“Capitales historiques coréennes” (partie 4/5)

Les deux capitales coréennes et l’UNESCO

© E. Chabanol, annexe de Kyŏngju du musée du gouvernement général du Chosŏn (Chosŏn Ch’ongdokpu pangmulgwan Kyŏngju pun’gwan) (coll. de l’auteur)

Élisabeth Chabanol1

L’UNESCO et Kyŏngju

A Kyŏngju, un des enjeux majeurs suite à l’inscription des sites du monastère Pulguk et de Sŏkkuram sur la liste du patrimoine mondial en 1995 est un conflit de développement.

En effet, bien que deux sites importants de Kyŏngju aient été sélectionnés parmi les sites culturels anciens les plus importants du monde par l’UNESCO, rien ne semble pouvoir arrêter les habitants de la ville dans leur course à la « modernisation » qu’ils considèrent indispensable à la survie de leur ville. Certes, il existe des zones protégées à Kyŏngju, telle la zone entre les sites du monastère Hwangnyŏng et d’Anapji, qui est une zone de rizière. Ces zones sont toutes situées au sud de la rivière qui traverse le nord de la ville. Mais au nord de cette rivière, il n’y a pas de préservation systématique des sites découverts. De plus, les limites de hauteur autorisées, lors de la construction de nouveaux bâtiments, étaient en 1997 d’environ 7 m dans le centre-ville et d’environ 10 m dans une zone annulaire située immédiatement autour du centre-ville ; au-delà, il n’y a plus aucune restriction.

La gare TGV, qui jusqu’en 1997, a menacé de s’installer en plein centre historique a tout de même été déplacée dans la vallée de Hwach’ŏ-ri au sud-ouest du mont Pyŏkto (ministère des Travaux publics et des Communications). C’est en partie grâce à l’acharnement de l’Association des études archéologiques coréennes que le ministère de la Culture a remporté cette demi-victoire2. En effet, la majorité des archéologues ne voyait pas la nécessité d’une gare TGV à Kyŏngju à l’opposé des habitants de la ville qui désirent favoriser le développement d’un tourisme de masse à n’importe quel prix, comprenant de méga-projets de développement : construction d’un hippodrome sur une nécropole (pas construit), gigantesque village folklorique international (construit), etc.

Aujourd’hui, l’ouverture de nouveaux chantiers de fouilles est indissociable à la question du développement. Dans les années 1970, le gouvernement tout en privilégiant le développement, favorisait les grands chantiers de fouilles dans l’espoir de découvertes prestigieuses afin d’exacerber le sentiment nationaliste.

Le deuxième enjeu est un enjeu de nature plus symbolique ou idéologique et renvoie même à une forme de concurrence de légitimité historique entre les deux Corées sur la question du « premier » royaume coréen.

Ainsi, la description historique de Kyŏngju telle qu’elle figure dans le dossier de l’UNESCO précise :

« Le site et les alentours de la ville actuelle de Kyŏngju accueillent des peuplements humains depuis la Préhistoire. Le clan de Silla a commencé à régner sur la région sud-est de la péninsule en 57 avant notre ère. Ils firent de Kyŏngju leur capitale. S’ensuivit une longue période de luttes internes entre les royaumes rivaux. Mais avec l’aide de la dynastie chinoise Tang, le royaume de Silla parvint à vaincre ses adversaires au viie siècle, et prit le contrôle de la quasi-totalité de la péninsule ; son autorité demeura incontestée jusqu’au début du xe siècle3. »

L’UNESCO et Kaesŏng

De leur côté, les autorités de RPDC ont aussi toujours été conscientes du potentiel touristique du site. Dès 2000, la RPDC a présenté le dossier de Kaesŏng pour l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais, en raison des imperfections (voir encadré), il fallut plus de dix ans pour que cette inscription soit enfin acceptée en 2013.

Dans le dossier finalement accepté de l’inscription des sites de Kaesŏng sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (dossier du 24 juin 2013), les douze sites inscrits qui symbolisent Koryǒ sont présentés de la manière suivante :

« Les monuments et sites historiques de Kaesŏng sélectionnés pour une nomination au patrimoine mondial ont une signification universelle de valeur exceptionnelle en tant que patrimoine représentatif complet de l’héritage culturel du Koryŏ (918-1392), qui fut le premier état unifié de l’histoire de la Corée, d’où vient le nom-même de ‘Corée’ et qui était bien connu dans le monde médiéval pour son haut niveau de développement culturel4. »

Les choix de la Corée du Nord pour cette inscription ont été sélectifs. Les sites qui ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO sont tous liés au royaume de Koryŏ. C’est ainsi que par exemple Mokch’ongjŏn, la résidence du the futur roi T’aejo (Yi Sŏnggye) (1335-1408), fondateur du royaume de Chosŏn (1392-1910), n’a pas été inscrit, ni les huit cents maisons traditionnelles de la fin du Chosŏn.

