Compte-rendu de “La Traversée de Pyongyang”

Source image : Pixabay, Peter Anta, Pyongyang, 2018.

Cet article est la traduction française d’un recensement paru dans le European Journal of Korean Studies d’Octobre 2020 et dirigé par le Dr. Robert Winstanley-Chesters. Il peut être obtenu en cliquant sur ce lien.

Marc Nexon, La Traversée de Pyongyang, Grasset, 2020.

Les biais médiatiques dans l’étude de la Corée du Nord constituent un phénomène bien connu des chercheurs intéressés par la péninsule coréenne, qui s’efforcent d’aborder la proliférante littérature sur le pays avec une certaine distance critique.  Biais politiques, préjugés médiatiques et stéréotypes, accès limité au pays et à sa population comptent parmi les très nombreuses causes qui conduisent à une vision souvent déformée et caricaturale du pays. Alors que la maigre littérature francophone dédiée à ce sujet peine à éviter complètement ces écueils, ces dernières années ont été publiés d’excellents ouvrages, dont notamment Corée du Nord, Un État-Guérilla en Mutation (Gallimard, 2015), par le journaliste Philippe Pons. Le récent ouvrage La Traversée de Pyongyang, par le grand reporter du Point Marc Nexon, constitue donc une initiative particulièrement surprenante car on peut malheureusement y retrouver tous les stéréotypes les moins informés concernant la Corée du Nord et sa population.

Profitant d’un relatif vide éditorial, plusieurs auteurs ont tenté, pendant les décennies 1990-2000, d’exploiter ce qu’ils considéraient comme un accès « privilégié » ou « inédit » à la RPDC pour écrire des livres sur leurs quelques jours passés sur place. Du fait de l’immense vague de touristes, bloggeurs et youtubeurs ayant visité la Corée du Nord ces dernières années, ainsi que de l’émergence d’une longue liste de livres -académiques ou non- particulièrement biens fouillés (plusieurs abordant spécifiquement la question des biais médiatiques occidentaux vis-à-vis de la Corée, c’est par exemple le cas des travaux de Sherri Ter Molen), on pensait cette catégorie de niche de journalisme gonzo morte et enterrée. De manière surprenante, l’auteur de La Traversée de Pyongyang a fait le choix d’ignorer ces éléments, et de s’en tenir à des temps plus simples où une visite d’une semaine dans le pays était considérée comme offrant suffisamment de matière à un ouvrage sur la Corée du Nord.

Le titre, et la référence à La Traversée de Paris, apparait d’ores et déjà légèrement excessif puisqu’à défaut de jouer au chat et à la souris avec la police nord-coréenne, Marc Nexon a en fait pris part -via une célèbre agence de tourisme occidentale basée à Pékin- au marathon de Pyongyang, plus important évènement touristique de Corée du Nord tenu chaque année au mois d’avril. L’auteur a dû dissimuler sa réelle profession de journaliste pour participer à l’évènement, ce qui semble avoir donné lieu à une sévère crise de paranoïa. Aussi, les lecteurs devront parcourir de longues descriptions des visites aux toilettes de l’auteur pour échapper aux questions -parfaitement banales- de ses « minders » ou annaewon, ces guides nord-coréens qui encadrent tous les groupes de touristes étrangers en RPDC. Sans surprise, passer quelques jours en Corée du Nord ne permet pas tellement de saisir beaucoup plus que les autres centaines de milliers de touristes qui visitent le pays chaque année, et ce d’autant plus si on n’a pas pris la peine de consulter de documentation en amont. La Traversée de Pyongyang se lit donc comme une longue succession de descriptions de l’auteur visitant des toilettes d’hôtels, cherchant des endroits pour uriner ou cracher (un leitmotiv assez étrange tout au long de l’ouvrage), évoquant son futur séjour avec son -sage- ami Denis (« si tu y vas pour nous montrer que c’est une dictature, personne n’a besoin que tu y ailles », p.12) cherchant des micros dans ses chambres ou envoyant des e-mails à sa femme (depuis un pays décrit comme « sans internet » quelques lignes plus haut).

