“Capitales historiques coréennes” (partie 1/5)

Patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée

© E. Chabanol, Porte Namdae à Kaesŏng avant le démontage de la muraille intérieure, Souvenir de Séoul (Corée) 1903, (coll. de l’auteur)

Élisabeth Chabanol1

Introduction

Conséquence de l’histoire de la péninsule coréenne au cours du xxe siècle, Kyŏngju, site de la capitale du royaume de Silla, que l’on peut dater des alentours de l’ère chrétienne à 935 d’une part et, d’autre part Kaesŏng, site de la capitale du royaume de Koryŏ de 918 à 13922, sont depuis 60 ans situées de chaque côté de la Zone démilitarisée, qui sépare les deux Corées. Ces deux agglomérations coréennes de taille moyenne, aujourd’hui toutes deux classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, sont les capitales historiques de deux pays rivaux, aux systèmes politiques très différents, que nous souhaitons mettre en regard.

Or, à part à des fins idéologiques, la perspective comparée entre les deux Corées est très rarement mise en œuvre dans la littérature scientifique. Pourquoi, alors, nous lancer dans cette entreprise ? Envisageant notre travail d’archéologue et d’historienne de l’art dans la perspective critique des sciences humaines et sociales, nous souhaitons d’abord tester sur le plan méthodologique les vertus de la comparaison et des regards croisés3 dans l’analyse de ces deux villes sur lesquelles nous travaillons depuis plus de 20 ans (dans le cas de Kyŏngju) et plus de 10 ans (dans celui de Kaesŏng).

Les villes actuelles sont deux agglomérations provinciales de taille moyenne qui présentent de nos jours à peu près le même nombre d’habitants : 258 218 pour Kyŏngju4 et un peu moins de 200 000 pour Kaesŏng5, nombre qui a vraisemblablement chuté depuis la restructuration territoriale effectuée pour l’aménagement du complexe industriel de Kaesŏng (Kaesŏng kongdan/Kaesŏng Industrial Complexe = KIC)6. Les deux villes sont situées dans des bassins côtiers non loin de la mer et de port, Kaesŏng dans le système des plaines du centre ouest de la péninsule, dont fait également partie la région de Séoul ; Kyŏngju dans celui de la plaine de Pusan, qui est la deuxième ville et le premier port de Corée du Sud, au sud-est. Sur le plan régional, toutes deux font donc partie de grandes régions urbaines, portuaires et industrielles – évidemment dont l’échelle renvoie à l’architecture urbaine de chacune des deux Corées (voir le chapitre 1 dans ce livre).

Dans ces deux capitales historiques, des structures muséographiques ont été mises en place, dès la période coloniale et même avant, directement liées à l’étude du site de ces capitales et à leur mise en valeur. En 1995, puis 20007, Kyŏngju fut classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour la richesse exceptionnelle de ses vestiges datant du royaume de Silla (ier-xe siècle), notamment les tumuli, le monastère Pulguk, la grotte Sŏkkuram. Quant à Kaesŏng, le site fut classé en 2013 pour la richesse des vestiges de l’époque du Koryŏ, notamment la tombe du roi Kongmin ou la porte Namdae (grande porte du Sud), au terme d’actions dont des travaux de recherche que nous y avons effectués depuis 2010 ne sont pas étrangers. Il est intéressant pour nous de constater d’ailleurs que, dans ce second un cas, nous avons démarré nos recherches de jeune chercheur en 2003 parce que la ville était un site exceptionnel reconnu et, désormais expérimentée, nous avons contribué par nos travaux à formaliser l’exceptionnalité du patrimoine qui s’y trouvait.

Tant pour Kyŏngju que pour Kaesŏng, l’objet de nos recherches est le patrimoine culturel matériel de ces deux cités, qui constitue un « précipité » des strates discontinues de leur passé. Ces strates sont le fruit, et de l’action du temps qui passe sur les biens matériels, et des choix politiques en matière de planification urbaine faits par l’homme, ce que résume Laurent Olivier par l’expression la « masse hétérogène de notre présent »8 qui en désigne le résultat actuel. Le « texte de ce passé » est écrit par l’État moderne ou sous son contrôle (comme cela en était aussi la pratique autrefois) afin d’en paraître son unique créditeur et de l’utiliser pour l’idéologie présente9.

Ce chapitre est donc la toute première étape d’un travail de synthèse des recherches que nous avons effectuées dans les archives des deux Corées et sur le terrain des sites de ces deux anciennes capitales. Dans une perspective comparative, il s’efforce de donner un aperçu et d’expliquer les choix effectués en matière de politique patrimoniale à Kyŏngju et à Kaesŏng dès le début de la mise en pratique d’une politique systématique par les institutions coloniales japonaises dans les années 1900, et ce jusqu’à la période contemporaine.

Suite de la lecture : “Capitales historiques coréennes” (partie 2/5)

Source du texte

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en cinq parties dont la dernière consacrée à une interview de l’auteure sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Partie 5 (interview) : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

  1. École française d’Extrême-Orient – EFEO []
  2. Kaesŏng restera la capitale de la Corée pour une courte période, de 1392 à 1394, puis de 1398 à 1405, à l’époque du royaume de Chosŏn. []
  3. Olivier Rémaud, Jean-Frédéric Schaub et Isabelle Thireau (dir.), Faire des sciences sociales, vol. 3, Comparer, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012. []
  4. Nombre d’habitants au mois d’août 2017 indiqués par la mairie de Kyŏngju :

    http://www.gyeongju.go.kr/open_content/ko/page.do?mnu_uid=292&parm_mnu_uid=1592&srchBgpUid=590 (consulté le 18 septembre 2017). []

  5. Les statistiques concernant les villes de république populaire démocratique de Corée existent mais sont peu fiables. Il faut croiser plusieurs sources pour obtenir des chiffres approximatifs. Voir sur ces questions le mémoire d’habilitation à diriger des recherches de V. Gelézeau, chapitre 3 : « Positions II – Étudier la Corée du Nord, du savoir au « faire-savoir » ». Valérie Gelézeau, Corée, Corées. Pour une géographie située de la division, rapport de synthèse pour le dossier d’HDR, 2012, p. 67-99. []
  6. Sur ces restructurations, voir É. Chabanol, paragraphe « Reorganizing Kaesŏng » dans Elisabeth Chabanol, « Heritage management in the Kaesŏng Special Economic Zone », in Valérie Gelézeau, Koen De Ceuster et Alain Delissen (dir.), op. cit., 2013, p. 51-55. Nous pouvons avancer le nombre de 150 000 habitants. []
  7. Les sites de Kyŏngju ont été classés sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en deux temps : en 1995, Sŏkkuram et le monastère Pulguk ont été inscrits sous l’appellation en français de « Grotte de Seokguram et temple Bulguksa », puis en 2000, l’ensemble des sites historiques de la ville (tombes, pagodes, etc.) sous l’appellation « Zones historiques de Gyeongju ». []
  8. Laurent Olivier, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, éditions du Seuil, 2008. []
  9. Guillaume, Marc, La politique du patrimoine, Paris, éditions Galilée, 1980. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search