« Capitales historiques coréennes » (partie 5/5)

Rencontre avec Elisabeth Chabanol

Source : E.-Chabanol, La Forteresse de Kaesong EFEO-NAPCH : https://parisconsortium.hypotheses.org/17456

Interview réalisée par Valérie Gelézeau en juillet 2016 à Séoul

Cette interview d’Elisabeth Chabanol1 donne un éclairage complémentaire sur les éléments évoqués dans les parties précédentes. Elle offre un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant conduit à la publication de l’article d’où est tiré cette série sur les « Capitales historiques coréennes ».

VG – En lisant la fin de ton texte sur la concurrence des discours nationaux, je me pose quand même la question des datations, en Corée du Sud comme en Corée du Nord. Tu évoques le problème de « datations précises et fiables », mais les datations politiques et dynastiques de l’histoire dite « officielle » sont-elles pertinentes pour traiter de tes sujets ? Tes travaux sur les murailles de Kaesŏng peuvent-ils faire évoluer la manière dont on envisage la datation des périodes en Corée du Nord ? Le rôle de l’histoire officielle y est-il aussi important ?

EC – Concernant la datation du Koryŏ et du Silla, du fait des textes de l’histoire officielle justement, les cadres historiques sont les mêmes. La divergence joue pour le Koguryŏ, plus ancien, mais pas pour le Koryŏ, ni le Silla : les archéologues des deux Corées peuvent se parler sur ces sujets, même s’ils ne partagent pas les mêmes conclusions, et c’est d’ailleurs une des raisons du choix de Kaesŏng : il n’y a pas de problème dans la datation de l’histoire officielle. En revanche, il y a une année de différence dans le début du Chosŏn, ce que je suppose lié à la façon de compter et surtout à la façon d’interpréter les dates de règne, qui n’est apparemment pas la même au Nord et au Sud. Mais, ce n’est pas une question idéologique, c’est juste une manière de faire, comme par exemple le fait que les Nord-Coréens suivent l’usage occidental pour donner l’âge des personnes (sans ajouter l’année de la conception comme en Corée du Sud).

Pour ce qui concerne la datation qui nous vient des fouilles archéologiques menées sur la forteresse de Kaesŏng, il n’est pour le moment pas possible de proposer des datations cohérentes différentes des textes. Nous disposons de quelques datations radiocarbone de la porte Namdae pour la construction des fondations de la porte actuelle – et là il y aura peut-être quelques différentes, mais nous n’avons pas encore tous les résultats. Par exemple, une datation effectuée en 2015 a donné une date de construction des fondations de la porte actuelle un peu plus ancienne que la date officielle de 1391. Cependant, les fouilles ont déjà démontré que la porte que l’on connaît aujourd’hui n’avait pas simplement été érigée de 1391 à 1393 comme l’indiquent simplement les textes historiques, mais avait subi plusieurs campagnes de reconstruction. Notons que la construction de la forteresse de Kaesŏng a commencé dès la fin du viie e siècle av. J.-C., nous n’avons cependant pas accès aux périodes aussi anciennes du site – on ne peut pas atteindre ces niveaux aussi bas du fait de la nappe phréatique.

VG – Tu as organisé avec tes partenaires nord-coréens une exposition des résultats de vos travaux sur Kaesŏng au nouveau Parc folklorique de Pyongyang en septembre 2014. Quel a été le retentissement de cet événement en Corée du Nord ? et en Corée du Sud s’il y en a eu ?

EC – En Corée du Nord, l’exposition de 2014 a eu un grand retentissement car c’était la première fois qu’une institution nord-coréenne faisait une exposition de ce type, sur des résultats de recherche archéologique conjointe avec une institution étrangère[1]. C’était un projet conjoint, l’exposition a vraiment été faite ensemble, chaque panneau a été discuté par les deux parties, les textes ont été rédigés ensemble également, en trois langues (français, anglais et nord-coréen). Il y a eu un certain retentissement médiatique aussi : des articles dans Le Monde, dans le Rodong Sinmun, le Pyongyang Times, en Chine, au Japon… Évidemment en Corée du Nord, l’exposition a eu un fort pouvoir éducatif : sans compter les archéologues et historien nord-coréens, des lycées et écoles de Kaesŏng sont même venus à Pyongyang pour voir l’exposition. L’exposition a ensuite eu lieu à Kaesŏng, au musée du Koryŏ, à partir de septembre 2015.