Il est intéressant de noter, que, dans un sens, l’institution internationale elle-même alimente cette rivalité. En effet, le Comité du patrimoine mondial, à la suite d’une évaluation sur le site, en septembre 2007, avait décidé en janvier 2008 de différer l’inscription de Kaesŏng en demandant de corriger le dossier afin que celui-ci mette l’accent sur les raisons pour lesquelles les sites sélectionnés sont représentatifs et important pour la période du Koryŏ. Sur ce point, nous pouvons nous référer à une interview de Michael Herzfeld (Harvard University) : « Une chose qui me frappe vraiment sur ce phénomène, c’est qu’avec l’arrivée de l’UNESCO dans le tableau, […] on n’obtient pas une internationalisation, on obtient le renforcement des projets nationaux, comme par exemple la khmerisation d’Angkor, et la marginalisation des autres présences ethniques. L’UNESCO renforce les discours nationaux5. »

Pour conclure – concurrence des capitales historiques et renforcement des discours nationaux

De fait, l’UNESCO a été un outil, pour les deux Corées, de renforcement des positions nationalistes qui, à la suite de la division du pays, ont œuvré au rétablissement d’une trajectoire nationale « distordue » par la colonisation, l’historiographie coloniale et, dans le champ de l’archéologie, les fouilles et les projets de l’époque. Avec l’inscription des deux capitales historiques de Kaesŏng et de Kyŏngju au patrimoine mondial de l’UNESCO, les deux discours concurrents des histoires nationales parallèles de la Corée sont également visibles sur la scène archéologique internationale. La position nord-coréenne (établie en 1956 par le Centre de recherche historique de l’Académie des sciences sociales stipule, sur la base de l’archéologie notamment, que le premier état unifié de la péninsule est le royaume de Koryŏ, ancré au Nord de la péninsule et dont la capitale est Kaesŏng. Au contraire, l’historiographie sud-coréenne a développé, sur cette question une « théorie de l’unification par Silla » (t’ongil sillaron) qui argue de l’unification première par le royaume de Silla, dont la capitale est Kyŏngju, qui est cependant contrebalancée par une seconde la « théorie des pays du Nord et du Sud (nambuk kukron).

La réécriture du passé se poursuit pour les histoires parallèles de la Corée.

Suite de la lecture : “Capitales historiques coréennes” (partie 5/5)

Source du texte

Ce texte est le chapitre d’Élisabeth Chabanol dans l’ouvrage Sŏrabŏl, Des Capitales de la Corée (Collège de France, 2018, dirigé par Valérie Gélézeau), qui rassemble notamment de nombreux chercheurs de City-NKOR. Cet ouvragepropose, au fur et à mesure des chapitres traitant des capitales de la Corée, un récit multi-situé qui tend à dessiner l’archipel des capitales de la « métanation » coréenne. En effet, au-delà des deux capitales coréennes que sont Séoul et Pyongyang, la coréanité culturelle et politique existe dans des formes diverses, complexes et concurrentes, d’un réseau urbain à l’échelle mondiale.

Le chapitre ci-dessous, intitulé « Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche historique comparée » se penche sur la patrimonialisation des capitales historiques de la Corée, l’une située au Nord, l’autre au Sud. Le travail archéologique de l’auteur, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, responsable du Centre de l’école à Séoul et directrice de la mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong (MAK), offre un regard très spécifique sur les logiques politiques et idéologiques à l’œuvre des deux côtés de la DMZ dans leur objectif de patrimonialisation d’une certaine forme de coréanité.

Le texte est complété d’une interview de l’auteur, offrant des éclairages complémentaires sur les éléments évoqués par l’article et offrant un véritable « making of » des recherches de terrain en Corée du Nord ayant mené à la publication de l’article.

Ce chapitre a été publié en cinq parties dont la dernière consacrée à une interview de l’auteure sur le blog de City-NKOR, consultables aux liens suivants :

Partie 1 : LIEN

Partie 2 : LIEN

Partie 3 : LIEN

Partie 4 : LIEN

Partie 5 (interview) : LIEN

Référence complète de l’ouvrage : Valérie Gelézeau (dir.) Sŏrabŏl. Des capitales de la Corée, Postface de Christian Montès, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », mai 2018, 378 pages.

  1. École française d’Extrême-Orient – EFEO []
  2. L’auteur était accueilli à l’époque (1997-1998) au musée national de Kyŏngju pour ses recherches, observant de près ces conflits (construction du KTX, édification d’un parc touristique, d’un centre de déchets nucléaires, d’un hippodrome sur le site funéraire de Songok-tong-Mulch’ŏn-ri) entre la municipalité et les responsables de la gestion des biens culturels. Sur toutes ces questions et le conflit autour du TGV à Kyŏngju, voir aussi Robert Oppenheim, Kyǒngju Things : Assembling Place, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2008. []
  3. Robert Oppenheim, op. cit., 2008. []
  4. « The Historic Monuments and Sites in Kaesŏng selected for nomination to the World Heritage have an outstanding value of universal significance as a representative and comprehensive cultural heritage of Koryŏ (918~1392), which was the first unified state in the history of Korea and was well-known across the world in those days in the name of “Korea” for its high level of cultural development. » []
  5. Denis Byrne, « Archaeological heritage and cultural intimacy. An interview with Michael Herzfeld », Journal of Social Archaeology, vol. 11, n° 2, 2011, p. 144-157. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search