Terrain et gestion des données de la recherche en Corée du Nord

Compte-rendu d’atelier

Élaboré avec et grâce à la prise de note Maud Marucheau de Chanaud, masterante à l’EHESS.

Source image : Pixabay, Peter Anta, Pyongyang, 2018.

Le 10 décembre 2020, un atelier CITY-NKOR a eu lieu dans le cadre du séminaire Ville et urbanisation en Asie orientale et septentrionale : approches pluridisciplinaires, regards croisés, perspectives partagées dirigé par Françoise Ged (Cité de l’architecture & du patrimoine) et Valérie Gelézeau (EHESS-CCJ-CRC). Pour parler du projet, quatre chercheurs du projet CITY-NKOR étaient présents dont Valérie Gelézeau (EHESS), Élisabeth Chabanol (EFEO), Benjamin Joinau (université de Hongik) et Théo Clément (EHESS).

Lors de la première partie de cet atelier, les membres sont revenus sur les motivations du projet CITY-NKOR et les manières d’appréhender la question des villes en Corée du Nord. Ce projet repose sur une expertise et une expérience du terrain minutieuse avec, à titre d’exemple, les campagnes de fouilles archéologiques à Kaesong ou encore la coopération dynamique avec les chercheurs de l’Université d’architecture de Pyongyang. Aussi, plusieurs disciplines sont mobilisées, telles que la géographie, l’histoire, la littérature comparée, l’architecture ou encore l’anthropologie. La perspective de recherche de CITY-NKOR s’articule autour de trois axes problématiques : il s’agit dans un premier temps d’historiciser la trajectoire des villes nord-coréennes, puis de dépasser la conception de la ville comme scène du régime des Kim et ce, dans le cadre d’une approche comparée et globale sous le prisme de la ville postsocialiste et du développement de cette dernière. Cette approche du développement des villes nord-coréennes se révèle peu conventionnelle, au sens où les villes nord-coréennes s’opposent à la conception d’un développement traditionnel. Les chercheurs de CITY-NKOR ont, certes, constaté l’importance de la ville avec un taux d’urbanisation élevé, de l’ordre de 60%, et une forte alphabétisation dans ces villes. Cependant, ces observations contrastent avec une fragilité manifeste sur le plan alimentaire et sanitaire.

Après la présentation générale du projet CITY-NKOR, Théo Clément, jeune docteur soutenu du CCJ, a fait part de son travail sur les dynamiques du développement économique en Corée du Nord. Plus précisément, il est revenu sur ses travaux de thèse à propos des Zones Économiques Spéciales nord-coréennes1. Son intervention a également interrogé la particularité de la Corée du Nord dans la gestion des données de la recherche. Ces dernières s’inscrivent dans une logique qui se veut scientifique et budgétaire au sens où elles ont vocation à circuler dans le monde de la recherche. Un monde animé par un mouvement circulaire que Théo Clément conçoit en cinq mots : penser, expérimenter, analyser, écrire et partager. Cependant, à quoi font référence ces dites « données de la recherches » ? Théo Clément s’exerce à donner une (des) définition(s) à ces données. En l’occurrence, ces dernières se révèlent plurielles et polymorphes selon les disciplines. Certains éléments, en apparence insignifiants, peuvent dans un second temps, constituer une donnée de la recherche de grande valeur. Dans la seconde partie de sa présentation, Théo Clément a réintroduit la question des données de la recherche mais en l’appliquant à son champ d’expertise : la Corée du Nord. Il a alors introduit la notion de « métadonnées ». Plus qu’ailleurs, les métadonnées sont importantes, leur portée scientifique et leur valeur informative dépassent leur valeur usuelle. Ce sont autant d’éléments qui participent d’une recherche dite « qualitative », laquelle structure le travail de terrain et la collecte de données. Enfin, Théo Clément a conclu sur ce point, les données de la recherche en Corée du Nord soulèvent des questions plus globales. Elles posent des problèmes scientifiques étant donné l’accès limité à ces dernières, mais aussi, elles mettent en péril la crédibilité scientifique puisque le postulat premier est de dire qu’en Corée du Nord, il n’est permis de dire que ce que le gouvernement laisse dire. En conséquence, ces données de la recherche posent des problèmes éthiques où la question de l’anonymisation, de la mise en danger des répondants n’est pas à négliger. Par ailleurs, d’autres problèmes d’ordre juridique entrent en ligne de compte puisque faire de la recherche sur la Corée du Nord expose le chercheur à un régime de sanction.

Dans un troisième temps, cet atelier a présenté l’introduction de l’ouvrage : Faire du terrain en Corée du Nord. Un ouvrage dirigé et présenté par Valérie Gelézeau, géographe spécialiste de la Corée et porteuse du Projet CITY-NKOR ainsi que par Benjamin Joinau, anthropologue et professeur à l’université de Hongik à Séoul. Cet ouvrage suit une ligne directrice claire, l’objectif est d’écrire autrement les sciences sociales et de renouveler l’approche au « terrain » nord-coréen mais également à la notion même de « terrain ». En cela, il s’agit de ne pas étudier la Corée du Nord sous le prisme d’un regard occidental et de restituer les matériaux de terrain sans s’enfermer dans une écriture académique. L’originalité apparaît dès la couverture montrant un dessin stylisé de Sun Mu, artiste nord-coréen exilé en Corée du Sud.

Pour finir, cet atelier s’est clôturé par une série d’échanges, abordant notamment la question de la difficulté à définir strictement ce qu’est une donnée de la recherche, mais également de la relativité de cette dernière en Corée du Nord. Parmi les conseils donnés, les membres du projet City-NKOR ont tous insisté sur l’importance manifeste des cahiers de terrain qui se révèlent être de véritables mines d’or a posteriori.

 

  1. Théo CLÉMENT. China’s economic engagement strategies towards a reforming DPR Korea. Political science. Université de Lyon. Universität Wien, 2018. English. ⟨NNT : 2018LYSE2051⟩. ⟨tel-01916212⟩ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search