Historique des projets depuis 2006

La Corée du Nord : Espaces, Société, Développement

Responsable : Valérie Gelézeau

Depuis le milieu des années 2000, le Centre de recherches sur la Corée (CRC) s’est engagé dans des recherches incluant la Corée du Nord (par exemple le projet « Capitales coréennes», ou encore le projet « Les interfaces dans la péninsule coréenne »), voire portant plus spécifiquement sur ce pays.

Le projet « Corée du Nord : espace, société, développement », se développe dans la perspective pluraliste qui caractérise désormais les recherches en études coréennes depuis le tournant épistémologique initié à l’EHESS au cours de la dernière décennie. Parmi les objectifs du CRC se trouvent notamment la volonté de « dé-sud-coréaniser les études nord-coréennes » et de proposer des prismes de recherche alternatifs à ceux, dominants, des études nord-coréennes telles que pratiquées en Corée du Sud ou d’une manière générale dans les pays occidentaux.

Le développement des études nord-coréennes au sein du CRC s’est effectué en plusieurs étapes, dont ne sont relatés ci-dessous que les principaux jalons.

En 2006, une première table ronde – la première de ce type dans le milieu francophone des études sur l’Asie – a été organisée, et à partir de la même année, le programme « Les interfaces Nord/Sud dans la péninsule coréennes » a appuyé le développement d’une nouvelle coréanologie portée de manière plus active sur l’étude de la Corée de la diaspora et de la Corée du Nord.

En 2011, deux publications de masterants et de jeunes docteurs sont venues encore souligner l’attrait pour la Corée du Nord des chercheurs de l’EHESS et du CRC. La première est un mémoire de recherche rédigé par un étudiant de RPDC, Cha Kumsong, sous la direction de Valérie Gelézeau, et intitulé « Le développement des mesures économiques en R.P.D. de Corée : Exemple des centres commerciaux à Pyongyang, territoires de l’introduction du marché – Comparaison avec le cas chinois ». La seconde est une thèse soutenue par Perrine Fruchart-Ramond, sous la direction d’Alexandre Guillermoz, et portant sur « la stratégie d’engagement : une alternative à la diplomatie coercitive. Les relations entre les Etats-Unis, la Corée du Sud et la Corée du Nord (1994-2008) ». Cette thèse a obtenu le prix de thèse de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) en 2012.

En 2013, organisé dans le cadre du CRC, un voyage d’études d’une délégation de sept personnes provenant de plusieurs institutions académiques (EHESS, Université de La Rochelle, Université de Leiden) et culturelles (Cité de l’Architecture et du Patrimoine), à l’invitation de l’Université d’Architecture de Pyongyang a été le tout premier voyage de ce type en Corée du Nord.

En 2016, le programme CREAK (Alternative and creative engagement with North Korean cities / Pour une approche créative, alternative et engagée des villes nord-coréennes), projet exploratoire d’une durée du 36 mois financé par la COMUE PSL (Paris Sciences et Lettres) aborde le terrain nord-coréen à travers la question de la ville asiatique post-socialiste. La méthodologie, transdisciplinaire, combine l’approche par les aires culturelles avec les études transversales et comparatives sur la ville des géographes. Ce programme, porté par l’EHESS et l’EFEO en collaboration avec l’ENS, s’est notamment concrétisé par une mission collective à Pyongyang en septembre 2016 ayant donné lieu à des présentations lors d’un colloque international à l’Université Kim Il-sung. Le partenaire local du programme CREAK, l’Université d’Architecture de Pyongyang, a par ailleurs envoyé une délégation à Paris en octobre 2017 pour la tenu d’un atelier conjoint franco-nord-coréen sur la thématique de la ville.

A partir de 2018, City-NKor a pris le relais pour une durée de 48 mois, prolongés de six mois à la suite de la crise sanitaire (janvier 2018 – juillet 2023). Combinant études aréales et sciences sociales, le projet implique trois institutions européennes pionnières sur la Corée du Nord (l’UMR8173 Chine, Corée, Japon, l’EFEO et l’Université de Leyde) et promeut une approche engagée de la Corée du Nord par un objet spécifique : la ville. Le projet pluridisciplinaire, impliquant 7 disciplines des SHS s’appuie sur une équipe de 9 chercheurs ayant tous une expérience directe de la Corée du Nord, ainsi que sur le partage des savoirs et expériences de la ville avec des partenaires nord-coréens: archéologues urbains travaillant avec l’EFEO en Corée du Nord, au Cambodge ou en France depuis 2008, architectes et urbanistes formés à Paris dans les années 2000. La encore, outre les nombreuses publications et contributions individuelles des chercheurs de City-Nkor, une mission collective à Pyongyang a notamment donné lieu à des présentations à l’Université Kim Il-sung et à un atelier avec les architectes et urbanistes de l’Université de Pyongyang. Une délégation de ces derniers a par ailleurs été accueillie à Paris en Octobre 2019 pour un nouveau workshop franco-coréen. Enfin, le projet a donné lieu à des nombreuses publications, participations à des conférences en France ou à l’international, et travaux de terrain en Corée du Nord, dont on trouvera la liste exhaustive ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search