En Corée du Sud aussi, l’exposition a attiré l’attention. Ainsi, le jour de l’inauguration, le 14 septembre 2014, qui avait lieu à 16 heures à Pyongyang, le sujet est passé dès 21 heures aux nouvelles de KBS, une grande chaîne nationale. Cela dit, nous devons attendre les publications pour diffuser les résultats définitifs2.

VG – Quels sont, à ton avis, les règles clés pour pouvoir aborder l’étude des villes et des capitales de la Corée du Nord ? Tu peux évoquer des éléments méthodologiques, théoriques, pratiques, ou tout autre point qui te semble important.

EC – C’est une question difficile. Je ne me suis pas rendue en Corée du Nord avec l’intention de monter un projet, il s’est construit de lui-même, de mon expérience de la Corée – de la Corée du Sud depuis plus de 20 ans – et de ma curiosité scientifique vis-à-vis du son patrimoine historique de la Corée du Nord. Au fur et à mesure de mes recherches personnelles et de ma rencontre avec les experts des Biens culturels en Corée du Nord, parce que nous avions un intérêt et un but communs, la connaissance du patrimoine archéologique de la Corée et l’amour de ce patrimoine, de cela est  né le projet – 2003, nous devons nous souvenir que c’était une époque où le dialogue était possible, pendant la période dite de la politique du « rayon de soleil » (Sunshine Policy anglais3).

Cependant, ce qui a ensuite vraiment déclenché cette coopération scientifique, c’est la construction du complexe industriel de Kaesŏng (KIC : Kaesŏng Industrial Complex) au début des années 2000 et la restructuration de la région de Kaesŏng : devant l’urgence du danger que constituait la construction de cette zone industrielle pour le patrimoine de la cité historique il a fallu agir et le projet s’est concrétisé. Il ne faut pas oublier non plus que le gouvernement nord-coréen souhaitait faire inscrire le site sur la liste du patrimoine mondial et que l’étude du site était une priorité.

Cependant, le projet de Kaesŏng est très différent de mon expérience antérieure en Corée du Sud. Je m’y suis formée, étudiant dans un premier temps l’architecture funéraire de l’époque des Trois Royaumes, puis plus particulièrement le royaume de Silla. J’ai mis en place mon projet de recherche seule, puis soutenue par ma directrice de thèse, Mme Flora Blanchon. En Corée du Sud, je suis arrivée totalement novice, j’ai acquis l’expérience du terrain grâce à l’expertise de mes nombreux collègues archéologues et historiens de l’art sud-coréens, en particulier au cours des deux années passées au musée national de Kyŏngju. J’orientais alors mon projet de recherche selon mes aspirations. C’est très différent de ce que j’ai fait avec mes collègues nord-coréens puisqu’il s’agit d’un partenariat que je dois diriger autour d’un projet commun. Pour répondre à ta question de façon générale, un principe théorique ? Ne jamais déroger aux principes éthiques que l’on s’est donné, même dans le cas d’une situation de compromis nécessaire.

VG – Peux-tu revenir sur ta trajectoire justement ? Et dans cette trajectoire, le rapport à la Corée du Nord ? Quand es-tu allée pour la première fois en Corée du Nord ?

