architecture et urbanisme en Corée du Nord »

Blog : https://citynkor.hypotheses.org/

ATELIER « Architecture et villes durables : approches franco-coréennes et trans-disciplinaires »,

8 octobre 2019 – Maison de l’Asie.

Cet atelier, le deuxième d’une série de workshops conjoints avec nos collègues de l’université d’architecture de Pyongyang, a mis en regard la contribution d’un architecte français, Grégoire Bignier (panel 1) et les travaux des architectes nord-coréens Choe Kun Il, Choe Kwang Hyok, Ri Un Gwang (panel 2).

L’atelier s’est déroulé en deux langues, en français et en coréen. Kim Hui-yeon et Kim Jin-Ok, toutes deux maîtresses de conférences à l’université de Paris, ont assuré la traduction dans les deux sens pendant toute la durée de l’atelier.

Ont contribué au débat pendant cet atelier : Yannick Bruneton, Élisabeth Chabanol, Marie-Orange Rivé-Lasan (membres de City-NKOR); Antoine Bondaz et Pauline Guinard (membres du comité d’éthique et de risque du projet); Marion Casala, Manon Prud’homme et Saier Feng (doctorantes)

PANEL 1 : L’architecture face aux défis du XXIe siècle.

Présentation : Grégoire Bignier, architecte, (ENSA Paris-Val de Seine).

Modératrice : Valérie Gelézeau (EHESS).

Discutants : François Ged (Cité de l’architecture & du patrimoine), Choe Kun Il (université d’architecture de Pyongyang) et Ri Un Gwang (université d’architecture de Pyongyang).

            Grégoire Bignier est architecte et maître de conférences à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine. Dans sa présentation intitulée « l’architecture face aux défis du XXIème siècle », il interroge les liens entre écologie et architecture, thématique majeure et fil conducteur de l’ensemble de ses travaux de recherche. Les éléments présentés étaient principalement issus de recherches effectuées pour son dernier ouvrage, Architecture et économie : ce que l’économie circulaire fait à l’architecture (Eyrolles, 2018). Il propose ici de définir une économie dite « circulaire » qui, une fois appliquée à l’architecture, donne lieu à des méthodes et processus urbanistiques ou architecturaux plus respectueux de l’environnement et des usagers.

Grégoire Bignier fait la distinction conceptuelle entre économie circulaire et linéaire, expliquant notamment que cette dernière donne lieu à une accumulation constante de structures aux dépends de considérations écologiques, sociales et économiques. Parmi les conséquences architecturales et urbanistiques notables de l’économie linéaire sont la densification des centres-villes aux dépends des périphéries et le besoin constant de réinvestissements du fait de la durée de vie limitée des structures.   

Par contraste, l’approche de l’urbanisme par l’économie circulaire se concentre notamment sur trois thématiques clés : l’écologie industrielle, le recyclage et l’économie sociale et solidaire.

Comme le montre l’exemple danois de Kalundborg (ville industrielle d’environ 20 000 habitants située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Copenhague), une zone industrielle peut être structurée de manière à ce que les déchets produits par certaines unités de production soient utilisés comme intrants par d’autres. En maximisant l’interdépendance entre différentes unités sur un espace contraint, ce modèle limite la création de déchets et d’externalités négatives et, selon Grégoire Bignier, serait dans son principe applicable à l’échelle de bâtiments, de groupe de bâtiments voire de quartiers entiers.

Pour Grégoire Bignier, la notion d’économie sociale et solidaire se définit par la volonté de concilier activité économique et souci d’équité et d’utilité sociale. L’économie sociale et solidaire permet ainsi de faire le lien, par le biais d’acteurs individuels ou de dispositifs publics, entre des initiatives participantes à une économie circulaire encore bourgeonnante et des formes économiques plus traditionnelles. Par exemple, l’installation d’un bâtiment à énergie positive nécessite des travaux de coordination à une échelle plus large afin d’intégrer le bâtiment dans le tissu urbain local, notamment en ce qui concerne la gestion et l’utilisation du surplus d’énergie.

Tout comme l’économie, l’architecture peut être circulaire plutôt que linéaire. Pour ce faire, elle doit inclure et penser ensemble plusieurs éléments : les infrastructures, l’espace urbain, la biosphère et l’espace politique pour la gestion de cet ensemble. À propos de l’inclusion de la biosphère, Grégoire Bignier précise qu’il ne faut pasopposer la nature et le monde de l’homme mais les intégrer d’avantage afin d’éviter une confrontation brutale entre ces deux sphères (par exemple avec l’agriculture urbaine). L’économie circulaire permet de limiter des infrastructures coûteuses et créatrices d’une « dette écologique », répondant ainsi à un défi majeur du XXIe siècle.

PANEL 2 : Aspects architecturaux des villes durables.

Présentation : Choe Kun Il (université d’architecture de Pyongyang).

Modérateur et discutant : Jean-François Paris (Laboratoire international pour l’habitat populaire – LIHP).

            Les recherches de Choe Kun Il, urbaniste-architecte et professeur associé à l’université d’architecture de Pyongyang, portent sur les méthodes de réduction des îlots de chaleur urbains dans la planification des villes vertes. Le phénomène d’îlots de chaleurs urbains (ICU), principalement imputable à l‘activité humaine, constitue selon Choe Kun Il une problématique contemporaine majeure de l’urbanisme.

Les ICU sont des microclimats urbains artificiels considérés comme une pollution. Deux facteurs liés à l’activité humaine en sont principalement responsables. Premièrement, la modification de la surface du sol : les revêtements artificiels et plus particulièrement les surfaces noires (goudrons, bâtiments vitrés) agissent comme des capteurs renvoyant le rayonnement solaire sous forme d’infrarouges qui réchauffent les environnements immédiats. Le second facteur est la production de chaleur liée à l’activité humaine (chaudières, climatisations, réseaux d’eau chaude, zone industrielles, aéroports, etc.). Ces activités augmentent le taux de CO2 et la pollution atmosphérique, ce qui a pour effet de bloquer les différentes chaleurs dégagées.

Du fait du réchauffement climatique, ce phénomène a tendance à s’amplifier. Les bâtiments dégagent usuellement la chaleur accumulée le jour pendant la nuit. Mais l’augmentation des températures ne donne plus assez de temps aux bâtiments pour libérer une chaleur qui finit par s’accumuler. En résultent l’aggravation des épisodes de pollution et des canicules, la diminution des rosées et brumes qui assainissent naturellement l’air ou bien l’augmentation des précipitations au-dessus des villes. D’un point de vue sanitaire, les ICU contribuent ainsi au développement de maladies respiratoires.

Pyongyang est, selon Choe Kun Il, touchée comme toutes les grandes métropoles par cette problématique. Il propose pour y remédier de « développer un urbanisme en harmonie avec la nature ». Différentes solutions sont actuellement appliquées à une échelle nationale en république populaire démocratique de Corée (RPDC). Bien que ces dernières aient surtout un caractère incitatif, elles entrainent progressivement une adaptation des normes de construction, le développement des transports publics fonctionnant à l’électricité (les derniers tramways électriques de Pyongyang en sont la preuve) ou bien l’augmentation des espaces végétalisés. Par ailleurs une politique d’incitation de plantation d’arbres a été mise en place au cœur de la capitale nord-coréenne, plus spécifiquement d’arbres fruitiers afin d’en consommer les récoltes.

