“Capitales historiques coréennes” (partie 3/5)

Kyŏngju et Park Jung-hee (Park Chŏnghŭi) : une archéologie nationale, voire nationaliste

© E. Chabanol, Monastère Pulguk à Kyŏngju. Construit sous le règne du roi Pŏp’ǔng de l’époque du Silla (coll. de l’auteur)

Élisabeth Chabanol1

Dans les années 1960, quelques fouilles effectuées par le musée national avaient mis au jour des tombes à coffrage en bois et entassement de pierres. Mais c’est dans les années 1970, que le gouvernement sud-coréen décida à son tour de développer Kyŏngju, ce qui changea considérablement son apparence. La transformation de la commune en centre touristique et son nouveau rôle de nœud routier, qui a accompagné son développement industriel, ont provoqué une urbanisation croissante. Bien que cela dérive finalement de la désignation de Kyŏngju comme cité historique, une telle urbanisation a inévitablement causé des frictions avec la préservation du patrimoine culturel matériel. Le gouvernement de Park Jung-hee a tout de même fait de Kyŏngju un parc national et décidé d’en limiter l’expansion. Le complexe touristique de Pomun prévu a alors été construit à l’est du centre de la ville, où sont concentrées un grand nombre de tombes, les grands tumuli les plus célèbres, afin d’harmoniser la ville moderne avec la ville historique2. Toutes les habitations situées entre ces grands tumuli du centre ville furent détruites et le parc des tumuli créé dans le but de devenir une attraction touristique. C’est à cette occasion que, de 1973 à 1976, de nouvelles sépultures furent fouillées : Ch’ŏnma-ch’ong (Hwangnam-dong 1553) et Hwangnamdae-ch’ong (Hwangnam-dong 98). L’étang Anapji, dans le palais d’été du Grand Silla, fut dragué, trois bâtiments reconstruits et, à partir de 1976, le site du monastère bouddhique Hwangnyong fouillé également. Le nombre d’objets découverts dans Kyŏngju et ses environs grandissant, l’annexe de Kyŏngju du musée du Gouvernement colonial japonais (qui était devenu après l’Indépendance (1945) l’annexe de Kyŏngju du musée national), s’agrandit et de nouveaux bâtiments furent construits en 1975. Le musée obtient alors son autonomie en devenant « musée national de Kyŏngju ». Notons que ces développements de l’archéologie eurent leurs laissé-pour-compte (les tombes à salle en pierre situées sur les collines autour du centre-ville n’ont pas du tout intéressé les autorités d’alors) et ses revers (devant des joyaux patrimoniaux comme le monastère Pulguk, les abords de Sŏak-dong et du parc des tumuli, on recouvrait le sol de ciment).

Mais il n’est pas excessif de dire qu’en République de Corée dans les années 1970, l’étude du Silla a inspiré la recherche archéologique sud-coréenne. Les découvertes faites à Kyŏngju sont toutes spectaculaires, d’où l’intérêt médiatique certain que tous ces développements eurent à l’époque. Puis, à partir des années 1980-1985, le rythme des fouilles consacrées aux sites d’époque du Silla ou du Grand Silla se ralentit au point que l’on observe même une baisse du nombre des sites investigués si nous ne considérons que la ville de Kyŏngju.4

Notons que le but des études archéologiques en République de Corée, dont les développements à Kyŏngju sont représentatifs, est d’élucider les origines et le développement de la culture nationale et non d’esquisser un processus culturel. Comme le rappelait l’archéologue Han Yŏngu en 1992 :

« Bien que l’orientation nationaliste de l’histoire a été la plus intense pendant la période coloniale japonaise lorsque la Corée avait perdu sa souveraineté, elle continue à être le type d’approche historique la plus fréquente en Corée, de la Libération à maintenant5. »

En 1990, un autre archéologue, Kim Wŏnyong, affirme même :

« L’inclinaison nationaliste de nombreux chercheurs de la péninsule, prenant à partie les chercheurs nord-coréens parce qu’ils affirment qu’il n’y a aucune influence étrangère dans la péninsule, et quelques sud-coréens pour leurs points de vue subjectifs. Leur but commun, qui est une question de fierté nationale, est de ‘débarrasser’ l’histoire nationale, à l’aide de l’archéologie, de toutes les interprétations coloniales des Japonais6. »

Kaesŏng, Kim Il Sung et Kim Jong Il

Du fait des événements qui eurent lieu pendant la guerre de Corée et les négociations qui suivirent pour la signature de l’armistice, la ville de Kaesŏng, que ce soit pour les Nord-Coréens et les Sud-Coréens, présente une signification politique très forte. Elle est le symbole de la partition de la péninsule, autant physique que symbolique.

En effet, dès le 15 juillet 1950, 20 jours après le déclanchement de la guerre, Kim Il Sung se rend à Kaesŏng sur le site la porte Namdae, afin de marquer la prise de la ville aux Sud-Coréens. Puis, dans les années suivant la signature de l’armistice, le 27 juillet 1953 à P’anmunjŏm, il se rend sur de nombreux sites historiques du territoire nouvellement conquis : le 9 décembre 1954, le 11 décembre 1954, du 24 au 26 août 1957.

