Atelier à l’Université d’Architecture de Pyongyang

Billet par Valérie Gelézeau et Suzanne Peyrard

V. Gelézeau donnant cours à l’Université d’Architecture de Pyongyang © Benjamin Joinau

Le 1er et 2 octobre 2018, les chercheurs de CITY-NKOR ont organisé un atelier recherches/formation avec des enseignants-chercheurs et étudiants de l’Université d’Architecture de Pyongyang, conformément à la direction épistémologique et problématique désormais bien définie du projet qui se fonde sur l’engagement avec les partenaires nord-coréens et le partage des savoirs. Cette posture épistémologique et éthique, les problèmes qu’elle pose, et la manière dont nous y répondons, tout cela est bien explicité dans le dernier ouvrage publié dans le cadre du projet sous la direction de Valérie Gelézeau et Benjamin Joinau : Faire du terrain en Corée du Nord. Écrire autrement les sciences sociales (2021, Paris et Séoul, L’Atelier des Cahiers).

Le programme de ces deux journées (voir ci-dessous) a été élaboré par des discussions et échanges conduits en amont par Valérie Gelézeau (EHESS), l’équipe CITY-NKOR, et les partenaires de l’Université d’architecture de Pyongyang, soucieux de développer l’approche des sciences humaines et sociales dans un cursus plutôt fondé sur de l’enseignement technique (construction, ingénierie urbaine, matériaux, urbanisme et aménagement), et intéressés de voir ce que l’usage des cartes mentales peut apporter à la planification urbaine. Nous étions de notre côté curieux de savoir l’usage qui était fait (ou non) en Corée du Nord de la technique des cartes mentales et si d’autres méthodes de ce type étaient utilisées dans la planification urbaine. Nous avions aussi supposé que la participation collective au même atelier permettrait de discuter de problématiques communes naturellement, selon une méthode éprouvée à plusieurs reprises lors de visites de terrain. Les langues de travail sont toujours le français et le (nord-)coréen.

La première journée portant sur les cartes mentales a été structurée en deux temps, avec une partie théorique sur la question des cartes mentale (définition, histoire, méthode, usages en SHS, voir ci-dessous le plan de l’exposé délivré par Valérie Gelézeau, Pauline Guinard et Benjamin Joinau), puis un exercice collectif. Tant les membres du projet City-NKOR que les collègues nord-coréens ont alors participé à la création de cartes mentales sur le thème de la ville de Pyongyang.

La deuxième journée a été organisée de manière plus classique autour de trois conférences données par Valérie Gelézeau, Pauline Guinard et Benjamin Joinau (voir programme ci-dessous). Les exposés ont eu lieu en français, traduits par Ri Gwang Un, un des professeurs de l’Université d’Architecture de Pyongyang, diplômé de l’ENSA Paris-Belleville. Une quarantaine de professeurs et d’étudiants ont assisté à ces conférences, suivies d’un temps de questions/réponses avec la salle.

Programme de l’atelier CITY-NKOR, Pyongyang, octobre 2018

Thème : Ecologie urbaine

Exercice de création de cartes mentales à l’Université d’Architecture de Pyongyang © Benjamin Joinau

JOUR 1 : 1er octobre, 10h-12h

Séminaire collectif sur le thème des cartes mentales

Exposé de Valérie Gelézeau, Pauline Guinard et Benjamin Joinau

Jour 2 : 2 octobre, 14h-18h

Conférences

– Pauline Guinard (ENS) : « Urban ecology: learning from and beyond the Chicago School » (Écologie urbaine : apprendre de et au-delà l’école de Chicago)

– Valérie Gelézeau (EHESS) : Écologie urbaine, régénération urbaine et logement collectif.

– Benjamin Joinau (Université Hongik) : Écologie urbaine, ville verte et agriculture urbaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search