Une fois mis en lien avec la présentation de Grégoire Bignier, les propos de Choe suggèrent que certains enjeux de l’urbanisme en RPDC sont similaires à ceux de pays industrialisés. La dynamique de grand projets architecturaux lancée au début des années 2010 suite à la nomination de Kim Jong Un et des commémorations du centenaire de la naissance de Kim Il Sung entraine également son lot de problématiques relatives à l’intensification des constructions urbaines.

Présentation : Choe Kwang Hyok (université d’architecture de Pyongyang).

Modérateur et discutant : Jean-François Parent (Laboratoire international pour l’habitat populaire – LIHP).

            Le projet de recherche présenté par Choe Kwang Hyok est une étude de cas travaillé à l’université d’architecture de Pyongyang concernant une « green school », soit une école durable aménagée dans une petite ville d’une région rurale de RPDC, qui sert de modèle aux nouvelles ambitions de l’urbanisme durable nord-coréen.

Le projet de construction de cette école durable est issu d’un débat concernant la reconversion d’un bâtiment obsolète construit à l’origine après la fin de la Guerre de Corée et à la durée de vie estimée  entre soixante-dix et cent ans. Sa rénovation, était donc envisageable à partir des années 2020, la logique de développement durable en RPDC prônant en effet la conservation d’un bâtiment jusqu’au maximum de ses possibilités voire l’augmentation de sa durée de vie. Dans cette entreprise de rénovation, s’opposaient notamment les tenants de la construction d’une nouvelle école et ceux en faveur d’une rénovation de bâtiments anciens. La seconde solution fut adoptée avec pour objectif la sensibilisation de la population à ces nouvelles problématiques environnementales et leur diffusion par l’éducation dans cette école.

La disposition des pièces de l’école d’origine avait été réalisée en fonction des besoins de l’époque, chaque classe ayant ainsi sa salle, organisation spatiale rendue obsolète par les pédagogies actuelles pratiquées en RPDC qui prônent un changement de classe entre les différentes matières. Le projet s’est donc concrétisé par le maintien de la structure externe du bâtiment et un changement de la disposition interne. L’étude de projet a été conduite en lien avec le rectorat et les écoliers. Par exemple, pour les enfants souhaitant faire plus librement des expériences, un espace de découverte a été déplacé à un endroit de passage alors qu’il était auparavant dans une pièce fermée. Le projet a par ailleurs vocation à concrètement modifier les espaces d’étude des élèves, à rajouter des lieux plantés et de nature, et à permettre également l’aménagement de nouvelles de circulation. Les espaces deviennent ainsi polyvalents, devenant des espaces d’études ou de jeu selon les spécialités (biologie, chimie etc.). Il ne s’agit donc pas seulement de créer un bâtiment permettant uniquement des économies d’énergies, mais également de prolonger la durée de vie du bâtiment en s’adaptant à de nouveaux usages.

Cette présentation affirme ainsi son originalité dans la prise en compte d’enjeux civiques et d’éducation, ce qui tend à s’opposer aux prérogatives actuelles des architectes, surtout focalisées en RPDC sur les structures solides de la construction. Dans le cas précis de cette école, les architectes de l’université d’architecture de Pyongyang ont activement participé à la réflexion pédagogique, en tenant compte de l’utilisation sociale des structures existantes. Cet exemple reflète le développement de nouvelles manières de penser l’architecture et l’urbanisme durables en RPDC, centrés sur les usages des utilisateurs des bâtiments,, autant que sur l’anticipation des besoins futurs des bâtiments.

Présentation : Ri Un Gwang (université d’architecture de Pyongyang).

Modérateur et discutant : François Ged (Cité de l’architecture & du patrimoine).

            Les recherches de Ri Un Gwang, professeur à l’université d’architecture de Pyongyang portent sur l’impact de l’urbanisme et de l’architecture sur la psychologie des usagers.

En 2009, dans le cadre de son mémoire de recherche à l’université d’architecture de Paris-Belleville intitulé Marcher dans la ville, il  avait analysé comment l’espace s’organise autour d’une société en mouvement, qui se déplace. Avec le développement de la technologie, Ri Un Gwang soulignait l’importance prise par la culture de la vitesse, et s’interrogeait sur de nouvelles manières de concevoir les espaces habités intégrant ce changement dans nos moyens de déplacement.

Ainsi, dans le récent quartier de Ryomyong (Ryomyong kori) à Pyongyang, des terrains de jeux pour enfants et des terrains de sport ont été construits sans séparation physique, pour plus de fluidité dans les circulations entre des espaces de différentes fonctions .

Selon Ri Un Gwang, l’espace urbain est composé de trois éléments: le milieu naturel, l’ensemble des constructions matérielles (qui comprend les édifices, les routes, les lieux construits par la main de l’homme) et enfin le contexte socio-culturel (qui inclut les facteurs historiques, culturels ou sociaux influant les constructions). Les travaux plus récents de Ri Un Gwang questionnent ainsi la relation entre l’observateur et l’objet dans la perception de l’espace. Il présente dans son PowerPoint un tableau des différentes ébauches produites par un architecte lors de la conception d’un espace, soulignant les différences majeures entre le dessin d’architecte et le réel. Tandis que le dessin, stable et immobile, s’inscrit en dehors de toute réalité, la sphère du réel relève d’un état dynamique et doit inclure la dimension du sensible par et les usages des habitants. Ri Un Gwang note d’ailleurs que ce qui est dessiné est positif, stable, normal et simple, mais souvent très réducteur de la réalité. Par exemple, un travail sur les cartes mentales des habitants de la place de la République à Paris montre que tous ont simplifié l’espace dans lequel ils vivent. Il en a été de même pour les citoyens de Pyongyang lorsqu’ils ont dessiné les alentours d’un centre commercial de la ville près des berges du fleuve Taedong : là aussi, c’est un espace urbain très simplifié qui a été dessiné

Mais les architectes sont des créateurs de bâtiments et de villes, pas des usagers. Il est donc nécessaire qu’ils conçoivent l’aménagement des villes en considérant tous ces paramètres complexes, sans se limiter à la dimension matérielle et en tenant compte notamment des effets psychologiques de l’architecture sur les habitants. Ri Un Gwang insiste qu’il n’est pas souhaitable de concevoir l’espace en tenant compte seulement de l’aspect visuel, mais qu’il est nécessaire d’intégrer non seulement les usages mais aussi la sensibilité. A toutes les échelles, le travail d’un architecte sur les édifices, le mobilier urbain, les arbres qui bordent les rues ou encore le matériel de pavage doit se faire dans cette perspective.

Ri Un Gwang illustre son exposé en comparant deux quartiers de Pyongyang : les berges du fleuve Taedong qui traverse la ville, et le quartier Pot’ong, un des affluents du fleuve. Au bord du Taedong, l’espace est bien organisé, il y a de la place pour circuler et se promener dans de grandes esplanades rénovées ; tandis qu’au bord de la rivière Pot’ong, les éléments urbains apparaissent à une autre échelle et on ressent une sensation de proximité. Dans l’aménagement de ces deux quartiers très différents, ne faut-il pas tenir compte de l’ambiance particulière et de la relation des habitants au quartier ?

