La transcription du coréen dans ce blog

Auteurs : Suzanne Peyrard et Valérie Gelézeau

Comme le démontre l’article de Valérie Gelézeau sur « Le mur coréen et les mots pour dire la Corée »1, la division entre la Corée du Sud et la Corée du Nord s’exprime aussi dans la langue, chacun des deux pays possèdant une méthode particulière de romanisation de l’alphabet coréen. La plupart des écrits sur la Corée étant écrits du point de vue de la Corée du Sud, c’est leur transcription qui domine largement dans le grand public international, la presse, sur internet, etc.

Néanmoins, pour des raisons aussi bien linguistiques qu’historique, la communauté scientifique en études coréennes favorise dans sa grande majorité une troisième méthode de transcription, celle de McCune-Reischauer, mise au point en 1937. Cette méthode, qui use de signes diacritiques pas toujours aisés à imprimer sur certaines voyelles mais qui est très systématique pour les locuteurs du coréen, permet de mettre à distance les enjeux politiques de la division impactant la langue et sa transcription. De notre point de vue de scientifiques coréanologues, ce système convient très bien pour la transcription du coréen, notamment dans le contexte d’écrits historiques (surtout s’ils renvoient à la Corée d’avant la division) ou quand les sujets traités impliquent des questions intercoréennes.

Afin de respecter la position d’engagement scientifique du projet City-NKor aspirant à un partage de savoirs  et à la pluralité des voix, ce carnet de recherche en ligne suit alors en majorité les règles de transcription établies par McCune-Reischauer, à l’exception de la transcription des noms propres de personnes et de lieux, pour lesquels nous pouvons parfois suivre la transcription locale (du Nord ou du Sud), que nous connaissons : Kim Il Sung (transcription du Nord), mais Park Chung-hee (au Sud) ; Kaesong pour le Nord, mais Gaeseong pour le Sud, et Kaesŏng en McCune-Reischauer.

Cet apparent désordre traduit justement notre polyphonie, tout en exprimant le souhait de l’équipe City-NKor de rendre les écrits de ce blog accessible au plus grand nombre.

Plus que pour statuer d’une volonté idéaliste de neutralité scientifique, ce texte sur les choix de transcription du coréen, qui accueille volontiers la pluralité, a d’ailleurs pour but de montrer que nous avons conscience des enjeux de traduction et de transcription des matériaux coréens, que ces derniers viennent de Corée du Sud ou de Corée du Nord. Bien modestement, cette posture nous permet de considérer notre recherche avec « un peu plus de justesse »2.

  1. « Le mur coréen et les mots pour dire la Corée. De la frontière spatiale à la méta-nation », Raison présente, n°202, juillet 2017, p. 21-31. []
  2. Valérie Gelézeau et Claire Levasseur, Atlas Séoul, Paris, Autrement, 2011, 88 p. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
l’équipe de rédaction du carnet City-NKOR (11 juillet 2023). La transcription du coréen dans ce blog. City-NKOR. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/muir


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search