Atelier “Architecture et villes durables”

Source image: Pixabay, Peter Anta, Pyongyang, 2018.

Approches franco-coréennes et trans-disciplinaires

Compte-rendu du 8 octobre 2019 – Maison de l’Asie

Cet atelier, le deuxième d’une série de workshops conjoints avec nos collègues de l’université d’architecture de Pyongyang, a mis en regard la contribution d’un architecte français, Grégoire Bignier (panel 1) et les travaux des architectes nord-coréens Choe Kun Il, Choe Kwang Hyok, Ri Un Gwang (panel 2).

L’atelier s’est déroulé en deux langues, en français et en coréen. Kim Hui-yeon et Kim Jin-Ok, toutes deux maîtresses de conférences à l’université de Paris, ont assuré la traduction dans les deux sens pendant toute la durée de l’atelier.

Ont contribué au débat pendant cet atelier : Yannick Bruneton, Élisabeth Chabanol, Marie-Orange Rivé-Lasan (membres de City-NKOR); Antoine Bondaz et Pauline Guinard (membres du comité d’éthique et de risque du projet); Marion Casala, Manon Prud’homme et Saier Feng (doctorantes)

PANEL 1 : L’architecture face aux défis du XXIe siècle.

Présentation : Grégoire Bignier, architecte, (ENSA Paris-Val de Seine).

Modératrice : Valérie Gelézeau (EHESS).

Discutants : François Ged (Cité de l’architecture & du patrimoine), Choe Kun Il (université d’architecture de Pyongyang) et Ri Un Gwang (université d’architecture de Pyongyang).

            Grégoire Bignier est architecte et maître de conférences à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine. Dans sa présentation intitulée « l’architecture face aux défis du XXIème siècle », il interroge les liens entre écologie et architecture, thématique majeure et fil conducteur de l’ensemble de ses travaux de recherche. Les éléments présentés étaient principalement issus de recherches effectuées pour son dernier ouvrage, Architecture et économie : ce que l’économie circulaire fait à l’architecture (Eyrolles, 2018). Il propose ici de définir une économie dite « circulaire » qui, une fois appliquée à l’architecture, donne lieu à des méthodes et processus urbanistiques ou architecturaux plus respectueux de l’environnement et des usagers.

Grégoire Bignier fait la distinction conceptuelle entre économie circulaire et linéaire, expliquant notamment que cette dernière donne lieu à une accumulation constante de structures aux dépends de considérations écologiques, sociales et économiques. Parmi les conséquences architecturales et urbanistiques notables de l’économie linéaire sont la densification des centres-villes aux dépends des périphéries et le besoin constant de réinvestissements du fait de la durée de vie limitée des structures.   

Par contraste, l’approche de l’urbanisme par l’économie circulaire se concentre notamment sur trois thématiques clés : l’écologie industrielle, le recyclage et l’économie sociale et solidaire.

Comme le montre l’exemple danois de Kalundborg (ville industrielle d’environ 20 000 habitants située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Copenhague), une zone industrielle peut être structurée de manière à ce que les déchets produits par certaines unités de production soient utilisés comme intrants par d’autres. En maximisant l’interdépendance entre différentes unités sur un espace contraint, ce modèle limite la création de déchets et d’externalités négatives et, selon Grégoire Bignier, serait dans son principe applicable à l’échelle de bâtiments, de groupe de bâtiments voire de quartiers entiers.

Pour Grégoire Bignier, la notion d’économie sociale et solidaire se définit par la volonté de concilier activité économique et souci d’équité et d’utilité sociale. L’économie sociale et solidaire permet ainsi de faire le lien, par le biais d’acteurs individuels ou de dispositifs publics, entre des initiatives participantes à une économie circulaire encore bourgeonnante et des formes économiques plus traditionnelles. Par exemple, l’installation d’un bâtiment à énergie positive nécessite des travaux de coordination à une échelle plus large afin d’intégrer le bâtiment dans le tissu urbain local, notamment en ce qui concerne la gestion et l’utilisation du surplus d’énergie.

Tout comme l’économie, l’architecture peut être circulaire plutôt que linéaire. Pour ce faire, elle doit inclure et penser ensemble plusieurs éléments : les infrastructures, l’espace urbain, la biosphère et l’espace politique pour la gestion de cet ensemble. À propos de l’inclusion de la biosphère, Grégoire Bignier précise qu’il ne faut pasopposer la nature et le monde de l’homme mais les intégrer d’avantage afin d’éviter une confrontation brutale entre ces deux sphères (par exemple avec l’agriculture urbaine). L’économie circulaire permet de limiter des infrastructures coûteuses et créatrices d’une « dette écologique », répondant ainsi à un défi majeur du XXIe siècle.

PANEL 2 : Aspects architecturaux des villes durables.

Présentation : Choe Kun Il (université d’architecture de Pyongyang).

Modérateur et discutant : Jean-François Paris (Laboratoire international pour l’habitat populaire – LIHP).