Pour conclure, Ri Un Gwang suggère que l’architecte doit avant tout comprendre l’esprit des lieux pour les aménager.

***

Evenement city-NKOR

Atelier CITY-NKOR (10 décembre 2020)

Le 10 décembre, de 10h à 13h, un atelier consacré au projet CITY-NKOR aura lieu dans le cadre du séminaire en ligne « Villes et urbanisation en Asie orientale et septentrionale » animé par Valérie Gelézeau (CCJ-CRC) et Françoise Ged (Cité de l’architecture et du patrimoine).

Programme

10h-10h20 : Introduction générale et présentation du projet CITY-NKOR
(par Valérie Gelézeau et Elisabeth Chabanol)
10h20-11h : Gestion des données de la recherche et cas particulier de la Corée du Nord (par Théo Clément)
11h-11h25 : Discussion
11h25-11-35 : Pause café virtuelle
11h35-12h15 : Présentation de l’ouvrage à paraître Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales (Atelier des cahiers, 2021) (par V. Gelézeau et B. Joinau)
12h15-12h45 : Discussion
12h45-13h : Conclusion générale

Les personnes qui ne sont pas inscrites au séminaire et souhaitent participer, peuvent adresser un mail à: gelezeau[at]ehess.fr.

Évènement City N-KOR

Topo-politique de Pyongyang : Régimes de visibilité, séparation spectaculaire et lieux de repli dans la capitale nord-coréenne »

Dans le cadre du séminaire  : Villes et urbanisation en Asie orientale et septentrionale (V. Gelézeau et F. Ged)

Benjamin JOINAU

professeur de Hong-ik University (Séoul), invité de l’EHESS et membre du projet City N-KOR

donne une conférence intitulée

« Topo-politique de Pyongyang : Régimes de visibilité, séparation spectaculaire et lieux de repli dans la capitale nord-coréenne »

le 26 novembre 2020 à 11-13h
En ligne sur BBB : https://webinaire.ehess.fr/b/gel-knd-7dk

Cette conférence entend reprendre et développer les éléments de recherche sur l’espace public urbain nord-coréen exposés dans de précédents articles publiés. Partant d’une analyse sémiologique de l’espace monumental de Pyongyang, « La Flèche et le Soleil. Topomythanalyse de Pyongyang » (Croisements, 2012) s’est attaché à mettre en lumière le récit mythique inscrit dans le plan urbain de la capitale nord-coréenne. Le texte « Régimes de visibilité. Pour une topo-politique de la distance » (SǒrabǒlDes capitales de la Corée, dir. V. Gelézeau, 2019) proposait une sémanalyse des différents types d’espaces publics de Pyongyang replacés dans leur contexte de réception par les différents publics ou « destinataires » de ce message urbanistico-idéologique. Dans presque tout l’ensemble de son espace public, la capitale nord-coréenne semble avoir été pensée comme spectacle. Le rapport entre démonstration du pouvoir et production de l’espace a été bien analysé depuis longtemps dans d’autres contextes (Lefebvre, 1974 ; Duncan, 2004 ; Fauve et Gintrac, 2009). Il a aussi déjà été beaucoup écrit sur le fait que Pyongyang a été conçu pour offrir une scène au régime des Kim (voir en particulier Kim, Suk-Young, 2007 et 2010). Cependant la spectacularité de cette capitale a été en général abordée comme catégorie d’une théâtralité et d’une représentation où le divertissement rencontre l’esthétique et la ville au service du politique. Au-delà des seules « cérémonies » officielles proprement dites et de leurs grands défilés « spectaculaires » qui définissent la performativité du pouvoir dans la ville, notre approche cherche à poser la question des effets du message urbanistique physique sur les représentations et les pratiques. La problématique de la « séparation spectaculaire » (Debord, 1971, § 167) interroge le contexte dans lequel la monumentalisation, la création de hauts lieux et la planification urbaine des espaces publics, éléments tous nécessaires à la ville, passent d’une mise en spectacle comme création de lien social (les lieux patrimonialisés sont des « shifters » – Certeau, Giard, Mayol, 1994 [1980] –, des échangeurs de mémoire et d’expérience) à une spectacularisation aliénante imposant sa mythologie dogmatique comme seul récit possible de la ville et du politique. On suggère donc d’observer comment la distance physique du citoyen à la ville peut être transformée en distance intérieure entre les citoyens comme outil de régulation. Ces éléments de réflexion posés, il est alors intéressant dans un troisième temps de revenir aux pratiques réelles des citoyens et visiteurs de Pyongyang, pour se poser la question de l’appropriation (Certeau, Giard, Mayol, ibid.) ou mise en quartier de la ville et ce qu’il en reste dans ce contexte de forte distanciation spectaculaire. On essayera alors de replacer dans ce cadre idéologique idéal la diversité des pratiques de l’espace public de la capitale par ses usagers et les « lieux de repli » qu’ils se ménagent : des sites alternatifs non idéologiques (brasserie, bowling) recherchés par les visiteurs occidentaux aux parcs publics et aux espaces communs entre complexes d’appartements fréquentés quotidiennement par les citoyens. Ces réflexions nous amèneront à dépasser le cadre nord-coréen, pour tenter une typologie des formes urbaines en relation avec les régimes de visibilité produits et selon les contextes socio-politiques.

Publication City N-KOR

Cet article est la traduction française d’un recensement paru dans le European Journal of Korean Studies d’Octobre 2020 et dirigé par le Dr. Robert Winstanley-Chesters. Il peut être obtenu en cliquant sur ce lien.

Marc Nexon, La Traversée de Pyongyang, Grasset, 2020.

Les biais médiatiques dans l’étude de la Corée du Nord constituent un phénomène bien connu des chercheurs intéressés par la péninsule coréenne, qui s’efforcent d’aborder la proliférante littérature sur le pays avec une certaine distance critique.  Biais politiques, préjugés médiatiques et stéréotypes, accès limité au pays et à sa population comptent parmi les très nombreuses causes qui conduisent à une vision souvent déformée et caricaturale du pays. Alors que la maigre littérature francophone dédiée à ce sujet peine à éviter complètement ces écueils, ces dernières années ont été publiés d’excellents ouvrages, dont notamment Corée du Nord, Un État-Guérilla en Mutation (Gallimard, 2015), par le journaliste Philippe Pons. Le récent ouvrage La Traversée de Pyongyang, par le grand reporter du Point Marc Nexon, constitue donc une initiative particulièrement surprenante car on peut malheureusement y retrouver tous les stéréotypes les moins informés concernant la Corée du Nord et sa population.

