“Capitales historiques coréennes” (partie 2/5)

L’époque japonaise : mise en place des cadres institutionnels modernes

© E. Chabanol, Kaesŏng pangmulgwan = Musée de Kaesŏng entre 1931 et 1945 (coll. de l’auteur)

Élisabeth Chabanol1

Les premiers travaux d’archéologie et de muséographie sont à vrai dire antérieurs à la période coloniale. En 1748, Chŏng Chihae, père du gouverneur de la ville de Chinju dans le sud-ouest de la Corée, entreprit l’excavation de six tombeaux dans l’espoir de retrouver les sépultures de ses ancêtres de l’époque du royaume de Koryŏ2. On peut aussi retrouver des traces de l’histoire des musées en Corée dans des rapports rédigés après les visites officielles au Japon, comme pour la première visite officielle en 1876. S’en suivra l’ouverture du musée de la Maison impériale (Chesil pangmulgwan) au public par l’empereur Sunjong en 19093.

Mais, réellement, il faut attendre l’occupation de la péninsule coréenne par les Japonais pour que soit mis en place une réelle politique en matière de gestion du patrimoine4 culturel matériel et qu’en 1910, un Comité de recherche archéologique soit créé. L’administration coloniale avait lancé un projet d’étude à long terme sur l’histoire de la colonie et s’intéressait tout particulièrement à l’histoire ancienne dans un but de servir leur politique coloniale. En conséquence, même si les archéologues japonais dirigeaient leurs études objectivement, la culture de la Corée ancienne était considérée comme mineure et son rôle de pont culturel entre la Chine et le Japon négligé5.

A Kyŏngju : des fouilles de grande envergure et la découverte des vestiges du Silla

Mais ironiquement, ce sont les Japonais qui, louant la culture du Silla, ont permis aux Coréens de se souvenir de l’importance historique de Kyŏngju. A cette époque, l’ancienne capitale était réduite à l’état d’une petite bourgade de campagne. Le gouvernement impérial entreprit les fouilles de plusieurs tumuli et la restauration de sites importants. Les résultats de ces travaux furent publiés, et Kyŏngju, en tant que capitale du royaume de Silla, fut révélée aussi bien en Corée qu’à l’étranger6.

Plusieurs campagnes de fouilles furent ainsi menées. De 1913 à 1917, les fouilles permirent de découvrir la tombe de couple de Pomun-ri7 ; puis en 1920, au moment de l’aménagement de la voie ferrée reliant Kyŏngju à Ulsan, permirent l’excavation des tombes en fosses de Ipsil-ri. En 1921, la découverte accidentelle de la première couronne en or du Silla dans la tombe ensuite baptisée Kŭmgwang-ch’ong (ce qui signifie littéralement « tumulus de la couronne d’or ») amplifia l’intérêt général pour le site et les touristes commencèrent même à affluer dans cette bourgade tranquille.

Lorsque le Gouvernement général du Chosŏn décide d’emporter le mobilier de Kŭmgwan-ch’ong à Kyŏngsŏng (Séoul) afin de l’étudier et l’analyser, des habitants de Kyŏngju lui présentent une pétition afin de conserver le mobilier de la sépulture à Kyŏngju et de le montrer dans une salle d’exposition qui appartient à la Société de conservation des vestiges historiques de Kyŏngju (Kyŏngju kojŏk pojon hoe) depuis 1913. Développant ses activités en lien avec la politique coloniale, cette Société de conservation des vestiges historiques parvient à aménager des sites historiques de la région de Kyŏngju et à conserver les objets et les documents découverts dans cette région8. Dès décembre 1923, un des kaeksa (auberge installée dans chaque région pour les envoyés étrangers ou les fonctionnaires) de Kyŏngju fut en effet utilisé par la Société pour exposer des objets et des documents découverts à Kyŏngju et dans ses environs. En 1926, cette salle deviendra l’annexe de Kyŏngju du musée du Gouvernement colonial japonais.

Les découvertes archéologiques se poursuivent dans les années 1920. En 1924, ce fut la découverte du tumulus dit « de la cloche d’or » (Kŭmnyŏng-ch’ong), et de Singni-ch’ong (« tumulus des chaussures décorées ») en 1926. Grâce aux nombreuses fouilles d’archéologues japonais expérimentés tels que Umehara Sueji et Arimitsu Kyōichi dans les années 1930, les découvertes s’accumulent. Entre 1931 et 1936 fut mise au jour Sŏbong-ch’ong (« tumulus du Phénix de bon augure »), ainsi que plusieurs tombes à coffrage en bois et entassement de pierres, et des tombes à salle en pierre. Parallèlement, la restauration du très important monastère Pulguk, ainsi que celle de la grotte Sŏkkuram, constituant des sites majeurs de la culture bouddhique, fut lancée.