            Les recherches de Choe Kun Il, urbaniste-architecte et professeur associé à l’université d’architecture de Pyongyang, portent sur les méthodes de réduction des îlots de chaleur urbains dans la planification des villes vertes. Le phénomène d’îlots de chaleurs urbains (ICU), principalement imputable à l‘activité humaine, constitue selon Choe Kun Il une problématique contemporaine majeure de l’urbanisme.

Les ICU sont des microclimats urbains artificiels considérés comme une pollution. Deux facteurs liés à l’activité humaine en sont principalement responsables. Premièrement, la modification de la surface du sol : les revêtements artificiels et plus particulièrement les surfaces noires (goudrons, bâtiments vitrés) agissent comme des capteurs renvoyant le rayonnement solaire sous forme d’infrarouges qui réchauffent les environnements immédiats. Le second facteur est la production de chaleur liée à l’activité humaine (chaudières, climatisations, réseaux d’eau chaude, zone industrielles, aéroports, etc.). Ces activités augmentent le taux de CO2 et la pollution atmosphérique, ce qui a pour effet de bloquer les différentes chaleurs dégagées.

Du fait du réchauffement climatique, ce phénomène a tendance à s’amplifier. Les bâtiments dégagent usuellement la chaleur accumulée le jour pendant la nuit. Mais l’augmentation des températures ne donne plus assez de temps aux bâtiments pour libérer une chaleur qui finit par s’accumuler. En résultent l’aggravation des épisodes de pollution et des canicules, la diminution des rosées et brumes qui assainissent naturellement l’air ou bien l’augmentation des précipitations au-dessus des villes. D’un point de vue sanitaire, les ICU contribuent ainsi au développement de maladies respiratoires.

Pyongyang est, selon Choe Kun Il, touchée comme toutes les grandes métropoles par cette problématique. Il propose pour y remédier de « développer un urbanisme en harmonie avec la nature ». Différentes solutions sont actuellement appliquées à une échelle nationale en république populaire démocratique de Corée (RPDC). Bien que ces dernières aient surtout un caractère incitatif, elles entrainent progressivement une adaptation des normes de construction, le développement des transports publics fonctionnant à l’électricité (les derniers tramways électriques de Pyongyang en sont la preuve) ou bien l’augmentation des espaces végétalisés. Par ailleurs une politique d’incitation de plantation d’arbres a été mise en place au cœur de la capitale nord-coréenne, plus spécifiquement d’arbres fruitiers afin d’en consommer les récoltes.

Une fois mis en lien avec la présentation de Grégoire Bignier, les propos de Choe suggèrent que certains enjeux de l’urbanisme en RPDC sont similaires à ceux de pays industrialisés. La dynamique de grand projets architecturaux lancée au début des années 2010 suite à la nomination de Kim Jong Un et des commémorations du centenaire de la naissance de Kim Il Sung entraine également son lot de problématiques relatives à l’intensification des constructions urbaines.

Présentation : Choe Kwang Hyok (université d’architecture de Pyongyang).

Modérateur et discutant : Jean-François Parent (Laboratoire international pour l’habitat populaire – LIHP).

            Le projet de recherche présenté par Choe Kwang Hyok est une étude de cas travaillé à l’université d’architecture de Pyongyang concernant une « green school », soit une école durable aménagée dans une petite ville d’une région rurale de RPDC, qui sert de modèle aux nouvelles ambitions de l’urbanisme durable nord-coréen.

Le projet de construction de cette école durable est issu d’un débat concernant la reconversion d’un bâtiment obsolète construit à l’origine après la fin de la Guerre de Corée et à la durée de vie estimée  entre soixante-dix et cent ans. Sa rénovation, était donc envisageable à partir des années 2020, la logique de développement durable en RPDC prônant en effet la conservation d’un bâtiment jusqu’au maximum de ses possibilités voire l’augmentation de sa durée de vie. Dans cette entreprise de rénovation, s’opposaient notamment les tenants de la construction d’une nouvelle école et ceux en faveur d’une rénovation de bâtiments anciens. La seconde solution fut adoptée avec pour objectif la sensibilisation de la population à ces nouvelles problématiques environnementales et leur diffusion par l’éducation dans cette école.

La disposition des pièces de l’école d’origine avait été réalisée en fonction des besoins de l’époque, chaque classe ayant ainsi sa salle, organisation spatiale rendue obsolète par les pédagogies actuelles pratiquées en RPDC qui prônent un changement de classe entre les différentes matières. Le projet s’est donc concrétisé par le maintien de la structure externe du bâtiment et un changement de la disposition interne. L’étude de projet a été conduite en lien avec le rectorat et les écoliers. Par exemple, pour les enfants souhaitant faire plus librement des expériences, un espace de découverte a été déplacé à un endroit de passage alors qu’il était auparavant dans une pièce fermée. Le projet a par ailleurs vocation à concrètement modifier les espaces d’étude des élèves, à rajouter des lieux plantés et de nature, et à permettre également l’aménagement de nouvelles de circulation. Les espaces deviennent ainsi polyvalents, devenant des espaces d’études ou de jeu selon les spécialités (biologie, chimie etc.). Il ne s’agit donc pas seulement de créer un bâtiment permettant uniquement des économies d’énergies, mais également de prolonger la durée de vie du bâtiment en s’adaptant à de nouveaux usages.