Profitant d’un relatif vide éditorial, plusieurs auteurs ont tenté, pendant les décennies 1990-2000, d’exploiter ce qu’ils considéraient comme un accès « privilégié » ou « inédit » à la RPDC pour écrire des livres sur leurs quelques jours passés sur place. Du fait de l’immense vague de touristes, bloggeurs et youtubeurs ayant visité la Corée du Nord ces dernières années, ainsi que de l’émergence d’une longue liste de livres -académiques ou non- particulièrement biens fouillés (plusieurs abordant spécifiquement la question des biais médiatiques occidentaux vis-à-vis de la Corée, c’est par exemple le cas des travaux de Sherri Ter Molen), on pensait cette catégorie de niche de journalisme gonzo morte et enterrée. De manière surprenante, l’auteur de La Traversée de Pyongyang a fait le choix d’ignorer ces éléments, et de s’en tenir à des temps plus simples où une visite d’une semaine dans le pays était considérée comme offrant suffisamment de matière à un ouvrage sur la Corée du Nord.

Le titre, et la référence à La Traversée de Paris, apparait d’ores et déjà légèrement excessif puisqu’à défaut de jouer au chat et à la souris avec la police nord-coréenne, Marc Nexon a en fait pris part -via une célèbre agence de tourisme occidentale basée à Pékin- au marathon de Pyongyang, plus important évènement touristique de Corée du Nord tenu chaque année au mois d’avril. L’auteur a dû dissimuler sa réelle profession de journaliste pour participer à l’évènement, ce qui semble avoir donné lieu à une sévère crise de paranoïa. Aussi, les lecteurs devront parcourir de longues descriptions des visites aux toilettes de l’auteur pour échapper aux questions -parfaitement banales- de ses « minders » ou annaewon, ces guides nord-coréens qui encadrent tous les groupes de touristes étrangers en RPDC. Sans surprise, passer quelques jours en Corée du Nord ne permet pas tellement de saisir beaucoup plus que les autres centaines de milliers de touristes qui visitent le pays chaque année, et ce d’autant plus si on n’a pas pris la peine de consulter de documentation en amont. La Traversée de Pyongyang se lit donc comme une longue succession de descriptions de l’auteur visitant des toilettes d’hôtels, cherchant des endroits pour uriner ou cracher (un leitmotiv assez étrange tout au long de l’ouvrage), évoquant son futur séjour avec son -sage- ami Denis (« si tu y vas pour nous montrer que c’est une dictature, personne n’a besoin que tu y ailles », p.12) cherchant des micros dans ses chambres ou envoyant des e-mails à sa femme (depuis un pays décrit comme « sans internet » quelques lignes plus haut).

Afin de masquer ce manque de matière, Nexon utilise deux techniques différentes. La première consiste à faire un effort quant à la langue de l’ouvrage, très littéraire, dont les lecteurs se feront une opinion par eux-mêmes s’ils parviennent à résister à la relance constante et artificielle de suspens alors que l’auteur effectue des tâches aussi banales que de passer la douane ou de faire un karaoké.  La seconde technique est l’invention. La réalité de son expérience n’étant sans doute pas à la hauteur de ses attentes, l’auteur a fait le choix de transcrire des discussions fantasmées avec ses guides (« votre petit maréchal ! Une vraie ordure qui affame et torture 200 000 prisonniers politiques », p.127). Le mélange de faits et de fiction ne pose pas réellement de problème en soi, Nexon ne cherchant évidemment pas à faire passer l’un pour l’autre. Ce procédé s’avère néanmoins un cruel révélateur tant de la vacuité de l’ouvrage que des préconceptions de l’auteur sur ce que constitue aujourd’hui la Corée du Nord, à un tel point que le livre aurait pu être écrit tel quel sans avoir pris la peine du déplacement jusqu’en Corée. Non seulement Nexon a fait le choix de rejoindre un tour organisé de la Corée du Nord armé de préjugés, mais il a aussi fait le choix délibéré le faire sans aucune recherche documentaire sur le pays. Il n’est donc guère surprenant que l’ouvrage évoque un pot-pourri de jugements superficiels et peu étayés sur la réalité incroyablement complexe de la RPDC, les panoramas de Pyongyang et échanges très courts avec ses guides faisant office de prétextes pour relayer les clichés les plus éculés sur le pays. La très courte bibliographie (cinq items, dont un article de GQ, le Lonely Planet et une BD de 2003) consultée par Nexon, naïvement disposée en fin d’ouvrage, en dit long sur l’approche de l’auteur dans son effort de conceptualisation de la Corée du Nord, limitée aux camps de travail au le Leader Suprême et à la mort d’Otto Warmbier).

Il n’est donc pas surprenant que, en plus de nombreuses erreurs factuelles (incluant malheureusement une graphie erronée du nom de Kim Jong Un!), cet ouvrage regorge de stéréotypes datant de la Guerre Froide, de clichés orientalistes, certains penchant dangereusement vers de de la discrimination ethnicisante. L’auteur dénonce par exemple le « grand relativisme » des diplomates français (p.143) à l’égard du pays, la France faisant pourtant des pays les plus durs à l’égard de la RPDC. A travers le livre, le pays est décrit comme une entité fermée hermétiquement, sans internet ni journalistes (ses collègues nord-coréens apprécieront, p.15), sans presse étrangère, et même sans oiseaux (« ce doit être l’unique oiseau de la ville », p.58). Encore plus problématique est la description des Nord-Coréens, littéralement dépeints comme des zombies (p.65), naïfs et inconscients du monde extérieur (p.100, 117), à l’exception des cadres du Parti, identifiés comme tels du fait de leur capacité à utiliser fourchette et couteau (p.130). Plus grave encore, Nexon ne s’embarrasse pas de distinguer ses guides nord-coréens par leurs noms entiers ou par des pseudonymes, mais par des numéros (« Kim 1 » et « Kim 2 »), cite leur anglais mal assuré au discours direct (se réservant évidemment le discours indirect), et offre des descriptions physiques qu’on ne pensait plus d’usage depuis le XIXème siècle : « peu importe où je me tiens, impossible de voir ses yeux. Ce sont deux minuscules fentes qui offrent l’immense avantage de voir sans être vu », p.146.

La paranoïa constante, la déshumanisation des Nord-Coréens, la dramatisation extrême d’activités parfaitement banales, la très longue énumération de clichés… Les lecteurs les plus optimistes s’accrocheront longtemps à l’espoir que La Traversée de Pyongyang est une parodie, critiquant par le second degré les discours médiatiques dominants sur la Corée du Nord. Ce n’est malheureusement qu’un ouvrage marqué par une absence totale de recherche documentaire et cherchant à capitaliser sur des clichés sensationnalistes et des notions préconçues à propos d’un régime, d’un pays et de son peuple. Ces livres ne sont pas rares, mais peu avaient finalement été publiés en français par un grand éditeur, faisant de La Traversée de Pyongyang le parfait contre-exemple de ce que vers quoi les discussions (journalistiques, académiques ou littéraires) sur la Corée du Nord devraient tendre.

Dr. Théo Clément

Chercheur postdoctorant au sein de City N-KOR, EHESS, Paris

EVENEMENT CITY-NKor: Cinema Paradiso ? Lire la société nord-coréenne au prisme de son cinéma

Cinema Paradiso ? Lire la société nord-coréenne au prisme de son cinéma

« Cinéma Paradiso ? Lire la société nord-coréenne au prisme de son cinéma » par Benjamin Joinau (Université Hongik (Séoul), associé du Centre de recherches sur la Corée (UMR CCJ) et membre du projet City-Nkor le vendredi 20 novembre 2020, de 14h à 17h.