Pour les Nord-Coréens, l’histoire de la cité est directement reliée au royaume de Koryŏ. Elle leur rappelle le passé glorieux d’une péninsule unifiée, comme leur enseigne le système éducatif. C’est l’un des maillons de la longue chaîne de l’histoire coréenne telle qu’elle est décrite dans la rhétorique officielle. Dans les années 1970, plusieurs découvertes archéologiques effectuées par l’Institut d’archéologie de l’Académie des Sciences ont été interprétées comme constituant les preuves de ces liens existant entre le royaume de Koguryŏ, qui serait à l’origine de la Corée actuelle, et celui du Koryŏ. Les historiens et archéologues nord-coréens considèrent le site du palais royal Manwŏltae, le tombeau du roi T’aejo (Wang Kŏn, r. 918-943), fondateur du Koryŏ, le tombeau du roi Kongmin (r. 1351-1374) et le monastère Ryŏngt’ong comme étant les preuves matérielles du fait que le royaume de Koryŏ était le premier État à avoir unifié la péninsule.

Quant aux décisions liées à la protection du patrimoine tangible de la ville, elles sont prises au plus haut niveau. Kim Jong Il se rend officiellement pour la première fois sur le site le 22 août 1968. Il a été informé des déficiences de sa gestion et du mauvais état de conservation des biens culturels et doit juger la situation. Il rappelle aux administrateurs de la ville, que selon les mots du Grand Leader (Kim Il Sung), la lutte contre le confucianisme féodal n’est en rien liée à la préservation des sites et des objets ; que le pays doit transmettre aux générations futures ce qui a été conservé par ses ancêtres. Il retourne à la porte Nord de la forteresse du mont Taehǔng le 6 juillet 1974.

Quelques années plus tard, le 5 mai 1992, c’est au tour de Kim Il Sung de se rendre à Kaesŏng. Tout au long de sa visite, il donne des instructions générales sur la préservation du patrimoine tangible. C’est alors qu’il déclare que la sépulture de Wang Kǒn doit être reconstruite afin de rendre hommage au roi fondateur du Koryǒ, le « premier État unifié de la Corée ». Le tombeau sera rapidement fouillé, puis reconstruit totalement dès 1993. Après la mort de Kim Il Sung en 1994, c’est son fils qui, le 31 mars 1996, viendra constater le résultat des travaux de reconstruction du tombeau. L’administration de la RPDC concentre son attention sur les sites symboliques qui illustrent et renforcent son discours politique. Ce que Kim Jong Il rappelait déjà le 24 mai 1961 dans un discours prononcé devant les étudiants de l’université Kim Il Sung :

« Quant aux recherches concernant l’Antiquité et le Moyen Âge aussi, il faut encourager les fouilles archéologiques de [ces sites] comme leurs résultats permettent de combler les lacunes des textes, […] nous pouvons ainsi venir à bout des positions distordues des historiens de gouvernement impérialistes au sujet de l’histoire de notre pays, et préparer des bases fermes pour décrire correctement notre histoire selon notre propre point de vue. »7

Suite de la lecture : “Capitales historiques coréennes” (partie 4/5)

Source du texte

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en cinq parties dont la dernière consacrée à une interview de l’auteure sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Partie 5 (interview) : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

 

 

  1. École française d’Extrême-Orient – EFEO []
  2. Sur la mise en valeur du patrimoine et le développement touristique de Kyŏngju, voir Chabanol 1998, et pour les textes plus récents, en français Cho Hyo Dan 2013 et en anglais Robert Oppenheim, Kyǒngju Things : Assembling Place, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2008. []
  3. Le dong ou tong est une subdivision adminsttrative urbaine en-dessous de l’arrondissement (ku ou gu), le numéro indique la localisation exacte l’adresse. NdE. []
  4. Mentionnons à l’occasion du 70e anniversaire de la Libération de la péninsule (2015), la reprise, par le musée national de Kyŏngju, des fouilles archéologiques de grands tumuli précédemment découverts pendant l’époque coloniale japonaise (dont Kŭmgwan-ch’ong) dans le but d’étudier « correctement » ces sites : « The Korean archaeological community has long considered the 1921 excavation to have been poorly conducted by the Japanese and that there might have been things they missed. », Korea Joongang Daily du 29 juin 2015 reprenant le commentaire des musées nationaux sud-coréens. []
  5. Han Young-woo (Han Yŏngu), « The Establishment and Development of National History », Seoul Journal of Korean History, n° 5, 1992, p. 61-104. []
  6. Kim Wŏnyong (Kim Won-yong), « Several Issues in Korean Cultural Research », in Han’guk sa-ŭi segyehwa (= Korean Studies. Its Cross Cultural Perspective) 1, Sŏngnam, Han’guk chŏngsin munhwa yŏn’guwŏn, 1990, p. 21-22. []
  7. Cité par Elisabeth Chabanol, « Histoire des fouilles archéologiques, des musées de Kaesŏng et de leurs collections de l’époque japonaise à nos jours », in Proceedings of the AKSE Conference, Dourdan, 16-20 avril 2007 p. 338-341. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search