EC – C’était en janvier 2003. À la suite, un peu par hasard, d’une discussion dans un cadre semi-professionnel où j’avais eu l’occasion de parler du patrimoine de la péninsule coréenne et de partager avec mes voisins de table mon expérience et mes connaissances de la Mandchourie4 et de la Mongolie5, ainsi que mon désir de mieux connaître l’archéologie et les sites nord-coréens, et mon inquiétude pour le patrimoine de Kaesŏng. Il se trouvait par hasard que l’un des deux interlocuteurs était un expert anglais impliqué dans le développement touristique de Kaesŏng et avec qui je suis partie lors de l’une de ses missions exploratoires. C’est à l’occasion de ce voyage que j’ai rencontré pour la première fois au Nord les spécialistes des Biens culturels et du patrimoine. Puis, j’y suis retournée dans un cadre similaire à l’été 2003.

Et à partir de 2004, ayant établi le contact avec les experts des Biens culturels, je m’y rendue seule pour travailler dans un premier temps dans les archives, étudier les sites avec eux, pour monter le projet.

J’ai proposé à l’époque la fouille archéologique de la porte Namdae (grande porte du Sud) de Kaesŏng afin de mieux connaître cette zone et ses alentours, particulièrement importante pour la ville, historiquement et économiquement. Par la suite, c’est la partie nord-coréenne qui m’a demandé d’étendre les recherches (ce qui m’a heureusement surprise) et de mettre sur pied un projet pour l’étude de l’ensemble de la forteresse de Kaesŏng dans le cadre de la préparation du dossier de demande d’inscription du site sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

VG – La notion de « capitale » (tosŏng) est-elle la même au Nord et au Sud ?

EC – Dans les conversations courantes, sur le terrain, j’entends rarement le mot sudo au Nord. On parle de Kaesŏng-sŏng (littéralement : « forteresse de Kaesŏng »), idée qui est associée à capitale. Le mot « Kaesŏng » intrinsèquement contient cette notion de capitale d’une péninsule coréenne unifiée. En revanche, dans les écrits imprimés de vulgarisation citant le Koryŏ, les premières phrases indiqueront de façon rituelle et obligatoire que Kaesŏng est le sudo du premier pays unifié de la péninsule. Tosŏng est un mot plus choisi, considéré comme ancien et utilisé par les historiens, tout comme kyŏngsŏng qui est réservé au monde académique.

VG – Dans tes travaux sur Kyŏngju d’une part, sur Kaesŏng d’autre part, est-ce que cette notion de capitale a été importante pour toi ? Et du point de vue des Coréens (au Sud, et au Nord) ? Sinon, quelles étaient les notions importantes que tu as pu repérer dans l’analyse et la recherches (les fouilles) sur ces deux villes, par exemple dans la littérature scientifique vernaculaire ? (Ou tout simplement de ton point de vue à toi).

EC – Oui, bien sûr pour moi c’était une question importante. Une des raisons pour lesquelles je souhaitais me rendre à Kaesŏng, c’est que je connaissais Kyŏngju, la capitale du Silla, dignifiée par le Sud, mais absolument pas Kaesŏng dont on n’avait alors aucune connaissance au Sud. Et aujourd’hui, c’est Séoul qui m’intéresse ! Au début de mes recherches en Corée du Sud, j’ai un peu travaillé sur Kongju, une des capitales du royaume de Paekche.

Ce qui m’intéresse dans l’étude des capitales, ce sont les vestiges du pouvoir. Sur Kyŏngju la question était de savoir comment le pouvoir central a intégré les zones régionales pour atteindre un début d’unification. Aujourd’hui, je m’intéresse à la période de transition lors du transfert du pouvoir entre Kaesŏng et Séoul : tout ce qui se passe justement autour de la porte Namdae de la muraille intérieure à la fin du xive siècle. Mais on oublie souvent que la capitale a été de nouveau transférée à Kaesŏng ! En ce sens, mes recherches sur le terrain sont liées à ceux de Yannick Bruneton dans les textes. La « monocapitalité » du Chosŏn est une construction dans les discours du Sud. J’essaie de comprendre l’utilisation des structures (palais, forteresse, etc.) entre deux capitales, Kaesŏng et Séoul, aujourd’hui séparées par la DMZ, mais entre lesquelles il y avait des passages permanents à l’époque pré-moderne.