Cette conférence est organisée dans le cadre du séminaire en ligne « Terrains et recherches sur le cinéma chinois » co-organisé par Anne Kerlan (CNRS, CCJ-CECMC) et Flora Lichaa (postdoctorante, Université libre de Bruxelles).

→ Inscription pour recevoir le lien de connexion : floralichaa@gmail.com

Présentation

Le titre de cette conférence peut paraître désuet et accrocheur. Accrocheur, parce qu’il  promet des révélations sur une société mystérieuse et fermée, et cela à travers un médium populaire habituellement symbole de divertissement. Désuet, car cela fait bien longtemps que les sciences sociales sérieuses ne prétendent plus « lire » de manière transitive les sociétés au moyen de leurs productions culturelles de masse. La question qui nous occupera véritablement ici concernera la question épistémologique de la validité d’une telle formule dans le contexte particulier d’un régime autoritaire. Dans le cas de la société nord-coréenne, au sujet de laquelle toute information est filtrée par le régime et dont le système de production cinématographique est totalement contrôlé par ce dernier, quelle connaissance sociologique indirecte pouvons-nous prétendre développer par le biais de la lecture de ses productions culturelles ? En particulier, peut-on espérer trouver autre chose dans le cinéma nord-coréen que la représentation d’une société idéalisée par la propagande ? Au sujet d’une société fermée qui interdit l’étude de terrain classique, la question est d’importance, car le cinéma y est un des rares matériaux visuels à la disposition du chercheur. Cependant, cette question a trop souvent été négligée par les études culturelles, qui ont trop souvent pris sans précautions méthodologiques les productions culturelles comme des miroirs directs des sociétés, que les œuvres analysées soient prises a priori comme synecdoques d’un corpus plus vaste ou que l’analyse filmique cède inconsciemment le pas à l’analyse sociétale. Faute de pouvoir mener réellement une sociologie de la production ou une étude de la réception, dans quelle mesure peut-on scientifiquement exploiter les matériaux filmiques de fiction nord-coréens pour autre chose qu’un discours esthétique ? Cette conférence entend montrer les limites de l’exercice, tout en précisant les contours d’une exploitation possible, quoique limitée, de ces œuvres : large corpus diachronique et historicisation en sont les principes.

ÉvÉnement city-NKOR

ATELIER

APPROCHES TRANS-DISCIPLINAIRES DE LA VILLE ET DE L’ARCHITECTURE: REGARDS CROISES FRANCO-COREENS

Le 10 octobre 2017

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75 016 Paris

Cet atelier se déroule dans le cadre du projet CREAK (Pour une approche alternative et engagée des villes nord-coréennes), un projet collaboratif (EHESS-EFEO-ENS) financé par la COMUE PSL (Paris Sciences & Lettres).

Prédécesseur du projet City-NKOR, le projet exploratoire CREAK a été impulsé par la nécessité d’ouvrir un terrain nouveau et difficile pour les études coréennes portées dans PSL par l’EHESS et l’EFEO, ce projet s’appuie sur une coopération avec des géographes de l’ENS pour renverser les approches habituelles de la Corée en Asie : il part d’une perspective scientifique pluraliste engagée, située aussi depuis la Corée du Nord pour analyser un objet négligé par la recherche urbaine française et occidentale : la ville asiatique post-socialiste.

La méthodologie, transdisciplinaire, combine l’approche par les aires culturelles avec les études transversales et comparatives sur la ville des géographes de l’ENS, dont aucune ne travaille déjà sur l’Asie ; cette articulation inédite apporte à des équipes engagées sur le terrain coréen (Centre Corée de l’EHESS et l’EFEO) le potentiel d’innovation d’un regard neuf inspiré par d’autres expériences géographiques.

La mise en œuvre s’appuie sur la coopération avec un partenaire nord-coréen identifié, l’Université d’architecture de Pyongyang pour le partage des points de vue et des savoirs sur la ville. Le projet, dont la faisabilité s’appuie sur des actions en cours et l’activation de réseaux d’architectes chinois, se concrétisera par deux séminaires (à Paris, en Chine ou à Pyongyang).

L’atelier « Approches trans-disciplinaires de la ville et de l’architecture » a mis en regard les contributions des membres du projet et d’architectes nord-coréens de l’Université d’Architecture de Pyongyang, comme en témoigne la liste des intervenants :

PANEL 1 :

 Modératrice : Pascale NÉDÉLEC (ENS)

– Valérie GELÉZEAU (EHESS): Paysages urbains et sociétés dans les grandes métropoles d’Asie: des grands ensembles coréens aux espaces publics cambodgiens

– Françoise GED (Cité de l’architecture et du patrimoine): Patrimoine, villes et paysages culturels

– Élisabeth CHABANOL (EFEO): Archéologie urbaine de la péninsule coréenne

PANEL2 :

Modératrice : Pauline GUINARD (ENS)

– Song-il JONG (Université d’architecture de Pyongyang): La fonction et la structure de la ville dans l’ère de l’économie intelligente

– Jong-hun KIM (Université d’architecture de Pyongyang) : L’application du BIM dans la gestion du cycle de vie des bâtiments

– Song-hak RYU (Université d’architecture de Pyongyang) : L’intégration à la conception architecturale des spécificités acoustiques des halls de concert en éventail

ÉVÉNEMENT CITY-nkor

Événement City-NKOR

DOING FIELDWORK IN NORTH KOREA

Korean Studies Roundtable

Valérie Gelézeau (EHESS), Élisabeth Chabanol (EFEO) and Koen De Ceuster (Leiden University) in conversation with Christopher Green (Leiden University/International Crisis Group)

28 November 2018

Valérie Gelézeau (EHESS), Élisabeth Chabanol (EFEO) and Koen De Ceuster (Leiden University) have longstanding and ongoing individual research projects in North Korea, in the field of urban studies, art and art history, archaeology and heritage. They are also collaborating in a joint research project City, Architecture and Urbanism in North Korea, funded by the French National Research Agency ANR (CITY-NKOR, ANR-17-CE27-0012). From the start, fieldwork has been a core component of their research engagement with North Korea. In this roundtable, they will address the relevance and restrictions, the opportunities, challenges and difficulties they encountered in doing fieldwork research in the tightly controlled and supervised environment that North Korea is.

For more about fieldwork in North Korea:

V. Gelézeau, “Le terrain en Corée du Nord ou la retombée en enfance des sciences sociales », Carnets du Centre Corée, octobre 2015, en ligne : https://korea.hypotheses.org/8385.