Afin de masquer ce manque de matière, Nexon utilise deux techniques différentes. La première consiste à faire un effort quant à la langue de l’ouvrage, très littéraire, dont les lecteurs se feront une opinion par eux-mêmes s’ils parviennent à résister à la relance constante et artificielle de suspens alors que l’auteur effectue des tâches aussi banales que de passer la douane ou de faire un karaoké.  La seconde technique est l’invention. La réalité de son expérience n’étant sans doute pas à la hauteur de ses attentes, l’auteur a fait le choix de transcrire des discussions fantasmées avec ses guides (« votre petit maréchal ! Une vraie ordure qui affame et torture 200 000 prisonniers politiques », p.127). Le mélange de faits et de fiction ne pose pas réellement de problème en soi, Nexon ne cherchant évidemment pas à faire passer l’un pour l’autre. Ce procédé s’avère néanmoins un cruel révélateur tant de la vacuité de l’ouvrage que des préconceptions de l’auteur sur ce que constitue aujourd’hui la Corée du Nord, à un tel point que le livre aurait pu être écrit tel quel sans avoir pris la peine du déplacement jusqu’en Corée. Non seulement Nexon a fait le choix de rejoindre un tour organisé de la Corée du Nord armé de préjugés, mais il a aussi fait le choix délibéré le faire sans aucune recherche documentaire sur le pays. Il n’est donc guère surprenant que l’ouvrage évoque un pot-pourri de jugements superficiels et peu étayés sur la réalité incroyablement complexe de la RPDC, les panoramas de Pyongyang et échanges très courts avec ses guides faisant office de prétextes pour relayer les clichés les plus éculés sur le pays. La très courte bibliographie (cinq items, dont un article de GQ, le Lonely Planet et une BD de 2003) consultée par Nexon, naïvement disposée en fin d’ouvrage, en dit long sur l’approche de l’auteur dans son effort de conceptualisation de la Corée du Nord, limitée aux camps de travail au le Leader Suprême et à la mort d’Otto Warmbier).

Il n’est donc pas surprenant que, en plus de nombreuses erreurs factuelles (incluant malheureusement une graphie erronée du nom de Kim Jong Un!), cet ouvrage regorge de stéréotypes datant de la Guerre Froide, de clichés orientalistes, certains penchant dangereusement vers de de la discrimination ethnicisante. L’auteur dénonce par exemple le « grand relativisme » des diplomates français (p.143) à l’égard du pays, la France faisant pourtant des pays les plus durs à l’égard de la RPDC. A travers le livre, le pays est décrit comme une entité fermée hermétiquement, sans internet ni journalistes (ses collègues nord-coréens apprécieront, p.15), sans presse étrangère, et même sans oiseaux (« ce doit être l’unique oiseau de la ville », p.58). Encore plus problématique est la description des Nord-Coréens, littéralement dépeints comme des zombies (p.65), naïfs et inconscients du monde extérieur (p.100, 117), à l’exception des cadres du Parti, identifiés comme tels du fait de leur capacité à utiliser fourchette et couteau (p.130). Plus grave encore, Nexon ne s’embarrasse pas de distinguer ses guides nord-coréens par leurs noms entiers ou par des pseudonymes, mais par des numéros (« Kim 1 » et « Kim 2 »), cite leur anglais mal assuré au discours direct (se réservant évidemment le discours indirect), et offre des descriptions physiques qu’on ne pensait plus d’usage depuis le XIXème siècle : « peu importe où je me tiens, impossible de voir ses yeux. Ce sont deux minuscules fentes qui offrent l’immense avantage de voir sans être vu », p.146.

La paranoïa constante, la déshumanisation des Nord-Coréens, la dramatisation extrême d’activités parfaitement banales, la très longue énumération de clichés… Les lecteurs les plus optimistes s’accrocheront longtemps à l’espoir que La Traversée de Pyongyang est une parodie, critiquant par le second degré les discours médiatiques dominants sur la Corée du Nord. Ce n’est malheureusement qu’un ouvrage marqué par une absence totale de recherche documentaire et cherchant à capitaliser sur des clichés sensationnalistes et des notions préconçues à propos d’un régime, d’un pays et de son peuple. Ces livres ne sont pas rares, mais peu avaient finalement été publiés en français par un grand éditeur, faisant de La Traversée de Pyongyang le parfait contre-exemple de ce que vers quoi les discussions (journalistiques, académiques ou littéraires) sur la Corée du Nord devraient tendre.

 

Dr. Théo Clément

Chercheur postdoctorant au sein de City N-KOR, EHESS, Paris



Citer ce billet
l’équipe de rédaction du carnet City-NKOR (2020, 10 novembre). Compte-rendu de “La Traversée de Pyongyang” City-NKOR. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/muhn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search