Figure 1. © E. Chabanol, Porte Namdae à Kaesŏng avant le démontage de la muraille intérieure, Souvenir de Séoul (Corée) 1903, (coll. de l’auteur)

Figure 2. © E. Chabanol, Kaesŏng pangmulgwan = Musée de Kaesŏng entre 1931 et 1945 (coll. de l’auteur)

Figure 3. © E. Chabanol, Monastère Pulguk à Kyŏngju. Construit sous le règne du roi Pŏp’ǔng de l’époque du Silla (coll. de l’auteur)

Figure 4. © E. Chabanol, annexe de Kyŏngju du musée du gouvernement général du Chosŏn (Chosŏn Ch’ongdokpu pangmulgwan Kyŏngju pun’gwan) (coll. de l’auteur)

Cependant, au nom du développement, l’agglomération fut aussi très abîmée par les occupants notamment l’installation du réseau de transport, problème qui persiste encore de nos jours : ainsi, une route fut tracée au travers de Sŏak-dong et coupe toujours un site de tombeaux, dont la sépulture la plus célèbre est celle dite du roi Muyŏl ; de même, une voie de chemin de fer, ainsi qu’une route furent construites au travers du site du château royal de Wŏlsŏng.

A Kaesŏng : une archéologie du Koryŏ dominée par les Coréens

Dès 1912, la Société de préservation du patrimoine de Kaesŏng (Kaesŏng posǔng hoe) est fondée dans les bureaux du ku (arrondissement urbain) de Kaesŏng. La Société s’occupait de la protection et de la réparation des bâtiments des sites historiques célèbres de Kaesŏng et de sa proximité, ainsi que de la conservation et de la collecte des objets.

Alors qu’en 1931 Kaesŏng change de statut administratif et passe au rang de pu (ville), alors qu’elle n’était jusque là qu’un arrondissement urbain (ku) dans un comté (kun9), le musée municipal de Kaesŏng10 (Kaesŏng purip pangmulgwan) est fondé11. La création de ce musée est liée aux efforts et aux activités de la Société de préservation du patrimoine de Kaesŏng mais aussi à la volonté de célébrer le nouveau statut de Kaesŏng et son patrimoine. Les bâtiments du musée sont construits grâce aux donations de nombreux volontaires de la ville. Y sont exposés 224 pièces et documents empruntés au musée du Gouvernement général du Chosǒn, 44 pièces que le musée possédait déjà, ainsi que des objets donnés par la compagnie des produits Mitsu12. La majeure partie des objets et documents exposés au musée municipal de Kaesŏng sont de l’époque du Koryǒ : à cette époque déjà, au travers de ce musée, les habitants de Kaesŏng célébraient le fait que leur ville avait été une capitale.

Mais, alors que la fondation de la Société de préservation du patrimoine de Kaesŏng et du musée municipal de Kaesŏng ont eu lieu pendant l’époque de l’occupation japonaise, il faut souligner que les postes clés (présidents de la société et directeurs du musée) furent tous tenus par des Coréens : ainsi, le président de la Société de préservation de Kaesŏng était Yi Kibang, quant au directeur du musée, Yi Yǒngsun, il avait été formé à l’université impériale de Kyǒngsǒng (Séoul), en Corée – et nn pas au Japon. Comme Kaesŏng était une région où les traditions coréennes étaient restées très fortes, il a semble-t-il été impossible aux Japonais de prendre les postes à responsabilité.

En 1933, Ko Yusǒp (1905-1944), de son nom de plume Uhyǒn, est nommé au poste de directeur du musée municipal de Kaesŏng et se consacre à la protection et l’étude des sites culturels, tout en collaborant longtemps au journal Kaesŏng sibo (journal de Kaesŏng), avec des articles dans lesquels il présente ses recherches sur les vestiges historiques de la région. Pionnier des études en histoire de l’art de la Corée, grâce à sa connaissance des sources combinée à sa familiarité avec la ville, le travail de Ko Yusŏp, publié en 1946, n’a pas encore été surpassé.

Il convient donc de souligner la situation bien particulière de Kaesŏng : en pleine occupation japonaise, la gestion du site de Kaesŏng est entre les mains des Coréens, alors qu’ailleurs dans le pays colonisé, tout le personnel des musées du Gouvernement général du Chosǒn est japonais. Il a fallu cependant la ténacité de Ko Yusŏp pour que cette situation perdure13. Bien plus, soulignons que les gens en charge des musées sud-coréens après l’indépendance de la Corée auront tous commencé leur carrière et donc été formés à l’archéologie et la muséographie par Uhyǒn au musée municipal de Kaesŏng ! C’est le cas par exemple de Hwang Suyǒng, sorti de l’université impériale de Tokyo, de Chin Hongsǒp, qui avait étudié à l’université Meiji, et enfin de Ch’oe Sunu, éduqué au lycée général de Songdo à Kaesŏng (Songdo kodŭng hakkyo).