V. Gelézeau et B. Joinau, Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales. Paris, L’Atelier des cahiers, 2020.

ÉVÉNEMENT CITY-NKOR

Journée d’études :

Nouvelles géographies coréennes en perspective

20 mars 2019, EHESS / Paris

Rompant avec les approches dominantes des relations
internationales conçues de manière prescriptive, le
projet promeut une approche engagée de la Corée
du Nord par un objet spécifique : la ville. Avec une
population urbaine estimée à environ 60%, la Corée
du Nord présente des indices de développement
contradictoires (une économie industrielle, des taux
de natalité faibles et un taux d’alphabétisation élevé,
sur fond de crise alimentaire diffuse) que CITY-NKOR
aborde en interrogeant la ville et ses processus de
construction (architecture et urbanisme), qui ont
formé – et forment toujours – une des matrices de la
modernisation et de la construction de l’État socialiste
nord-coréen.
Le projet s’appuie sur une équipe de 9 chercheurs
ayant tous une expérience directe de la Corée du
Nord, acquise pour certains par plusieurs missions
de travail et de collaboration dans divers domaines.
Le projet implique des contacts avec des partenaires
nord coréens déjà identifiés pour partager savoirs et
expériences de la ville : archéologues urbains travaillant
avec l’EFEO en Corée du Nord, au Cambodge ou en
France depuis 2008, architectes et urbanistes formés
à Paris dans les années 2000.

ÉvÉnement City-NKOR

CITY-NKOR

JOURNÉE DE LANCEMENT

9 AVRIL 2018

Compte rendu

PARTICIPANTS : VALERIE GELÉZEAU, ÉLISABETH CHABANOL, KOEN DE CEUSTER, YANNICK BRUNETON, ÉVELYNE CHÉREL-RIQUIER, ALAIN DELISSEN, PAULINE GUINARD, BENJAMIN JOINAU, MARIE-ORANGE RIVÉ-LASAN.

V. Gelézeau : Présentation du projet CITY-NKOR
L’image commune que nous avons de la Corée du Nord est fabriquée par les médias qui s’appliquent à montrer une Corée du Nord menaçante et nucléarisée. Les discours géopolitiques la cantonne à une altérité distante ; une image construite par l’orientalisme. Finalement, la Corée du Nord a tellement été diabolisée qu’il est difficile de s’imaginer l’existence de personnes normales dans le pays. Enfin, la majorité des travaux sur la Corée du nord porte sur la question des droits de l’homme ou du nucléaire et ont pour objectif la « résolution du problème « . Le projet CITY-NKOR, rassemblant une équipe de neuf personnes avec huit projets individuels, adopte une posture tout à fait différente et se donne un autre objectif.
Une approche située et engagée sur les villes nord coréennes

  • Tous les chercheurs et les membres associés au projet sont en capacité de travailler sur des matériaux originaux en coréen.
  • Ce projet est la suite logique d’entreprises plus anciennes :
    Coopération avec l’EFEO depuis 15 ans : fouilles archéologiques, formation des archéologues nord-coréens. Cet ANR est la suite d’une ANR portant sur les interfaces Nord/Sud coréennes permettant de mieux comprendre la période de rapprochement des deux Corées. Cela a donné lieu à la publication du livre « De-Bordering Korea. Tangible and Intangible Legacies of the Sunshine Policy »4.
    Situer son point de vue : les modes de pensée des chercheurs ont été au départ formés et informés depuis la Corée du Sud. Il faut en être conscient.
    Une approche engagée : on avance dans l’espoir d’en apprendre sur nos propres villes par la coopération. Cette coopération est appréhendée comme un partage de savoirs.

Marie Orange Rivé-Lasan aimerait travailler sur les élites nord-coréennes. Cependant, faire un terrain pour rencontrer les élites nord-coréennes semble difficile. Sa porte d’entrée pour les étudier serait l’analyse du rôle des élites nord-coréennes dans la construction de Pyongyang. Elle s’intéresse notamment à la mise en scène des lieux de mémoire dans la ville. Puisque les lieux de mémoires sont montrés, ne sont pas cachés (il n’y a pas d’information confidentielle) cela lui semble déjà plus faisable.

Évelyne Chérel-Riquier travaille sur les espaces religieux chrétiens nord-coréens. Jusqu’à maintenant, ses recherches ont surtout porté sur la Corée du Sud et la façon dont les Églises se réinventent. Elle s’intéresse non seulement à la construction de ces églises mais aussi à la manière dont l’État nord-coréen leur donne une place. Pourquoi ces églises sont construites de cette façon ? Comment s’est développée la place de la religion en Corée du Nord ? Le sentiment commun est que L’Église nord-coréenne se serait construite avec la collaboration de l’Église catholique sud-coréenne. Il y a une influence que l’on aperçoit en analysant la structure religieuse des deux Corées.

Yannick Bruneton travaille sur les sites historiques importants de Corée du Nord. Ce qui l’intéresse le plus est la fabrique du savoir. Comment produire des ouvrages ? Comment sont utilisées les ressources produites ? Quelles sources sont utilisées ? Son objectif premier de terrain est de rencontrer les auteurs de ces ouvrages. Il essaie d’avoir un maximum de questions très concrètes et précises. Il propose de participer à un ouvrage collectif nord-coréen pour voir comment se formalisent les relations et les productions académiques entre les universités.


Élisabeth Chabanol travaille depuis 15 ans en RPD de Corée sur le site de Kaesong, (histoire de l’art de la ville, fouilles archéologiques de la forteresse). Elle effectue ses recherches sur les lieux symboliques de Kaesong. Pour l’an prochain, elle souhaite travailler à l’extérieur des enceintes. Dans le cadre de recherches externes aux enceintes, elle a déjà les contacts (poursuite des recherches sur le terrain avec le NAPCH) et la bibliographie. Son objectif est donc d’élargir son périmètre de recherche à Kaesong. Néanmoins, l’extérieur de la zone intra-muros à Kaesong, zone militaire, implique d’intervenir dans des zones difficiles d’accès.


Valérie Gelézeau s’intéresse à l’habitat collectif et son rôle dans la construction de la société nord-coréenne. Sa première demande est d’aller visiter les appartements de fonction occupés par des professeurs. Deuxièmement, elle aimerait obtenir les données officielles du recensement général en cours. Elle s’intéresse ensuite aux grands projets d’appartement à Pyongyang avec l’organisation des micro-districts sur lesquels il y a déjà une littérature. Troisièmement, elle veut montrer à l’Université d’architecture de Pyongyang en quoi il est intéressant de s’interroger sur l’habitat et l’architecture en sciences sociales. C’est pourquoi elle souhaiterait organiser un séminaire à Pyongyang.


Koen de Ceuster s’interroge sur la notion d’artiste en Corée du Nord. Pour son terrain, il part durant quatre semaines, à la mi-mai, en Corée du Nord où il va suivre trois peintres qu’il connaît depuis plusieurs années. Il va travailler en même temps avec les instituteurs et post-doctorants de l’université des Beaux-Arts. En septembre 2018, il retournera en Corée du Nord pour deux semaines voire une artiste qu’il connaît depuis 2005. Son objectif est de trouver une articulation entre la production artistique et la politique de mémoire. Il n’y a pas d’histoire nord-coréenne sans la production d’un récit biographique de la famille Kim. Ce qui l’intéresse est de voir comment cette biographie monopolise le paysage public, l’histoire publique. Il veut par ce canal comprendre ce qu’est un grand monument.


