Axes de recherche

L’équipe de CITY-NKOR met en œuvre une approche pluridisciplinaire pour travailler trois grandes directions problématiques :

 

Axe de recherche 1

Historiciser la trajectoire des villes nord-coréennes

 

Questionnement : comment historiciser la lecture du paysage urbain nord-coréen, au-delà de la construction dictatoriale des 60 dernières années ?

La Corée du Nord a été décrite comme un État théâtre1 et Pyongyang comme une mise en scène du régime2. Or, ces recherches théâtralisent le paysage urbain nord-coréen, ce qui limite l’analyse critique en ne prenant pas en compte le processus d’historicisation. L’approche de City-NKor espère combler ce vide en interrogeant le territoire urbain comme l’expression de la résilience et de la permanence des actions sociétales.

Moyens mis en œuvre : plusieurs projets du programme City-NKor orientés vers l’histoire cherchent à répondre à ce besoin d’historisation. Cet axe repose ainsi à la fois sur des travaux de terrain en Corée du Nord avec, par exemple, la Mission Archéologique à Kaesong (MAK) en partenariat avec l’EFEO/NAPCH, ainsi que sur l’utilisation d’archives et de sources secondaires nord-coréennes telles que :

  • les ressources du Pukhan charyo sent’ŏ de la Bibliothèque nationale de Corée située à Séoul,
  • les archives sur la Corée du Nord ancienne conservées près de Washington DC au National Archives II College Park,
  • les matériaux inexploités de l’Institut d’études coréennes du Collège de France à Paris.

Équipe de l’axe de recherche 1 :

 

Axe de recherche 2

La lecture des villes nord-coréennes matérielles et immatérielles

 

Questionnement : comment mieux articuler les formes urbaines, la morphologie et l’architecture avec les faits sociaux, en dépassant l’analyse des villes nord-coréennes comme « scènes du régime » ?

La position et hypothèse de départ des membres du projet City-NKor est que les restrictions imposées (et supposées) du travail de terrain en Corée du Nord, ainsi que les préconceptions sur les villes nord-coréennes, sont des freins à la réflexion et à une étude préliminaire pertinente. Par exemple, l’utilisation de matériaux facilement accessibles tels que les films peuvent, s’ils sont observés avec une distance critique et en mettant de côté la mise en scène du régime, apporter de la complexité à des idées préconçues.

Cette position détachée de toute conjecture permet aux membres City-NKor de dialoguer avec des professionnels nord-coréens (archéologues, historiens et architectes). La création de liens avec des institutions nord-coréennes est ainsi essentielle au développement de cet axe de recherche.

Moyens mis en œuvre : plusieurs projets en littérature, géographie et anthropologie explorent l’intersection entre contenu social et forme/architecture. Tous ces projets portent sur des lieux urbains particuliers (équipements littéraires, logements et espaces publics), ils impliquent l’utilisation de littérature nord-coréenne scientifique sur le sujet ainsi qu’une observation ethnographique directe en Corée du Nord.

Équipe de l’axe de recherche 2 :

 

Axe de recherche 3

Les villes nord-coréennes dans une perspective comparative

 

Questionnement : comment déverrouiller l’étude des villes nord-coréennes en les situant de manière plus pertinente au sein d’un vaste monde (post-)socialiste, dominant en Asie ?

Cet axe se fonde sur les travaux de recherche de Françoise Ged à propos des villes chinoises. Forte de ses 20 ans d’expérience sur la coopération entre la France et la Chine, F. Ged ouvre les projets City-NKor à une approche comparative. Ses travaux offrent des méthodes éprouvées pour décrire le tissu urbain, l’évolution spatiale et les icônes architecturales à partir de documents graphiques disponibles (cartes, plans, photographies). Grâce à sa connaissance du processus chinois et de son fonctionnement institutionnel durant les années maoïstes3, elle sait mettre en évidence les similitudes entre la Chine et la Corée du Nord.

Moyens mis en œuvre : sur la base de l’expertise de F. Ged, cet axe vise à rassembler un réseau d’universitaires et de professionnels, capables de (re)penser les villes (nord)-coréennes dans leurs formes changeantes, mais aussi, plus largement, les villes socialistes. F. Ged œuvre ainsi à la création d’un réseau entre City-NKor, l’université de Tongji (Shanghai) et l’université de Tsinghua (Pékin), institutions qui ont des échanges réguliers avec des universitaires nord-coréens.

Équipe de l’axe de recherche 3 :

  1. Kwon, Heonik & Chung Byung-Ho. North Korea: beyond charismatic politics. Lanham, Md, Rowman & Littlefield Publishers, 2012, 219 p., p. 43-70. []
  2. Kim, Suk-Young, Illusive Utopia: Theater, Film, and Everyday Performance in North Korea. Ann Arbor: University of Michigan Press, 2010, 387 p., p. 85-107. []
  3. Hoa, Léon. Reconstruire la Chine: trente ans d’urbanisme, 1949-1979. Paris, Éditions du Moniteur, 1981, coll. « Collection Urbanisme », 317 p. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search