Topo-politique de Pyongyang

Spots, tour du juche © Valérie Gelézeau

Régimes de visibilité, séparation spectaculaire et lieux de repli

dans la capitale nord-coréenne

Le 26 novembre 2020

Benjamin JOINAU, professeur à l’Université de Hongik (Séoul), invité de l’EHESS et membre du projet City-NKOR

 

Cette conférence a entrepris de reprendre et développer des éléments de recherche sur l’espace public urbain nord-coréens exposés dans de précédents articles de Benjamin Joinau. Partant d’une analyse sémiologique de l’espace monumental de Pyongyang, « La Flèche et le Soleil. Topomythanalyse de Pyongyang » (Croisements, 2012) met en lumière le récit mythique inscrit dans le plan urbain de la capitale nord-coréenne. Le texte « Régimes de visibilité. Pour une topo-politique de la distance » (SǒrabǒlDes capitales de la Corée, dir. V. Gelézeau, 2019) propose, lui, une sémanalyse des différents types d’espaces publics de Pyongyang replacés dans leur contexte de réception par les différents publics ou « destinataires » de ce message urbanistico-idéologique.

Dans presque tout l’ensemble de son espace public, la capitale nord-coréenne semble avoir été pensée comme spectacle. Le rapport entre démonstration du pouvoir et production de l’espace a été analysé dans d’autres contextes (Lefebvre, 1974 ; Duncan, 2004 ; Fauve et Gintrac, 2009). Aussi, beaucoup d’articles ont décrit Pyongyang comme conçu pour offrir une scène au régime des Kim (voir en particulier Kim, Suk-Young, 2007 et 2010). Cependant la spectacularité de cette capitale est en général abordée comme catégorie d’une théâtralité et d’une représentation où le divertissement rencontre l’esthétique et la ville au service du politique. Au-delà des seules « cérémonies » officielles proprement dites et de leurs grands défilés « spectaculaires » qui définissent la performativité du pouvoir dans la ville, Benjamin Joinau cherche à poser la question des effets du message urbanistique physique sur les représentations et les pratiques. La problématique de la « séparation spectaculaire » (Debord, 1971, § 167) interroge le contexte dans lequel la monumentalisation, la création de hauts lieux et la planification urbaine des espaces publics, éléments tous nécessaires à la ville, passent d’une mise en spectacle comme création de lien social (les lieux patrimonialisés sont des « shifters » – Certeau, Giard, Mayol, 1994 [1980] –, des échangeurs de mémoire et d’expérience) à une spectacularisation aliénante imposant sa mythologie dogmatique comme seul récit possible de la ville et du politique.

Benjamin Joinau suggère alors d’observer comment la distance physique du citoyen à la ville peut être transformée en distance intérieure entre les citoyens comme outil de régulation. Ces éléments de réflexion posés, il est alors intéressant dans un troisième temps de revenir aux pratiques réelles des citoyens et visiteurs de Pyongyang, pour se poser la question de l’appropriation (Certeau, Giard, Mayol, ibid.) ou mise en quartier de la ville et ce qu’il en reste dans ce contexte de forte distanciation spectaculaire. Benjamin Joinau essaye ainsi de replacer dans ce cadre idéologique idéal la diversité des pratiques de l’espace public de la capitale par ses usagers et les « lieux de repli » qu’ils se ménagent : des sites alternatifs non idéologiques (brasserie, bowling) recherchés par les visiteurs occidentaux aux parcs publics et aux espaces communs entre complexes d’appartements fréquentés quotidiennement par les citoyens. Ces réflexions amènent à dépasser le cadre nord-coréen, pour tenter une typologie des formes urbaines en relation avec les régimes de visibilité produits selon les contextes socio-politiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search