Benjamin Joinau travaille sur la représentation du cinéma en Corée du nord et surtout sur la question de l’espace public et de ses représentations. Il s’intéresse aux questions de distance et de visibilité à Pyongyang. Il a déjà publié des articles sur ce sujet qu’il intitule « régime de visibilité » mais il voudrait creuser sur : Que voit-on dans la ville ? Que peut-on voir ou ne pas voir en fonction de qui on est ? Puis en retournant le point de vue, qui peut me voir ? Quelles sont les pratiques autorisées dans les espaces publics ? Comment les lieux liés à la mémoire sont pratiqués selon les catégories, les groupes (habitants de Pyongyang, touristes, touristes-chercheurs). Pour son terrain, il propose d’accompagner un groupe de touristes et/ou ses collègues dans certaines missions afin de bénéficier d’une dynamique de groupe dans l’analyse des espaces. Il propose aussi d’approcher les collèges de l’université d’architecture de Pyongyang et de leurs proposer un séminaire ou un cours sur la culture urbaine en vue d’ouvrir un dialogue sur ses thématiques de recherche.

ÉvÉnement city-NKOR

Table ronde : Quelle(s) politique(s) envers la Corée du Nord ?

Le 15 mars 2019 de 15h à 17h

Lieu : Maison de l’Asie

Animée par Marie-Orange Rivé-Lasan (Université Paris-Diderot).

Participants : Antoine Bondaz (Fondation pour la Recherche Stratégique), Mathieu Duchâtel (Institut Montaigne), Céline Jurgensen (CEA), Benoît Berthelier (UPD), Valérie Gelézeau (EHESS).

Benoit Berthelier : la science en Corée du Nord en dehors du nucléaire?

            La présentation s’est centrée sur l’histoire des sciences depuis 1945 et la question de l’interprétation des sanctions de l’ONU envers la Corée du Nord. L’histoire des sciences implique une considération économique et idéologique. En Corée du Nord, il y a une écriture de l’histoire des sciences fondée sur des traces matérielles représentant un mode de production « à la socialiste ». Les autorités nord-coréennes cherchent à vulgariser l’histoire des sciences pour démocratiser leur connaissance et construire une histoire industrielle de la Corée qui dépasse l’humiliation de la colonisation japonaise.

En parallèle, la planification économique est rattachée à une recherche d’automatisation suite à des politiques scientifiques. L’automatisation dans les usines démontre que l’impact des sciences ne se limite pas à un impact économique mais affecte la culture et la vie quotidienne.

La science en Corée du Nord concerne aussi le développement des supports numériques (logiciels, digitalisation des informations) qui sont de plus en plus accessibles par l’intranet du pays. B. Berthelier constate une évolution des pratiques et une augmentation des supports destinés au loisir comme des systèmes de vidéo à la demande ou une offre variée de jeux vidéo. Il a remarqué un changement de pratiques culturelles : Les “salles de lectures” (dokseosil) ferment petit à petit, pour être remplacées par des salles de jeux vidéo. Avec cette consommation culturelle, c’est une ambition économique qui se manifeste, avec des entreprises aux mentalités plus entrepreneuriales ayant soif d’échanges internationaux, mais aussi une volonté éducative de la part des autorités avec la possibilité de cours en ligne permettant une éducation à moindre coup et/ou offrant des reconversions de carrière. Ainsi, les cours en ligne sont une manière d’abolir la distance pour ceux qui ne pouvaient pas suivre les cours à Pyeongyang et qui peuvent, maintenant, bénéficier d’une formation.

Pour conclure, B. Berthelier remet en perspective les sanctions de l’ONU et expose que ce qui pose problème au développement des sciences en général en Corée du Nord, c’est les pouvoirs publics des pays extérieurs et la peur des sanctions internationales qui rendent difficile une coopération scientifique (surtout dans le domaine des sciences humaines et sociales).

Antoine Bondaz : les relations intercoréennes

            A. Bondaz commence par expliquer l’évolution de sa position sur les relations intercoréennes : il est passé d’un optimisme prudent sur les négociations internationales avec la Corée du Nord à un pessimisme prudent. Le constat est que les essais balistiques ont cessé depuis fin 2017 suite, entre autre, à une offensive diplomatique facilité par le Président Moon Jae-In. Plusieurs grands événements ont laissé penser qu’un changement s’effectuait dans les relations intercoréennes marquées par les jeux olympiques et les deux sommets intercoréens. La méthode de négociation est passée dans un mode « top-down » où les plus hauts niveaux hiérarchiques se parlent directement et il ne s’agit plus d’une succession d’intermédiaires.

Puis, le sommet de Singapour qui s’est tenu le 4 et 6 décembre 2018 a alors été un moment marquant qui à permis de voir les limites des engagements de chaque participants et d’établir plusieurs objectifs :

– Arrêt des sanctions économiques envers la Corée du Nord

– La signature d’un traité de paix

– Le rapatriement des corps des soldats américains conservés par la Corée du Nord.

Or, seul le dernier point a été suivi d’actions réelles avec plus de 200 corps de soldats américains qui ont été rapatriés depuis le traité.

Sur les autres points, les sanctions économiques sont maintenues et rien n’a évolué concernant le gèle du programme nucléaire et sur le démantèlement (partiel) des installations militaires nord-coréennes qui se feraient contre une levée totale des sanctions économiques. Pour A. Bondaz, on en est à un moment où il n’y a pas d’accord et ou J. Bolton et S. Biegun revoient leur politique. En parallèle, Choe Son Hui, qui travaille à la stratégie politique nord-coréenne, se positionne en critiquant directement l’administration américaine mais pas Trump, laissant là une porte ouverte aux échanges mais seulement au rang politique le plus élevé.

Les Sud coréens quant à eux paraissent être pris au dépourvu. Il n’y a pas de reprise prévue à très court terme des négociations.

A. Bondaz évoque la question du traité de paix, dont, dit-il, on sous-estime les chamboulements géopolitiques que sa signature pourrait engendrer.

Il renvient sur le rôle des européens qu’il décrit comme limité. Il mentionne, cependant, le rôle des suédois et des finlandais qui ont été des agents facilitateurs permettant la reprise des dialogues début 2019. Quant à l’Union européenne elle n’a pas fait grand chose concernant la Corée du Nord. A. Bondaz se demande quel rôle pourrait être celui de l’UE s’il n’y a plus de relation diplomatique entre les États-Unis et la Corée du Nord. Il se demande également si l’UE pourrait jouer un rôle alors que la Corée du Nord demande un accroissement de l’aide humanitaire, mais cela lui semble compliqué.

Mathieu Duchâtel : La position chinoise vis-à-vis des sanctions envers la Corée du Nord

M. Duchâtel aborde l’aspect des sanctions, principalement du point de vue de la Chine. Il lui semble qu’il apparaît toujours tentant de commenter l’actualité et de parler en terme de scénario lorsque l’on se penche sur la question des sanctions.

Selon lui, ce qui intéresse tout le monde est de savoir si les nord-coréens ont pris la décision de dénucléariser ou non. Sur ce point, les américains sont les plus sceptiques.

C’est la réponse à cette question qui détermine nos politiques à l’égard de la Corée du Nord.

Le sommet d’Hanoï qui s’est tenu le 27 et 28 février 2019 a permis de clarifier la position de la Corée du Nord par rapport à ce qu’elle est prête à céder pour une baisse des sanctions économiques. Grâce à ce sommet, on a la certitude que les autorités nord-coréennes cherchent à ce que les sanctions des Nations Unies soient réévaluées. En particulier les interdictions sur les déplacements des nord-coréens et sur les restrictions liées aux armements.