Cette présentation affirme ainsi son originalité dans la prise en compte d’enjeux civiques et d’éducation, ce qui tend à s’opposer aux prérogatives actuelles des architectes, surtout focalisées en RPDC sur les structures solides de la construction. Dans le cas précis de cette école, les architectes de l’université d’architecture de Pyongyang ont activement participé à la réflexion pédagogique, en tenant compte de l’utilisation sociale des structures existantes. Cet exemple reflète le développement de nouvelles manières de penser l’architecture et l’urbanisme durables en RPDC, centrés sur les usages des utilisateurs des bâtiments,, autant que sur l’anticipation des besoins futurs des bâtiments.

Présentation : Ri Un Gwang (université d’architecture de Pyongyang).

Modérateur et discutant : François Ged (Cité de l’architecture & du patrimoine).

            Les recherches de Ri Un Gwang, professeur à l’université d’architecture de Pyongyang portent sur l’impact de l’urbanisme et de l’architecture sur la psychologie des usagers.

En 2009, dans le cadre de son mémoire de recherche à l’université d’architecture de Paris-Belleville intitulé Marcher dans la ville, il  avait analysé comment l’espace s’organise autour d’une société en mouvement, qui se déplace. Avec le développement de la technologie, Ri Un Gwang soulignait l’importance prise par la culture de la vitesse, et s’interrogeait sur de nouvelles manières de concevoir les espaces habités intégrant ce changement dans nos moyens de déplacement.

Ainsi, dans le récent quartier de Ryomyong (Ryomyong kori) à Pyongyang, des terrains de jeux pour enfants et des terrains de sport ont été construits sans séparation physique, pour plus de fluidité dans les circulations entre des espaces de différentes fonctions .

Selon Ri Un Gwang, l’espace urbain est composé de trois éléments: le milieu naturel, l’ensemble des constructions matérielles (qui comprend les édifices, les routes, les lieux construits par la main de l’homme) et enfin le contexte socio-culturel (qui inclut les facteurs historiques, culturels ou sociaux influant les constructions). Les travaux plus récents de Ri Un Gwang questionnent ainsi la relation entre l’observateur et l’objet dans la perception de l’espace. Il présente dans son PowerPoint un tableau des différentes ébauches produites par un architecte lors de la conception d’un espace, soulignant les différences majeures entre le dessin d’architecte et le réel. Tandis que le dessin, stable et immobile, s’inscrit en dehors de toute réalité, la sphère du réel relève d’un état dynamique et doit inclure la dimension du sensible par et les usages des habitants. Ri Un Gwang note d’ailleurs que ce qui est dessiné est positif, stable, normal et simple, mais souvent très réducteur de la réalité. Par exemple, un travail sur les cartes mentales des habitants de la place de la République à Paris montre que tous ont simplifié l’espace dans lequel ils vivent. Il en a été de même pour les citoyens de Pyongyang lorsqu’ils ont dessiné les alentours d’un centre commercial de la ville près des berges du fleuve Taedong : là aussi, c’est un espace urbain très simplifié qui a été dessiné

Mais les architectes sont des créateurs de bâtiments et de villes, pas des usagers. Il est donc nécessaire qu’ils conçoivent l’aménagement des villes en considérant tous ces paramètres complexes, sans se limiter à la dimension matérielle et en tenant compte notamment des effets psychologiques de l’architecture sur les habitants. Ri Un Gwang insiste qu’il n’est pas souhaitable de concevoir l’espace en tenant compte seulement de l’aspect visuel, mais qu’il est nécessaire d’intégrer non seulement les usages mais aussi la sensibilité. A toutes les échelles, le travail d’un architecte sur les édifices, le mobilier urbain, les arbres qui bordent les rues ou encore le matériel de pavage doit se faire dans cette perspective.

Ri Un Gwang illustre son exposé en comparant deux quartiers de Pyongyang : les berges du fleuve Taedong qui traverse la ville, et le quartier Pot’ong, un des affluents du fleuve. Au bord du Taedong, l’espace est bien organisé, il y a de la place pour circuler et se promener dans de grandes esplanades rénovées ; tandis qu’au bord de la rivière Pot’ong, les éléments urbains apparaissent à une autre échelle et on ressent une sensation de proximité. Dans l’aménagement de ces deux quartiers très différents, ne faut-il pas tenir compte de l’ambiance particulière et de la relation des habitants au quartier ?

Pour conclure, Ri Un Gwang suggère que l’architecte doit avant tout comprendre l’esprit des lieux pour les aménager.

***


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search