Cette situation est à mettre en parallèle avec un autre point qui est à souligner : si les archéologues japonais14 ont fait de nombreux relevés photographiques des sites historiques de Kaesŏng et conduit quelques fouilles comme à Manwǒltae, site du palais royal principal du Koryǒ, ils ne s’y ont pas intéressés comme sans le cas de Kyǒngju, dont l’histoire leur était proche, ni mené de fouilles de grande envergure.

Suite de la lecture : “Capitales historiques coréennes” (partie 3/5)

Source du texte

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en cinq parties dont la dernière consacrée à une interview de l’auteure sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Partie 5 (interview) : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

  1. École française d’Extrême-Orient – EFEO []
  2. Kim Wŏnyong 1986. []
  3. Pour plus de détails sur la mise en place des cadres institutionnels modernes, voir par exemple : Ch’oe Sŏgyŏng 2001, Mok Suhyŏn 2001. []
  4. Sur la notion de patrimoine en Corée, voir notamment Alain Delissen, « L’esprit des lieux : patrimoines croisés en Corée et en France à la fin du 20e siècle (entre Lieux de mémoire et Na-ŭi munhwa yusan tapsagi) », Cahiers d’études coréennes, 2010 p. 142-152. []
  5. Chabanol, Élisabeth, La mort en Corée à l’époque des Trois Royaumes. Les tombes de Silla, thèse de doctorat, 1998 ; Yoshii, Hideo, « Ilbon kogohaksa-esǒ pon Chosǒn kojǒk chosa saǒp-kwa Chosǒn ch’ongdokpu pangmulgwan. Kyot’o cheguk taehak kogohak yǒn’gusil-gwa-ŭi kwan’gye-rŭl chungsim-ŭro », in Han’guk pangmulgwan kaegwan 100 chunyǒn kinyǒm semina. Sidae-wa hamkke han pangmulgwan, pangmulgwan’in, Seoul, Musée national, 2009, p. 47-84. []
  6. Chabanol, op. cit., 1998. []
  7. Le ri ou li est une subdivision administrative rurale. NdE. []
  8. La Société de conservation des vestiges historiques de Kyŏngju (Kyŏngju kojŏk pojon hoe) a été fondée en 1913 sur la base de la Société du Silla de Kyŏngju (Kyŏngju Silla hoe) créée dès 1910 par des personnalités influentes de l’ancienne capitale. En 1922, le Gouvernement général du Chosŏn reconnaît juridiquement la Société de conservation des vestiges historiques de Kyŏngju qui sera dénommée « Chaedan pŏpin Kyŏngju kojŏk pojon hoe ». Cette fondation recevra alors le rôle de transformer Kyŏngju en site touristique, en menant des activités de protection et d’aménagement du patrimoine culturel de la ville, de publication d’ouvrages et de gestion d’auberges pour accueillir les touristes. []
  9. Il est difficile de donner des équivalences avec les réalités administratives européennes et françaises. Mais le kun (que nous traduisons par « comté » pour respecter des usages stables), correspond en gros à une commune rurale. Voir sur ce point les mises au point générales dans Corée. Espace et société, Séoul, Kyohaksa, 2005. []
  10. Cf. les archives du musée du Koryǒ à Kaesŏng et les journaux de l’époque. []
  11. Nous avons pu nous retrouver le site du musée municipal de Kaesŏng sur le mont Chanam grâce aux indications du professeur Chin Hong-sǒp qui fut le dernier directeur sud-coréen du musée de 1946 à 1949, juste avant la guerre de Corée. L’existence de ce bâtiment a disparu de la mémoire collective des habitants de Kaesŏng, qui aurait été détruit dans les années 1980. []
  12. Mitsui bussan 三井物産 : Compagnie des produits Mitsui. []
  13. Le 12 mars 1939, lors d’une réunion, Ko Yusŏp parvint à décliner la demande du Comité cantonal de Kaesŏng, qui souhaitait que le musée devînt une annexe du musée du Gouvernement général du Chosŏn. Il a avancé que les collections avaient une signification purement locale et que le musée était organisé différemment des succursales de Kyŏngju, Puyo et Kongju. Voir Ch’oe Sǒgyǒng, Han’guk kŭndae-ŭi pangnamhoe, pangmulgwan (Musées de la Corée du Sud contemporaine), Séoul, Sǒgyǒng munhwasa, 2001. []
  14. Pour l’arrière plan colonial, voir Arnaud Nanta, « L’archéologie coloniale en Corée japonaise : institutions, terrains et enjeux, 1905-1937 », Les nouvelles de l’archéologie, n° 126, 2011, p. 33-37. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search