Actuellement, le régime de sanction devient proche d’un embargo total sur la Corée du Nord. L’embargo impacte, entre autre, le transport commercial de minerais, de charbon ainsi que les aides humanitaires à la fois sur les voies maritimes et aériennes. Les  sanctions portent de plus en plus préjudice à l’économie nord-coréenne et même si il n’y a pas de chiffre fiable, la récession est estimée par les experts à 4% en 2018. Or, c’est les nord-coréens « lambda » qui commencent à souffrir de ce régime de sanction et non les élites.

Face à ce processus de négociation, la Chine a pris un rôle important avec un changement de position de Xi Jinping qui a affirmé un ralliement à l’embargo. Paradoxalement, la Chine, sur le long terme, est l’état qui défend le plus que l’acceptation d’une démilitarisation de la Corée du Nord passe par une aide à son développement économique.

Les éléments qui manquent à une bonne évaluation des possibilités de négociation avec la Corée du Nord sont, côté nord-coréen, une liste exhaustive des activités de prolifération du nucléaire et, côté américain, à savoir si le gouvernement de Trump serait prêt à un deal partiel ou ponctuel.

Valérie Gelézeau : qu’est ce que la frontière intercoréenne?

V. Gelézeau questionne la nature de la frontière intercoréenne : s’agit-il d’une frontière fossilisée de la guerre froide, immobile et toujours la même ? Il s’agirait plutôt d’une frontière en perpétuelle construction modelée par un régime qui n’est ni la guerre ni la paix.

Lors du traité d’armistice de 1953 suite à la guerre de Corée, le tracé décidé de la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord a été le 38ème parallèle. Mais, dans les faits, la vraie frontière est restée la ligne de front, là où se sont arrêtées les armées et il s’agit d’un tracé beaucoup moins net. 

Valérie Gelézeau souligne que les deux Corées ne sont pas dans un régime de paix et qu’aucun traité de paix n’a été signé. On est ni dans un régime de paix, ni dans un régime de guerre. Ce qui changerait vraiment les rapports politiques avec la Corée du Nord serait d’arriver à un traité de paix. Or la politique actuelle envers la Corée du Nord passe d’un régime de sanctions ciblées à des sanctions globales beaucoup plus préjudiciables.

Que faire en tant que scientifique dans ce contexte?

Les Sciences Humaines et Sociales (SHS) ne sont pas (encore) directement impactées par l’embargo et il est théoriquement possible de travailler avec des chercheurs en SHS nord-coréens. La preuve en est avec le projet « CityNkor : ville architecture en Corée du Nord » qui a pour but d’approcher la Corée du Nord au travers de la ville analysée par différentes disciplines SHS. Ce projet se fait en collaboration avec des collègues nord-coréens. Pour V. Gelézeau, les SHS sont aussi un moyen d’apporter des clés de compréhension sur des questions économiques qui pourraient changer les choses et permettre une diffusion, un contact et une ouverture intellectuelle entre la Corée du Nord et l’extérieur.

Céline Jurgensen : Retour sur les aspects stratégiques du nucléaire en Corée du Nord pour comprendre la position française.

Le programme nucléaire balistique de la Corée du Nord et la question de la prolifération date du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires signé en 1968. Un traité dont le respect dépend de l’Agence Internationale de l’Énergie qui, sous l’égide de l’ONU, contribue à une politique de non prolifération. Or, la question de la non-prolifération du nucléaire est avant tout une question politique et non technique. Pour C. Jurgensen, il y a un changement de nature de cette crise du nucléaire nord-coréen : avant c’était un enjeu de prolifération mais maintenant, il y a un enjeu de capacité de dissuasion. En effet, la Corée du Nord n’est pas reconnue comme un Etat nucléarisé mais, en même temps, elle possède l’atomique. L’une des première étapes pour des négociations réalistes est de mettre en œuvre un moyen pour que la Corée du Nord soit reconnue comme une puissance nucléaire. Depuis 2012, la Corée du Nord a accéléré son développement de la nucléarisation avec (6 essais nucléaires). Une accélération qui intervient à un moment de vide politique aux États-Unis (entre deux élections). On a ainsi eu Hwasong 14 en 2016 et Hwasong 15 en 2017 où pour la première fois la Corée du Nord se montre capable d’atteindre les États-Unis. Il y a une volonté politique de découplage entre les alliés asiatiques et les États-Unis. Les négociations se sont alors faites sur deux niveaux, à la fois celui de l’analyse technique (à évaluer les capacités réelles du nucléaire nord-coréen) et politique. Quel est alors l’objectif commun de ces négociations de 2018/2019? Quelles sont les mesures que la Corée du Nord est prête à prendre? Comment définissent-ils un démantèlement du nucléaire? Quels missiles sont concernés?

Pour la suite des négociations, il y a un certain nombre d’éléments qui viennent à manquer dont une feuille de route statuant :

– la démilitarisation et ce qu’elle implique n’a jamais été clairement définit

– qui effectue les préparations techniques nécessaires à un démantèlement du nucléaire

– qui vérifie la mise en œuvre du démantèlement

Pour conclure, C. Jurgensen voit une obligation de maintenir les sanctions envers la Corée du Nord car c’est ce qui met la pression et incite à négocier.

Publications City-NKOR:

Théo Clément, 2020, Between Economic Reform and Support of an “Independent National Economy”:  Special Economic Zones in North Korea, North Korea Review, Seoul, pp.25-54.

Dans le dernier numéro de la revue spécialisée North Korean Review, Théo Clément, postdoctorant à l’EHESS au sein du projet City-NKOR, signe un article portant sur les politiques de développement économique nord-coréennes et tout particulièrement la gestion des Zones Économiques Spéciales (ZES).

Apparues dans le pays en 1991, essentiellement du fait d’une influence chinoise dans le contexte d’une économie nord-coréenne au bord du collapse, les ZES nord-coréennes n’ont pas su attirer les investissements directs à l’étranger. Parmi les raisons les plus régulièrement citées pour expliquer cet échec figurent notamment la rigidité du climat d’affaires nord-coréen, l’opacité généralisée des mécanismes de décisions institutionnels ainsi que le manque de sécurité juridique auxquels font face les potentiels investisseurs.

En revenant sur le détail du développement historique des Zones Économiques Spéciales Nord-coréennes et du corpus législatif qui les accompagne, l’auteur met en lumière le fait que si les ZES de RPDC ont pu être inspirées des réformes chinoises, leur développement semble plutôt s’intégrer dans le soutien aux politiques économiques nord-coréennes traditionnelles (National Independent Economy dans les textes nord-coréens) orientées vers l’indépendance et le Juche. L’auteur appuie cette thèse sur des entretiens de recherche réalisés à la frontière sino-nord-coréenne ainsi qu’en Chine.

L’article conclut sur le fait que si les ZES constituent bel et bien des signes de réforme économique (au sens d’une altération des outils mobilisé pour la production de richesse), elles n’induisent pas forcément l’amorce d’un changement systémique, puisque Pyongyang semble vouloir les intégrer au sein du système économique existant en RPDC.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search