VG – Dans ce travail avec les archéologues des deux pays, peux-tu parler un peu de la formation reçue par les archéologues de part et d’autre ?

EC – C’est une question délicate. En tout cas, dans la structure, les biens culturels et le patrimoine nord- et sud-coréens ne sont pas gérés de la même façon : au Nord, les biens culturels sont directement gérés par le cabinet du Premier ministre, ayant pris leur indépendance du ministère de la Culture il y a quelques années. Au Sud, ils dépendent du ministère de la Culture. Au Nord comme au Sud, les deux grands musées nationaux ont en leur sein des conservateurs et des équipes d’archéologues qui peuvent mener des campagnes de fouilles – ce qui est différent de la France. Enfin, de manière un peu semblable, les deux grandes universités, l’université Kim Il Sung et l’université nationale de Séoul ont des départements d’archéologie. Les véritables départements d’archéologie dans les autres universités restent également rares de part et d’autre. Bien sûr, de nos jours les archéologues sud-coréens peuvent confronter leur savoir avec celui des experts étrangers, ce qui n’est pas le cas des archéologues nord-coréens. C’est pour cela que depuis 2008, j’essaye de mettre en place annuellement des ateliers de formation pour nos collègues nord-coréens en France ou au Cambodge, où ils peuvent être intégrés dans les équipes archéologiques de mes collègues de l’EFEO.

VG – Quels sont, s’ils existent, les corpus fondamentaux en archéologie nord-coréenne ? Par exemple existe-t-il une revue de référence d’archéologie nord-coréenne ? Dans quel journal scientifique interne publient les archéologues nord-coréens ?

EC – Oui, il existe une revue d’archéologie quadri-annuelle Chŏson kogo yŏn’gu, ainsi qu’une revue plus axée sur le patrimoine matériel et immatériel et un peu plus théorique, qui précise les directions gouvernementales en matière d’étude et de gestion du patrimoine Minjok munhwa yusan, que l’on peut par ailleurs consulter en Corée du Sud au Pukhan charyo sent’ŏ (Centre de documentation sur la Corée du Nord), situé à Séoul au sein de la bibliothèque nationale. Quant à moi, j’achète les numéros récents sur place avec mes partenaires.

VG – Vas-tu rester concentrée dans l’étude de Kaesŏng ? Quelles sont les villes et les sujets qui te semblent les plus intéressants de développer dans le futur ?

EC – Le quadriennal de la MAK en cours arrive à son terme et mes partenaires du NAPCH me demande d’établir un nouveau projet sur lequel je suis en train de réfléchir. Même s’ils me donnent carte blanche, je souhaite approfondir ma connaissance du site de Kaesŏng dont les vestiges matériels restent peu étudiés. Bien sûr, j’aimerais développer mes recherches sur Séoul, et mettre en valeur, et surtout à jour, mes travaux sur les capitales du Paekche, notamment Kongju. N’est-ce pas ambitieux ?

Source du texte

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Ce chapitre a été publié en cinq parties dont la dernière consacrée à une interview de l’auteure sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Partie 5 (interview) : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

  1. École française d’Extrême-Orient – EFEO []
  2. Ces résultats ont été publiés en 2017. Voir Mission archéologique France-RPD de Corée, ÉFEO-NAPCH, La forteresse de Kaesŏng. Catalogue de l’exposition sur les recherches archéologiques conjointes de la forteresse de Kaesŏng, Paris, L’Atelier des cahiers, 2017. []
  3. Voir d’ailleurs là-dessus l’article d’Elisabeth Chabanol dans Debordering Korea (Elsiabeth Chabanol, op. cit., 2013). NdE. []
  4. Mission de terrain avec des archéologues chinois et japonais en Mandchourie, 2000. []
  5. Missions de terrain avec des archéologues sud-coréens en Mongolie, 2002, 2003 et 2004. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search